L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

La "fin de l'Euro" est-elle inéluctable ?



"La tortue européenne nage sans carapace dans la mer en prétendant que les requins sont des poissons rouges (...) L’Europe "est devenue une zone de non-croissance relative dans le monde au sein de laquelle l’Allemagne conduit une politique de désinflation salariale compétitive ". Christian Saint Etienne est un économiste libéral reconnu, partisan d’une Europe fédérale et de la mondialisation. Pourtant, dans son dernier ouvrage, il attaque l’euro d’une manière radicale. Une lecture de Laurent Pinsolle.




La "fin de l'Euro" est-elle inéluctable ?

I - Le bien-pensant qui critique l’euro

 

Christian Saint Etienne est un économiste reconnu, partisan d’une Europe fédérale et de la mondialisation. Pourtant, dans son dernier ouvrage, il attaque l’euro d’une manière radicale.

Un bilan désastreux

Pour lui, l’euro accentue les divergences entre ses pays membres. Pire, l’Europe « est devenue une zone de non-croissance relative dans le monde au sein de laquelle l’Allemagne conduit une politique de désinflation salariale compétitive ». Elle fait de « ses prétendus citoyens (…) des gladiateurs dans le cirque de la concurrence fiscale et sociale alors que les bêtes fauves surgissent de toutes parts ».

Plus mordant, pour lui, « la tortue européenne nage sans carapace dans la mer en prétendant que les requins sont des poissons rouges. Les poissons rouges n’hésiteront pas à porter l’euro à deux dollars pour sortir plus vite de la crise, même si cela doit dévaster des pans entiers de l’économie européenne, et à déverser leur surplus de production en Europe, dont le marché est ouvert à tout vent ».

La zone euro n’est pas une Zone Monétaire Optimale

Il démontre une à une toutes les carences de l’euro. Tout d’abord, il souligne que « la monnaie est l’une des trois manifestations de la souveraineté d’une nation libre » et que « les trois millénaires d’histoire économique montrent qu’il ne peut pas y avoir de divorce durable entre souveraineté monétaire et souveraineté politique ». L’euro sans fédéralisme n’est donc pas tenable.

Deuxièmement, il souligne que la zone euro n’est pas une Zone Monétaire Optimale. Il s’appuie sur la théorie du prix Nobel d’économie Robert Mundell, soulignant le manque de mobilité des travailleurs au sein de la zone et de fédéralisme fiscal. Il note également que les politiques économiques suivies sont divergentes et que les préférences nationales restent également très différentes. Seul point en faveur de l’intégration monétaire : le niveau élevé des échanges commerciaux au sein de la zone.

Les conséquences désastreuses de l’euro

Mais il y a pire : l’euro introduit des mécanismes pervers. Pour lui, « l’introduction de l’euro a accentué les divergences entre les performances de quelques nations qui ont su en tirer le meilleur parti, et celles des nombreux pays qui n’ont pas été capables de s’adapter à la nouvelle donne ». L’euro pousse à une concurrence non solidaire entre les pays, renforcée par le biais ultralibéral des institutions européennes.

L’Allemagne a ainsi construit son nouveau modèle sur une plus grande compétitivité salariale que ses partenaires en bloquant les hausses de salaires (+2% de 1999 à 2007, contre +17% en France, +23% en Italie et +26% en Espagne), quitte à déprimer sa demande intérieure et sa croissance (la plus faible d’Europe depuis 1999). L’Irlande a construit le sien sur une  plus grande compétitivité fiscale. Et la Grande-Bretagne, en dehors de l’euro, peut recourir à la dévaluation pour se relancer.

Bref, l’unification monétaire pousse à des comportements qui ont fait de la zone euro « une zone de faible croissance et d’iniquité croissante ». Pire, l’envolée de l’excédent allemand s’est fait principalement au sein de la zone euro et contre ses partenaires. Du coup, le commerce extérieur a eu une contribution négative annuelle de 0,45 point à la croissance de la France de 2002 à 2008 et de 0,9 point en Espagne.

Une politique inadaptée

Encore pire, il attaque la politique de la BCE en soulignant qu’elle a « la fâcheuse habitude de conduire sa politique de taux d’intérêt avec un retard systématique par rapport à l’évolution du cycle de l’activité réelle ». Il dénonce également « son absence de réaction à la forte appréciation de l’euro, notamment de 2005 au printemps 2008 », soulignant que « la croissance se casse dans la zone euro à partir du printemps 2007 et plonge au début de 2008, sans que cela ne (les) préoccupe en rien ».

L’auteur propose également son analyse de la crise : excès de liquidités, déséquilibres monétaires, normes comptables « mark to market », normes prudentielles insuffisantes et marchés dérivés. Il faut noter également qu’il soutient que cette crise a également démontré les limites du marché, incapable de juger correctement la valeur de nombreux actifs, avant ou pendant la crise.

Si le constat de Christian Saint Etienne rejoint en partie l’analyse des économistes alternatifs (au libre-échange près), les solutions divergent, ce que j’étudierai demain.

 

II - Que faire après la fin de l’euro ?

 

C’est bien tout l’intérêt de la démarche de Christian Saint Etienne que de démontrer qu’à terme, la monnaie unique telle qu’elle a été conçue, n’est pas tenable, et qu’il faut penser à un plan B. Il en propose même trois dans le livre, étant donnée l’incertitude que fait peser « la fin de l’euro ».

Le pire et l’idéal

L’auteur souligne malicieusement que tout a été fait pour permettre un retour aisé aux monnaies nationales. Les banques centrales nationales existent toujours. Les pièces ont une face nationale qui permettrait d’introduire instantanément un « euromark », un « eurofranc »… Et même les billets ont un code national ! Bref, le retour en arrière est possible et semble même avoir été étudié lors de la genèse de l’euro.

Pour lui, le pire serait un retour aux monnaies nationales suivi de multiples dévaluations compétitives sans la moindre coordination. Il y voit un risque d’appauvrissement de la population et d’inflation. La solution qu’il semble préférer est une marche forcée vers le fédéralisme pour que la zone euro devienne (malgré elle) une Zone Monétaire Optimale. Il propose de fixer les frontières de l’Union ainsi que des règles minimales d’harmonisation des politiques fiscales et sociales.

Il propose que la politique de change soit effectivement confiée à l’Eurogroup, qui imposerait ses décisions à la BCE. Il propose la mise en place de taux d’imposition minimums ainsi qu’une forte augmentation du budget de l’Union avec un renforcement du vote à la majorité qualifiée. Il suggère un Pacte de Stabilité encore plus strict, limitant les déficits à 1% en période de croissance et la dette publique à 45%.

Un autre mondialiste idéaliste ?

Pour lui, il est possible de construire un « modèle de croissance intensive » sur ces bases. Il faut s’appuyer sur trois ingrédients : « une politique monétaire favorisant la croissance dans la stabilité financière », « une main d’œuvre très qualifiée » et « des charges fixes nationales aussi faibles que possible sans rogner sur les équipements publics et notamment la formation de la main-d’œuvre ».

Ainsi, l’Europe pourrait peser sur la réforme du système monétaire et financier international, en poussant à une réduction des déséquilibres commerciaux, une coordination des politiques de change, une augmentation des moyens des banques centrales, la fin des paradis fiscaux et enfin, une gestion globale des ressources naturelles.

Pour la finance, il souhaite encadrer les innovations, bien différencier les statuts des banques, limiter à 70% (sic) la part des créances qui peuvent être titrisées, l’encadrement des échanges de produits dérivés, la mise en place de normes prudentielles contra-cycliques, la fin du « mark to market », un meilleur encadrement des agences de notation ainsi qu’une réforme des bonus (gelés pendant plusieurs années).

La voie proposée

Cependant, l’auteur reconnaît que la voie fédéraliste, si elle serait rendue possible par un véritable coup de force du couple franco-allemand menaçant de quitter l’Union, est hautement improbable. C’est pourquoi il plaide finalement pour la constitution d’un Système Monétaire Européen renforcé avec le retour des monnaies nationales. Il propose que les ajustements de taux de change soient proportionnels aux écarts d’inflation, mais « inférieurs (…) pour obliger les Etats membres à amplifier leurs réformes structurelles », obligation encore renforcé par un pacte de stabilité plus dur.

Il propose également un « autre modèle de croissance » fondé sur l’innovation et la compétitivité. L’Etat doit s’appuyer selon lui sur une dizaine de métropoles motrices, des régions renforcées ainsi qu’une grande région Ile de France, qui peut concurrencer New York, Londres ou Shanghai. Il propose un partenariat avec les grandes entreprises Françaises, les multinationales que l’on veut attirer et d’autres pays.

Le modèle proposé par l’auteur rappelle celui proposé par Dominique de Villepin dans son livre mais la chronologie de publication laisse entendre que l’ancien Premier Ministre a sans doute lu et été inspiré par ce livre pour le sien. Cependant, le modèle proposé par Christian Saint Etienne rappelle beaucoup le modèle allemand qu’il critique, fait de soumission à la mondialisation et au dogme de la compétitivité (couverture commode aux licenciements et à la stagnation salariale). Plutôt que de changer la mondialisation, il préfère essayer de construire un nouveau bateau pour surfer sur ses vagues instables.

L’auteur a le mérite de remettre en question les dogmes de l’euro qui font partie intégrante de la « pensée unique ». Malheureusement, quand il en vient aux solutions, il ne propose qu’une soumission intégrale au modèle du marché roi qui vient pourtant de s’effondrer. Dommage…

Retrouvez les articles de Laurent Pinsolle sur son blog

Source : Christian Saint Etienne, « La fin de l’euro », Bourin éditeur


Notez
Lu 17478 fois



1.Posté par Tancrède Blondé le 07/06/2011 20:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Plutôt que de changer la mondialisation, il préfère essayer de construire un nouveau bateau pour surfer sur ses vagues instables. "

Je suis plutôt d'accord avec vous mais, dit comme ça, on a l'impression que vous voulez changer la mer plutôt que le bateau.

2.Posté par santos le 19/06/2011 16:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
je suis favorable pour l'union federal europeennes,vu comment nos politiciens etait plus capable de nous faire sortir de la crise,et vu que notre monnaie augmenté a dègre considerable depuis qu'ont n'a ouvert nos frontieres et la concurence qui pèse lourd dans notre nation.

depuis qu'ont a voté l'euro en fevrier 2002 ,beaucoup d'entre nous a pas vu que la monnaie a augmente en espace de 10 ans.pendant les l'années 2000,les etats menbres ont resoluent pas mal de crise fiancier mais depuis 2010,la crise mondial est apparu l'europe se retrouve plonge dans une crise grave, dans l'incapacite de geré les problème fiancier et éonomique,remboursé les dette sur la pouvoir d'achat est mis en deroute à cause des de nos politiciens qui nous font croit qui font résoudres les porbleme de la crise, tous c'est mensonge qui porte sur nous les citoyens que nos elites nous trahis et profite du pouvoir pour nous mettre a l'epreuve.

Le pire que la crise fianciere de grece à completement effecté d'autre pays européenne comme le portugal,l'espagne,deux pays qui sont sorti de la dictature il a 35 ans qui ont vu le economique pris en essort que 3 ou 5 ans plus tard.Comme ce sont des fragile,il sont beaucoup sensible a la crise qui leurs inffectes,c'est sur que c'est bien d'aider les pays dans une grave crise de prete de l'argent pour rembourse leurs dette mais sa va pas servir grand chose vu que leur gouvernements n'arrive pas a trouver des solution pour arrete la crise, la meilleur solution de supprimér des employes,reduire le salaire,réductions des pouvoir d'achats etc.Comme au portugal l'ex premier ministre josé socrate qui etait dans l'incapacite de faires referendum pour sortir le portugal de la crise en lancent des solution pour mettre a terme le probleme il a préfére mieux démissionné de sont poste vu que les manifestations pése très lourds, pareil pour la grece ,l'espagne et l'irlande.

sortir de la crise, aidé les pays les plustouche par la crise ont leur donnant des sont considerable c'est insuffisant pour nous faire sortir de la crise,la meilleur des solution,forcée nos politiciens de crée une consitution féderal,mias vu qui sont pas pret,il sont pas de couille,il prefere nous gouverné en touchant l'argent de l'etats que sa sois de droite ou de gauche,il sont pareil.






3.Posté par Chalumeau Bernard le 12/07/2011 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour chers amis,

J'ai écrit quasiment la même chose dans mon livre "Rétablir la France!" paru en 1995....

Quand, avec des députés européens comme mon ami Georges Berthu, nous faisions des conférences en province, à l'Assemblée Nationale ou au Sénat, nous étions traités de demeurés.

Mon ami Georges Berthu a écrit lui aussi de nombreux livres démontrant la non viabilité de l'euro dans une zone monétaire non optimale.

Nous avons mème fait des conférences à Bruxelles au Parlement européen...

Mais les maîtres du monde tenaient tant à détruire nos nations et à asservir les peuples à leur monstrueuse volonté que rien n'y fit.

Aujourd'hui, alors que les dégâts causés par la scélérate monnaie unique sont encore plus considérables que ce que nous imaginions à l'époque :

- destruction de notre patrimoine industriel,
- fuite des cerveaux
- appauvrissement massif des populations,
- chômage de masse
- endettement abyssal
- handicap colossal des générations futures,
- sources ce conflits entre Etats Membres,
- potentialités de faillites bancaires et ruine totale de la majeure partrie de la population
- troubles socio économiques majeurs en cours et à venir

les peuples d'Europe ne peuvent rester insensibles à cette catastrophe historique.

C'est pourquoi solenellement j'appelle aujourd'hui les peuples d'Europe, dans chaque Etat Membre de l'Union européenne, à 'oeuvrer activement pour leur indépendance!

Je les appelle à se rapprocher, à suivre et à soutenir dans chaque Etat Membres, toutes celles et tous ceux, hommes politiques ou non, qui auront depuis le début, lutté de toutes leurs forces pour s'opposer à l'Euro, et tenu à préserver la propspérité de leurs peuple au sein de leur unité nationale.

Je les invite à se rassembler massivement derrière eux afin de prendre avec eux les mesures nécessaires à la sauvegarde de leurs biens et de leur patrimoine national.

Je les invite à prendre aussi toutes les mesures nécessaires, partout ou celà sera possible, pour saisir, confondre, juger et punir toutes celles et tous ceux qui, de près ou de loin, auront contribué à ces scélarates mesures d'appauvrissement et d'asservissement national.

Car il ne doit pas pouvoir être dit, devant l'Histoire, que de telles monstruausités demeurent à jamais impunies!

Pour ce qui est de la France, j'invite toutes les Françaises et tous les Français qui partagent ces vues ou qui viendraient à les partager, où qu'ils se trouvent, et qui entendent rétablir une France Libre, souveraine et prospére, en parfait accord avec les autres nations d'europe, à se mettre immédiatement en rapport avec moi.

Il ne sera pas dit que quiconque détruise la France notre Patrie!

Bernard CHALUMEAU
Secrétaire général de l'Alliance pour la Souveraineté de la France.

Courriel : francelibreetsouveraine@yahoo.fr

4.Posté par Griesmar Denis le 12/07/2011 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ajoutons que cette fin de l'euro, sous l'égide (sic) de nos bien-aimés gouvernants, aboutira ... à la Grande Allemagne, zone mark incluant l'Autriche, les Pays-Bas, le Luxembourg, la Flandre. Espérons que les Wallons comprendront enfin qu'ils sont Français, et n'ont aucun intérêt à continuer de subir vassalisation et désindustrialisation ...
Il est douteux que le peuple français dans son ensemble, continue longtemps à subir cette politique de déflation à la Pierre Laval ... Le meilleur scénario étant une retraite en bon ordre vers une monnaie commune, avec larges fluctuations ...

5.Posté par Rémy le 12/07/2011 15:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci Bernard.

La Nation est la seule force capable de rassembler, unir tous les citoyens d'un pays et relever le défi des années à venir.

Est-il préférable de sauter d'un train fou en marche ou de rester à bord et finir au fond d'un précipice ?

6.Posté par ALLARD le 12/07/2011 16:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour la souveraineté de notre pays, et face au déplorable bilan de la gestion Européenne, incapable entre autres de se démarquer de l’influence Américaine, de protéger nos puissances de productions je signe sans réserve pour l'indépendance monétaire, économique, sociale et culturelle,de notre pays. . OUI pour une Europe fédérée autours des problèmes de défenses, de santés, d’immigrations et que l'Europe cesse de légiférer stupidement sur le calibre des patates ou des tomates.

7.Posté par VIGUIER le 12/07/2011 21:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour mon pays la France, son indépendance et sa souveraineté, je signe sans état d'âme, sans retenue pour sortir de l'euro rapidement, indépendance sociale, financière, culturelle et religieuse.

Soyons clairs où en sommes nous, après la Grèce qui ne peut pas s'en sortir malgré l'aide et le gel de ses avoirs, la privatisation, la pauvreté croissante, l'Irlande, le Portugal, l'Italie, l'Espagne qui va mal,nous n'allons pas attendre sans rien faire que la France s'écroule, pour nos enfants, petits enfants, anciens, nos emplois, nos retraites, battons nous, ne respectons pas spectateurs...........Nous n'en n'avons pas le droit car nous savons

Que l'Europe soit une vraie europe, quelle s'unisse avec les autres états, qui veulent souveraineté indépendance et s'aider, sans bruxelles, sans l'amérique, sans être aux ordres.

Une vraie solidarité, du courage............la fin de tout accepter..........

8.Posté par Rémy le 12/07/2011 23:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Soutenons tous, dans chaque Nation, l'action proposée par Bernard Chalumeau
Notre liberté, souveraineté et survie financière en dépendent.

Une Europe des NATIONS

9.Posté par Tavernier le 13/07/2011 02:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a lieu de soutenir sans réserve la proposition de Monsieur Chalumeau.

En tant qu'industriel, je peux témoigner que grâce à sa parfaite connaissance du droit communautaire et du droit international, associés à son courage et à son opiniatreté, il a su débusquer dans maintes directives européennes les dispositions nuisibles à nos produits.

Nul ne saura jamais à combien d'entreprises il a évité de graves déconvenues!

Nul ne saura jamais combien d'emplois, par son action, il a sauvegardé en France et en Europe.

Les Français et les européens lui doivent beaucoup! Beaucoup!

Ne nous le cachons pas, cet homme a une stature d'homme d'Etat!

Pour moi, s'il y avait un homme, un seul, apte à conduire les destinées de notre pays, ce serait lui!

Car il en a largement les compétences et sait surtout rassembler sur les objectifs essentiels.

Il a toute ma confiance et toute ma reconnaissance.

Que Dieu le garde!

10.Posté par Griesmar Denis le 13/07/2011 10:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'ai eu ailleurs l'occasion d'expliquer que l' "Europe des Nations" était un oxymore, car posant déjà, dans les termes, un fil à la patte. Un peuple souverain s'associe avec qui il veut, sans avoir à se confiner dans un continent, ni même à privilégier des voisins dont les intérêts ne coïncident pas obligatoirement avec les siens. La France a beaucoup à faire en-dehors de l' "Europe".
Il est un peu naïf de croire que si l' "Europe" est nocive, c'est parce qu'elle s'occupe du calibre des tomates ... Nous assistons à une grande mise en scène de la "stratégie du choc", avec tentative d'imposition d'un "Ministre européen des Finances" (sic !), c'est-à-dire de mise sous tutelle des peuples ...

11.Posté par ANNIE le 13/07/2011 11:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Je connais personnellement Bernard CHALUMEAU, non seulement cet homme est digne de confiance et nous pouvons le croire, il en a parlé il y a déjà longtemps et ils ont étrouffé son discours, il a vu, il dit, il sait de toutes façons à moins d'être soit stupide, aveugle ou sourd, chacun peut constater que l'Europe qu'ils nous ont fait s'écroule, nos emplois, nos droits, nos retraites.........

C'est un jeu de dominos gravissime alors ne restons pas là à voir la France s'écrouler.........

Unissons nous , agissons derrière un chef, un vrai, souverain, aimant sa patrie qui a tout dit, pensé Bernard CHALUMEAU

12.Posté par santos le 09/08/2011 19:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je m'en moque de la souveraineté des pays européens,la fédération et notre avenir.Fini la belle epoque des grande puissance que l'europe a vecu ,nous sommes faible,plus faible que les grande puissance de maintenant.Le fédéralisme et la clé pour sortir de cette crise,vous pensez qu'ont restera un pays souverain pendant toute notre histoire,c'est faux.Meme si Nicolas Sarkozy sois balayée du pouvoir et qu'un nouveaux lui remplace sa changera pas la donne.Que sa sois la droite ou comme de gauche,leur solutions ne va riens changer,alors arréter de les ecoutes.Ecouté d'abord les fédéralistes,il font tous pour trouver des solutions mes vous les pro souverain prefere mieux de rien l'entre,vous vous prennez pour des bons qui crois toujours avoir la meilleur des solutions pour freiné la crise.Vous avec tort,l'UE est une confédération souverain qui a permis à l'europe de ce construire faiblement et a permis surtout arréter les rivalité entre nation européen.Alors abondonné la souverainéte et écoute un peu les fédéralistes.leur solution sont bien meilleur que celle de nos dérigents qui ont rien trouver de meilleur au mieux passer de l'argent de droite a gauche.

13.Posté par Joseph TOUBI le 01/08/2016 22:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
AU SUJET DU BREXIT, DE L’UNION EUROPEENNE ET DE L’EURO.

Nebucadnetsar et Babylone essayèrent de regrouper les différents peuples de la terre en un unique empire qui par ailleurs se rêvait parfois éternel.
Résultat ? Echec, effondrement et dislocation.
Voilà ce qui arriva à la tête d’or c’est-à-dire au meilleur de tous les empires mondiaux qui ait jamais existé sur terre.

A partir de l’an 538 avant le Seigneur JESUS-CHRIST, l’empire Médo-Perse remplaça Babylone et reprit la même ambition folle : rassembler les différents peuples de la terre en un unique empire mondial.
Cette seconde tentative ne dura que deux siècles environ et l’empire Médo-Perse s’écroula.

A partir de l’an 331 avant le Seigneur JESUS-CHRIST, l’empire Grec d’Alexandre dit le grand remplaça l’empire Médo-Perse et reprit à nouveau la même ambition : regrouper les peuples différents de la terre en un unique empire mondial.
Résultat ? Echec et écroulement complet.

En l’an 168 avant le Seigneur JESUS-CHRIST, l’empire Romain fit irruption sur la scène mondiale et lutta pendant plus de trois siècles pour essayer de réussir ce que les trois empires mondiaux précédents avaient échoué : rassembler les différents peuples de la terre en un unique empire mondial.
Résultat : échec et écroulement complet de l’empire Romain en l’an 478.

Depuis l’écroulement de la tour de Babel, les élites des ténèbres luttent vainement pour à nouveau rassembler les peuples de la terre en un unique empire mondial gouverné par l’antéchrist de Satan. C’est une folie vouée d’avance à l’échec car depuis Babel, DIEU a rendu différents les peuples de la terre au niveau même de leurs esprits respectifs. Que deux individus appartenant à deux peuples différents se marient s’ils veulent mais les peuples ne sont pas des individus et ne peuvent se marier. Il est écrit dans la Bible que les alliances de chair et de sang entre les peuples ne conduiront jamais à une quelconque unité d’esprit entre les peuples. Donc les peuples peuvent coopérer mais leurs natures ontologiques respectives font qu’il est impossible d’envisager un mariage ou une fusion entre peuples.

Or voilà les européistes parfaitement conduits par l’esprit antéchrist, qui ignorent que c’est l’Apôtre Paul qui a posé les fondations de l’Occident et de l’Orient actuels (ah oui l’Orient aussi) et engagent à nouveau le vieux rêve maudit de la tour de Babel : rassembler des peuples différents sous un unique empire et sous une unique monnaie avec comme étape suivante du rêve satanique, la constitution d’un empire mondial.
N’est-ce pas de la folie pure que Satan inculque aux élites européistes ? L’histoire n’enseigne-t-elle pas suffisamment comment s’achève ce genre de folie ?

La folle construction européenne actuelle et son Euro sont une rébellion antéchrist de type soviétique. Un soviet suprême dit « commission européenne » s’est instauré avec pour objectif suprême caché dans les ténèbres ; défier ce que DIEU a écrit dans le Livre de Daniel.

Cette folie vient d’engendrer une situation monstrueuse : pour la première fois dans l’histoire économique, un pays tout entier est transformé en bulle prête à s’effondrer.

Voici le film complet du tour de magie que viennent de réussir les européistes.

Des quantités phénoménales d’Euros de piètre qualité ont fui les autres pays européens pour trouver refuge en Allemagne afin d’y bénéficier d’un anoblissement qualitatif. Vous direz que c’est bon pour l’économie Allemande mais n’allez pas si vite en besogne car l’économie n’aime point les tours de magie et obéit au principe d’équilibre. Quand le détenteur de dix millions de mauvais Euros portugais les poste dans une banque en Allemagne, il vient d’échanger une vulgaire Toyota Lexus ou une vulgaire Renault Talisman contre une Mercedes qui se conduit sur deux générations. Vous devinez déjà qu’il va bien falloir que quelqu’un paie pour cet échange de véhicule que vient de faire le Portugais. Et c’est ici que vous commencez à comprendre l’effondrement de l’Allemagne qui s’annonce.
Puisque ces quantités phénoménales d’Euros de piètre qualité ont fait irruption en Allemagne sans passer par l’arbitrage d’un marché de change (les néolibéraux qui rêvent du nouvel ordre mondial des ténèbres détestent les marchés qu’ils font semblant d’encenser) la Budesbank se retrouve massivement créancière des autres banques centrales européennes qui sont insolvables. Actuellement le tour de magie des européistes se concrétise en une créance pourrie de près d’un trillion d’Euros (excusez du peu) que la Busdesbank détient sur des banques centrales insolvables. Oui le chiffre officiel que publie discrètement la Budesbank est de 700 millions d’Euros mais il faut y ajouter une composante importante que la Budesbank met de côté pour atténuer l’ampleur du désastre ; les énormes quantités de billets d’Euros de basse qualité imprimés par des banques centrales insolvables d’Europe du sud et que les citoyens rationnels se sont vite empressés de déposer directement dans les banques Allemandes ou de mettre en circulation au sein de l’économie Allemande pour transformer chaque euro de piètre qualité en un vrai Euro c’est-à-dire en un Deutsch Mark potentiel.

Qui va à l’heure des comptes, payer pour cette créance pourrie de près de mille milliard d’Euros que la Budesbank (vous pouvez l’appeler Buba si vous avez de l’affection pour elle) détient sur des banques centrales étrangères insolvables ? La réponse est celle que vous devinez. Dites-la simplement. Puisque la Budesbank appartient à l’Etat Allemand, c’est in fine, le citoyen Allemand qui va payer cette facture. Impôts, chômage massif, disparition des prestations sociales, coupes sombres dans les dépense de l’Etat, voilà le prochain cocktail qui attend le Bavarois qui lit tranquillement l’histoire de Martin LUTHER à sa femme et qui n’a jamais demandé le moindre « rêve européen » aux élites des ténèbres qui ont engagé l’Allemagne dans une construction de rébellion contre DIEU. Quand une « fille de pasteur » se donne pour objectif de faire le contraire de ce qui est écrit dans la Bible le résultat est catastrophique comme on le voit.

Nous voici donc avec un pays entier transformé en bulle prête à s’effondrer. Retour aux années du Reichsmark.

Les peuples Européens ne formeront jamais un peuple Européen tout comme les peuples Africains ne formeront jamais un peuple Africain. De Même le peuple Asiatique n’existe point. Au bistrot du quartier, vous aurez toujours en face de vous des peuples Européens, des peuples Africains, des peuples Asiatiques et le gérant du bistrot devra bien s’habituer aux différents accents, aux différentes langues et aux différentes monnaies s’il veut vendre sa bière…Bavaroise.

Après le Brexit, le Deutschxit est de la plus grande urgence pour limiter le montant de la facture de folie que devra payer le citoyen Allemand. Les élites des ténèbres en Allemagne croient avoir trouvé une autre solution : pousser à la vente et à la spoliation du patrimoine des autres Etats Européens qui ne peuvent pas rembourser leurs dettes. C’est un pis-aller qui va renforcer la haine entre les peuples européens qui ne demandaient qu’à vivre chacun en paix avec sa propre monnaie, sa propre banque centrale et sa propre nationalité.

L’avenir de l’Union Européenne et de l’Euro ont déjà été écrits par l’histoire dans un film que tous connaissent : l’effondrement de l’URSS ! Regardez ce film et voyez comment les nombreux peuples « frères » s’empressèrent de vite quitter l’URSS pour chacun refonder sa propre nation et sa propre monnaie. Où est la Yougoslavie de Tito ?

L’esprit antéchrist d’Ubuntu mondial est en fait partagé à travers le monde par les élites rétrogrades dépourvues de sens de l’histoire. C’est ainsi qu’à l’aube des indépendances des pays Africains, Kwame Nkrumah eu l’hallucination d’un Etat fédéral Africain ! Pensez-y cinq minutes. Des foules de peuples différents qui n’ont pas encore appris à se mettre ensemble pour gérer une compagnie aérienne commune (Air Afrique) se rassemblent soudain au sein d’une unique République fédérale! Ce genre de loufoquerie est courant en Afrique où faute d’esprit en eux-mêmes, les Chefs d’Etat livrent à longueur d’années le spectacle de la folie et de l’égarement.

Seul point positif de la folle entreprise de l’Union Européenne et de l’Euro ? La folle entreprise de construction de l’Union Européenne et de l’Euro a révélé au grand jour un fait fondamental que les Africains de la zone FCFA auraient dû comprendre et agir en conséquence. De quoi s’agit-il ? C’est tout simple. L’Union Européenne et l’Euro ont révélé au grand jour que les élites politiques et économiques qui gouvernent la France ont toujours été et sont parfaitement conduits par une vision raciale et assument parfaitement leur vision raciale du monde quand elles sont dans le champ de l’action. Chaque année, la France contribue en net près de huit milliards d’Euros ( oui vous avez bien lu, près de huit milliards d’Euros par an) pour soutenir la mise à niveau économique ( qui tarde à venir) d’une foule de peuples européens qui n’ont jamais parlé un seul mot de français, connaissent peu de choses de la France, n’envoient quasiment point leurs citoyens étudier en France… Donc, en un an, la France verse aux autres peuples Européens moins avancés et ceci via Union Européenne, une somme qui dépasse largement tout ce que la prétendue coopération française a apporté en soixante ans aux pays Africains de la zone FCFA qui parlent la langue française, militent avec ferveur au sein de la francophonie pour le rayonnement de la France dans le monde, recourent de préférence aux Français quand se pose un besoin d’assistance technique, ont le « réflexe Français » quand il s’agit de confier en concession certains pans de l’économie à des entreprises étrangères, envoient des contingents d’étudiants en France. Qu’est-ce qui justifie ceci ? Vous voilà qui levez les yeux au plafond et essayez de fuir la VERITE criée par les faits. Mais vous ne pouvez empêcher les faits de crier la VERITE ! La seule chose que la France a en commun avec les pays Européens moins avancés à qui elle verse huit milliards d’Euros chaque année et que la France n’a pas en commun avec les pays Africains de la zone FCFA, c’est la couleur de la peau. Elle est Noire en zone FCFA et Blanche aussi bien chez la France que chez les autres pays Européens moins avancés de la zone Euro. Voilà la vision raciale du monde criée à haute voix et révélée par les faits. Vous le constatez vous-mêmes ; le vernis du discours humaniste du 18 siècle et celui du discours de la « révolution française » ne servent à rien car les faits parlent suffisamment et sont suffisants pour qui sait comprendre les faits. Les Chefs d’Etat loufoques de l’Afrique prendront-ils acte de cette vision raciale du monde et de son caractère dangereux pour l’ensemble des peuples Africains ? Non et non car le loufoque Chef d’Etat tropical est le produit maçonnique de son grand maître de loge gauloise qui l’a initié au 33ème degré de la franc maçonnerie des ténèbres. Les pays d’Europe de l’Est et du Sud qui annuellement reçoivent huit milliards d’Euros de la France via UE ne parlent point français, ne sont point dans la francophonie avec la France, n’envoient point leurs enfants étudier en France comme le font les pays de la zone Afrique FCFA, ne songent pas spontanément à la France en matière de coordination de la politique économique comme le font les pays Africains de la zone FCFA, ne déposent point leurs réserves de change au trésor Français comme font les pays Africains de la zone FCFA. Et pourtant ce n’est point aux pays Africains de la zone FCFA que la coopération française verse annuellement huit milliards d’Euros, c’est aux autres pays Européens de l’Est et du Sud que la France verse annuellement huit milliards d’Euros pour accélérer leur décollage économique. Les faits disent clairement que la vision du monde qui conduit les élites politiques et économiques qui gouvernent la France est typiquement raciale et racialiste. Voilà ce que disent les faits. Les pays Européens d’Europe du Sud et de l’Est ont en commun avec la France une chose unique que n’ont pas les Africains de la zone FCFA ; la couleur de la peau et les faits disent que les élites maçonniques des ténèbres valorisent infiniment cette couleur de peau plus que le partage de la langue française, plus que la francophonie. Et comme nos loufoques chefs d’Etats du continent n’ont aucun esprit en eux-mêmes, ils ne peuvent vite mettre en chantier un plan sur cent ans pour ressusciter nos langues Africaines et préparer la mise en œuvre de la mort de la francophonie et de la zone FCFA au bout d’un siècle via réappropriation systématique de nos propres langues et de notre propre vision du monde. Tels des insensés qui ne comprennent rien aux faits de l’histoire, ils vont livrer nos peuples Africains à la merci d’élites maçonniques qui ne voient le monde que sous vision parfaitement raciale malgré des discours universalistes. Voilà comment se prépare la fin des peuples qui ne tirent aucune conclusion des faits politiques et économiques du monde. Il faut ici faire justice à la VERITE en disant qu’en réalité, le peuple français lui-même est victime de ses élites politiques et économiques porteurs d’une mortelle vision raciale du monde. Ce peuple français cria « non » par référendum à la folie de la construction de l’UE et de l’Euro mais les élites politiques et économiques passèrent outre la voix du peuple Français désormais enrôlé de force dans une vision raciale du monde qu’il n’a point choisie. La vision raciale du monde n’est donc point celle du peuple Français mais celle de l’élite des ténèbres qui ambitionne vainement d’affronter la PAROLE de DIEU écrite dans le Livre de Daniel.

Pour finir rappelons tout de même aux apprentis sorciers un peu d’axiomatique de la science des systèmes. L’empire Romain s’est en vain battu pendant plus de trois siècles pour passer outre cette axiomatique.

Si vous voulez fusionner au sein d’un ensemble politique mondial unique les peuples de la terre, il faut que :

1/ plusieurs de ces peuples soient éliminés afin de réduire les degrés de liberté au sein de l’entité politique unique,
2/ un peuple dominateur unique émerge et asservisse en esclavage tous les autres peuples restant,
3 / avec le temps les peuples asservis se dissolvent progressivement par assimilation au peuple dominateur.

Vous avez bien compris ; le rêve d’unification de tous les peuples au sein d’une entité politique unique constitue le pire des cauchemars pour l’humanité.

Que chaque Européen retourne à sa monnaie et à son pays et coopère avec les autres Européens et avec les autres peuples.

Shalom à tous les peuples de la terre.

Rev. Apôtre Joseph TOUBI
24 7 16




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous