European Commission President Ursula von der Leyen gestures as she speaks at the European Parliament in Strasbourg, October 2022

Jean Delaunay

Eurovues. L’UE est-elle sur le point de faire un pas en arrière dans l’élaboration de politiques fondées sur des données probantes ?

L’incertitude et la « polycrise » nécessitent un recours accru aux méthodes de prospective, et non moins. S’inspirer de la richesse des données disponibles est le meilleur moyen pour l’UE d’établir un programme pour un avenir sûr, prospère et durable, écrivent Elizabeth Dirth et Jonas Gissel Mikkelsen.

Les décideurs politiques responsables s’appuient sur des données probantes, surtout en période d’incertitude. Pour naviguer dans des compromis complexes, faire face à l’imprévisibilité et équilibrer les intérêts du présent, du futur proche et lointain, la prospective stratégique fondée sur des données probantes constitue une boussole puissante pour guider les décisions.

Bien utilisés, les outils de prospective avancés de l’Europe peuvent lui conférer un avantage concurrentiel à long terme.

C’est pourquoi il est si alarmant que les chefs d’État et de gouvernement de l’UE semblent prêts à ignorer la richesse des preuves à leur disposition, si le document fuité fixant les priorités des institutions européennes pour les cinq prochaines années – l’Agenda stratégique – ne change pas. .

Les priorités provisoires, qui ont été élaborées à travers une série de consultations avec les dirigeants européens dirigées par le président du Conseil européen Charles Michel, ne sont pas cohérentes avec les propres renseignements prospectifs de l’UE.

L’écart le plus flagrant est l’absence de durabilité. La transition vers la durabilité a été un pilier constant des recommandations politiques tournées vers l’avenir, mais cela n’apparaît pas dans le projet de priorités pour 2024-2029.

Un pas en avant, deux pas en arrière ?

Les preuves dont disposent les dirigeants ont été méticuleusement rassemblées. Au cours des cinq dernières années, l’UE a fait des pas en avant dans sa « réflexion sur l’avenir » et s’est dotée d’une grande quantité d’informations et d’idées sur les « futurs » possibles auxquels nous sommes confrontés, résumées dans les rapports annuels de prospective stratégique. La prospective stratégique est une discipline sérieuse ; une manière systémique d’aider à se préparer aux chocs et opportunités futurs.

En 2019, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a créé, pour la première fois, un poste chargé d’intégrer la prospective stratégique au cœur de l’élaboration des politiques de l’UE. Le vice-président exécutif et commissaire européen Maroš Šefčovič est depuis lors le visage de la prospective.

La résilience, la durabilité et le bien-être ont été des thèmes constants ces dernières années. Tout comme la sécurité et la défense, la démocratie et l’État de droit. Mais même si ce dernier groupe est bien pris en compte dans le nouvel Agenda stratégique, les considérations environnementales et climatiques ainsi que le bien-être durable sont pratiquement inexistants.

Le commissaire européen chargé des relations interinstitutionnelles et de la prospective, Maros Sefcovic, s'exprime lors d'une conférence de presse à Bruxelles, en mai 2023.
Le commissaire européen chargé des relations interinstitutionnelles et de la prospective, Maros Sefcovic, s’exprime lors d’une conférence de presse à Bruxelles, en mai 2023.

Sous son mandat, la capacité à fournir des renseignements futurs a été renforcée au sein de l’unité scientifique interne de la Commission, le Centre commun de recherche, et au sein du Secrétariat général central, qui rend compte directement à von der Leyen.

Parallèlement, un réseau interne de praticiens de la prospective a été constitué et un groupe de ministres de l’avenir au niveau national a été convoqué.

Tout cela a alimenté des rapports annuels solides qui fournissent un ensemble de preuves sur les menaces et les tendances auxquelles l’Europe doit se préparer et identifier des « domaines d’action clés » pour éclairer le travail de la Commission européenne et l’orientation du bloc.

La résilience, la durabilité et le bien-être ont été des thèmes constants ces dernières années. Tout comme la sécurité et la défense, la démocratie et l’État de droit.

Mais même si ce dernier groupe est bien pris en compte dans le nouvel Agenda stratégique, les considérations environnementales et climatiques ainsi que le bien-être durable sont pratiquement inexistants.

Les dirigeants européens ignorent les preuves

Si l’on compare le projet de fuite des principales priorités des dirigeants de l’UE avec le dernier rapport de prospective stratégique, il apparaît que les connaissances que la Commission européenne a investies au cours des cinq dernières années dans la construction sont ignorées.

La communication prospective de l’année dernière était intitulée « La durabilité et le bien-être des citoyens au cœur de l’autonomie stratégique ouverte de l’Europe ».

Le document de 21 pages cite « durable » ou « durabilité » pas moins de 80 fois. Parmi ses 10 domaines d’action prioritaires, six visent à assurer une transition durable – grâce à une économie carboneutre, à des changements dans la production et la consommation, aux flux financiers, aux budgets publics, aux indicateurs, et en veillant à ce que tous les Européens puissent contribuer à la transition.

Le projet de programme quinquennal relègue la résilience, un objectif pour lequel la Commission actuelle a mobilisé 648 milliards d’euros, à une référence étroite en matière d’utilisation des ressources. Le climat n’est mentionné que deux fois – une fois en lien avec l’innovation et une fois dans le point : « Préparez-vous aux nouvelles réalités découlant du changement climatique ».

Les priorités clés de l’unité officielle de l’UE pour la préparation à l’avenir sont largement absentes des orientations émises par les chefs d’État de l’UE. Et même si l’agenda stratégique divulgué néglige des aspects clés des propres recherches et preuves de l’UE, il n’est pas non plus informé par l’opinion publique.

Une jeune fille brandit une pancarte indiquant la circulation venant en sens inverse alors qu'elle participe à une marche et une manifestation pour le climat à Bruxelles, en octobre 2021.
Une jeune fille brandit une pancarte indiquant la circulation venant en sens inverse alors qu’elle participe à une marche et une manifestation pour le climat à Bruxelles, en octobre 2021.

Ni la décarbonisation ni la carboneutralité n’étaient dignes d’être mentionnées par les chefs d’État, malgré l’objectif contraignant d’une Europe carboneutre d’ici 2050.

En d’autres termes, les priorités clés de l’unité officielle de l’UE chargée de la préparation à l’avenir sont largement absentes des orientations émises par les chefs d’État de l’UE.

Et même si l’agenda stratégique divulgué néglige des aspects clés des propres recherches et preuves de l’UE, il n’est pas non plus informé par l’opinion publique.

De récents sondages du Baromètre de l’UE nous indiquent que 85 % des citoyens de l’UE pensent que l’action climatique conduit à un plus grand bien-être et à davantage d’emplois, 78 % pensent que l’action climatique aidera l’économie et 83 % conviennent que l’UE devrait investir massivement dans les énergies renouvelables. (Les baromètres de l’UE constituent une autre riche source de données – celle-ci étant axée sur les attitudes du public et le soutien des citoyens aux politiques – que les dirigeants européens semblent choisir d’ignorer.)

Nous avons besoin d’une stratégie prospective pour l’Europe

Il est crucial, et encore possible, d’aligner les priorités de l’UE pour 2024-2029 sur la prospective et l’opinion publique. Les principaux domaines d’action découlant des rapports prospectifs peuvent compléter le projet d’agenda stratégique avec des éléments manquants, principalement la durabilité.

L’incertitude et la « polycrise » nécessitent un recours accru aux méthodes de prospective, et non moins, par exemple via un « prévisionniste en chef » au niveau de l’UE pour intégrer la pratique dans tous les domaines politiques et dans les institutions.

Se guider sur la richesse des données disponibles est le meilleur moyen pour l’UE d’établir un programme pour un avenir sûr, prospère et durable.

Laisser un commentaire

12 + 18 =