Emergency services work at a building hit by an air strike in Damascus, Syria on Saturday

Jean Delaunay

Une frappe aérienne israélienne sur Damas tuerait un commandant iranien

Les médias d’État syriens et iraniens ont rapporté que la personne tuée était probablement un membre de la force expéditionnaire Quds des Gardiens de la révolution.

Une frappe israélienne sur la capitale syrienne a détruit samedi un bâtiment utilisé par les Gardiens de la révolution paramilitaires iraniens, tuant un commandant et l’un de ses adjoints, ont rapporté les médias d’État syriens et un média iranien.

Le Réseau d’information étudiant iranien, un média radical proche de la branche Basij, entièrement composée de volontaires, a déclaré que les hommes étaient des membres de la Force expéditionnaire Quds des Gardiens de la révolution.

Un observateur de guerre de l’opposition, l’Observatoire syrien des droits de l’homme, a déclaré qu’au moins cinq personnes avaient été tuées dans l’attaque au missile qui a frappé alors que des responsables de groupes soutenus par l’Iran tenaient une réunion.

La télévision d’État syrienne a rapporté que « l’agression israélienne » avait visé un immeuble résidentiel situé dans le quartier de Mazzeh, à l’ouest de Damas, étroitement gardé, et qui abrite plusieurs missions diplomatiques. La grève de samedi était proche des ambassades du Venezuela et d’Afrique du Sud.

Les services d'urgence interviennent samedi dans un bâtiment touché par une frappe aérienne à Damas, en Syrie.
Les services d’urgence interviennent samedi dans un bâtiment touché par une frappe aérienne à Damas, en Syrie.

Un responsable connaissant la situation a déclaré que le bâtiment était utilisé par des responsables des Gardiens de la Révolution, ajoutant que les « missiles israéliens » avaient détruit tout le bâtiment et que 10 personnes avaient été tuées ou blessées dans l’attaque. Le responsable appartient à un groupe soutenu par l’Iran, mais a demandé que son nom et son affiliation ne soient pas utilisés car il n’était pas autorisé à parler publiquement des affaires de sécurité.

Les forces de sécurité se sont déployées autour du bâtiment détruit de quatre étages tandis que des ambulances et des camions de pompiers étaient aperçus dans la zone. Une recherche des personnes coincées sous les décombres était en cours. Des fenêtres ont également été brisées dans des bâtiments voisins.

Cette frappe intervient dans un contexte de tensions croissantes dans la région alors qu’Israël poursuit son offensive à Gaza. L’assaut israélien là-bas, l’une des campagnes militaires les plus meurtrières et les plus destructrices de l’histoire récente, a tué près de 25 000 Palestiniens, selon les autorités sanitaires de Gaza, provoqué des destructions généralisées et déraciné de leurs foyers plus de 80 % des 2,3 millions d’habitants du territoire.

Le mois dernier, une frappe aérienne israélienne sur une banlieue de Damas a tué le général iranien Seyed Razi Mousavi, conseiller de longue date des Gardiens de la révolution paramilitaires iraniens en Syrie. Israël a également ciblé des agents palestiniens et libanais en Syrie ces dernières années.

Les responsables iraniens et syriens reconnaissent depuis longtemps que l’Iran a des conseillers et des experts militaires en Syrie, mais ont nié la présence de troupes terrestres. Des milliers de combattants des groupes soutenus par l’Iran ont pris part au conflit syrien qui a débuté en mars 2011, contribuant ainsi à faire pencher la balance des pouvoirs en faveur du président Bachar al-Assad.

Israël a mené ces dernières années des centaines de frappes contre des cibles dans les zones contrôlées par le gouvernement en Syrie déchirée par la guerre.

Israël reconnaît rarement ses actions en Syrie, mais il a déclaré qu’il cible les bases de groupes militants alliés à l’Iran, comme le Hezbollah libanais, qui a envoyé des milliers de combattants pour soutenir les forces du président syrien Bashar Assad.

Plus tôt ce mois-ci, une frappe qui aurait été menée par Israël a tué le commandant en chef du Hamas, Saleh Arouri, à Beyrouth.

Au cours des dernières semaines, des roquettes ont été tirées depuis la Syrie vers le nord d’Israël et le plateau du Golan occupé par Israël, ajoutant aux tensions le long de la frontière libano-israélienne et aux attaques contre des navires dans la mer Rouge par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran.

Laisser un commentaire

dix-sept − quatre =