The three disputed Rubens paintings

Jean Delaunay

Trois tableaux de Rubens resteront à Courtauld après des demandes de restitution

Le gouvernement britannique a rejeté une demande visant à ce que trois tableaux de Rubens soient restitués aux héritiers de Franz Wilhelm Koenigs.

Trois tableaux de l’artiste baroque flamand Peter Paul Rubens ont été autorisés à rester à la Courtauld Gallery de Londres, après que le comité consultatif britannique en matière de spoliation a rejeté une réclamation de la famille Koenigs.

« Saint Grégoire le Grand avec saints Maure et Papianus et sainte Domitille avec saints Nérée et Achille », « La conversion de saint Paul » et « La bonté de Jacques 1 triomphant de l’avarice » ont tous été peints par Rubens entre 1606 et 1632, la période au cours de laquelle certaines de ses œuvres les plus respectées ont été créées.

Ces trois tableaux faisaient partie de la collection d’art de Franz Wilhelm Koenigs, un banquier international de Prusse, en Allemagne, au début du 20e siècle. Entre 1931 et 1935, Koenigs transfère une grande partie de sa collection d’art – y compris les trois Rubens – à la banque Lisser & Rosenkranz, en garantie de prêts.

Lisser & Rosenkranz était une banque juive basée aux Pays-Bas, mais lorsque le régime nazi a pris le contrôle de l’Europe, la banque a choisi de se liquider volontairement. Dans ce cadre, elle vendit les tableaux de Rubens au comte Antoine Seilern, un collectionneur d’art anglo-autrichien qui les légua à l’Institut Courtauld sous le nom de collection Princes Gate.

La Conversion de saint Paul de Rubens
La Conversion de saint Paul de Rubens

Koenigs est décédé en 1941 en tombant devant un train à Cologne. Ses descendants pensent qu’il a été assassiné par les nazis alors que Koenigs tentait alors d’obtenir la citoyenneté néerlandaise et que son fils était mort en combattant le régime fasciste espagnol de Franco.

La petite-fille du collectionneur d’art, Christine Koenigs, a demandé à plusieurs reprises que les tableaux de Rubens soient restitués à sa famille. C’est la cinquième fois, et la deuxième pour le comité consultatif britannique, que Christine Koenigs revendique la propriété des peintures.

Malgré la dernière demande de Christine Koenigs, selon laquelle elle devrait avoir droit, ainsi que sept des 13 héritiers de son grand-père, aux 2,4 pour cent des actions que Koenigs détenait dans la banque, la commission consultative en matière de spoliation a rejeté cette demande.

« Le Comité a conclu que les demandeurs n’avaient aucun droit légal ni moral sur les trois tableaux et que les œuvres devaient continuer à être appréciées dans un musée public, conformément aux souhaits de Franz Koenigs », peut-on lire dans le rapport.

Le Comité consultatif sur la spoliation a été créé par le gouvernement britannique en 2000 pour examiner les demandes de restitution d’œuvres d’art perdues sous le régime nazi. Pour l’instant, il semble que les trois Rubens resteront à l’Institut Courtauld.

Laisser un commentaire

15 − 1 =