European Council President Charles Michel, Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy, European Commission chief Ursula von der Leyen, in Brussels, June 27, 2024

Milos Schmidt

L’Ukraine Zelensky signe un pacte de sécurité avec l’UE lors de sa visite à Bruxelles

La visite du dirigeant ukrainien à Bruxelles lors d’un sommet des dirigeants de l’UE a eu lieu quelques jours après que le pays ait tenu ses premières négociations d’adhésion au bloc.

L’Union européenne a signé jeudi un accord de sécurité avec l’Ukraine, s’engageant à continuer à fournir à ce pays déchiré par la guerre un soutien militaire, financier, diplomatique et humanitaire sur le long terme.

« Je voudrais également vous remercier pour l’accord de sécurité », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy aux dirigeants de l’UE réunis à Bruxelles pour un sommet.

« J’invite tous ceux en Europe qui sont encore en marge de la guerre de sécurité à nous rejoindre », a-t-il ajouté.

Du côté de l’UE, l’accord a été signé par le président du Conseil européen, Charles Michel, et par Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission.

Michel a déclaré dans un post X peu après la cérémonie de signature que « ces engagements aideront l’Ukraine à se défendre, à résister à la déstabilisation et à dissuader de futurs actes d’agression » et qu’ils constituent « une preuve plus concrète de la détermination inébranlable de l’UE à soutenir l’Ukraine sur le long terme ». transporter. »

Zelensky a également signé des accords de sécurité bilatéraux avec la Lituanie et l’Estonie, s’ajoutant à ceux qu’il a déjà conclus avec d’autres États membres de l’UE, dont la France et l’Allemagne.

Armes et réformes

Dans le cadre de l’accord UE-Ukraine, le bloc s’engage à fournir « un soutien prévisible, à long terme et durable à la sécurité et à la défense de l’Ukraine », à poursuivre la formation des forces de sécurité et militaires ukrainiennes, à stimuler la coopération entre les industries de défense ukrainiennes et européennes et à renforcer coopération pour contrer les menaces hybrides et cybernétiques ainsi que la manipulation et l’ingérence des informations étrangères.

L’un des engagements clés est d’«accélérer et d’intensifier la fourniture de toute l’aide militaire nécessaire». Mais le document de 12 pages ne mentionne que le financement pour 2024 via le Fonds d’aide à l’Ukraine – d’un montant de 5 milliards d’euros – sans aucun engagement supplémentaire pour les années suivantes.

Il note seulement que « d’autres augmentations annuelles comparables pourraient être envisagées jusqu’en 2027, sur la base des besoins ukrainiens et sous réserve des orientations politiques du Conseil ».

Les soi-disant « engagements de sécurité plus larges » prévoient également un soutien de l’UE au processus d’adhésion et de réforme de l’Ukraine, un soutien financier prévisible à la reconstruction et à la modernisation, une intégration progressive dans le marché unique, une « volonté continue » d’imposer des sanctions à la Russie et de « prendre les devants ». progresser vers l’utilisation des revenus des actifs immobilisés de la Russie pour soutenir l’Ukraine ».

« L’Ukraine est prête » pour les prochaines étapes d’adhésion

Zelensky a également profité de son temps avec les dirigeants européens pour réitérer ses appels à davantage d’assistance militaire, notamment en matière de systèmes de défense aérienne, qui, selon lui, étaient « nécessaires de toute urgence sur le champ de bataille ».

« L’artillerie, les obus et le respect de toutes les promesses sont importants non seulement pour protéger des vies humaines, mais aussi pour détruire l’illusion russe selon laquelle ils obtiendront quelque chose par la guerre », a-t-il également déclaré.

« Nous devons protéger Kharkiv et toutes les autres villes d’Ukraine contre les bombes guidées russes. C’est un gros problème. Nos frappes à longue portée et notre défense aérienne moderne sont la clé pour mettre fin à cette terreur », a-t-il déclaré.

L’UE a du mal à répondre aux exigences de Zelensky. L’année dernière, elle n’a pas réussi à atteindre l’objectif qu’elle s’était fixé de fournir à Kiev un million de munitions. Les décisions concernant la fourniture de certains types d’équipements, notamment des chars, des missiles à longue portée et des avions de chasse, ont mis du temps à se concrétiser.

Zelensky s’est néanmoins dit « reconnaissant » pour le soutien apporté jusqu’à présent.

L’UE a approuvé ce mois-ci un 14e ensemble de sanctions contre la Russie, qui visaient pour la première fois les approvisionnements en gaz naturel liquéfié (GNL). Un accord visant à utiliser les bénéfices exceptionnels provenant des actifs immobilisés de la Russie dans l’UE – estimés à 210 milliards d’euros – a également été conclu ce mois-ci, la première tranche d’une valeur de 1,4 milliard d’euros devant être débloquée sous peu.

Les premières négociations d’adhésion à l’UE ont également eu lieu cette semaine, que Zelensky a qualifié de « grand pas en avant historique ».

« Nous espérons que les prochaines étapes ne seront pas retardées, y compris la procédure officielle de sélection. L’Ukraine est prête à franchir toutes les étapes nécessaires », a-t-il ajouté.

Après avoir quitté le sommet du Conseil européen, Zelensky a rencontré Jens Stoltenberg, le secrétaire général sortant de l’alliance militaire de l’OTAN.

Laisser un commentaire

18 − dix =