A honour guard soldier holds a rifle with a Russian flag mounted on a gun

Milos Schmidt

L’inflation russe atteint son plus haut niveau depuis un an en février sur les prix des services

L’inflation russe en février a été principalement stimulée par la hausse de l’inflation des services et des produits non alimentaires.

Le taux d’inflation en glissement annuel en Russie pour février a atteint un sommet d’un an à 7,7%, dépassant les attentes des analystes de 7,6%

Les chiffres publiés mercredi par le Service fédéral des statistiques de Russie représentent une nette augmentation par rapport aux 7,4 % de janvier. C’est également près du double de l’objectif de 4 % fixé par la banque centrale russe.

En outre, l’inflation sous-jacente a atteint son plus haut niveau sur un an en février, à 7,6 %, contre 6,8 % en janvier. L’inflation mensuelle s’est légèrement stabilisée, s’établissant à 0,7 % en février, contre 0,9 % en janvier.

La hausse des prix sur un an est principalement due à l’inflation des prix des services, qui a légèrement augmenté de 8,5%, contre 8,1% le mois précédent. L’inflation des produits non alimentaires a également augmenté de 6,6%, contre 6,2% en janvier. Toutefois, l’inflation des prix alimentaires est restée stable à 8,1 %.

Cependant, en ce qui concerne les prix mensuels, l’inflation des produits alimentaires a diminué à 0,8% contre 1,3% en janvier, tandis que l’inflation des produits non alimentaires a ralenti à 0,3%, contre 0,5% le mois précédent. En revanche, l’inflation mensuelle des services a également été élevée, à 1,1 % en février, contre 0,8 % en janvier.

Pourquoi l’inflation russe s’envole-t-elle ?

L’inflation russe a grimpé en flèche ces derniers mois, en raison des effets persistants des sanctions internationales sur les prix courants dans le pays.

Une série de sanctions, en réponse à l’agression continue du pays en Ukraine, signifie que la Russie se trouve désormais confrontée à des options considérablement réduites en matière de commerce international et d’achat de plusieurs biens.

Cela signifie également que l’importation de certains biens est désormais devenue beaucoup plus lourde, longue et coûteuse, ce qui se traduit par une hausse des prix pour les consommateurs.

La Russie continue également à dépenser massivement dans les opérations militaires et de défense, afin de continuer à financer la guerre en Ukraine. Cela comprend des éléments tels que les armes, le matériel de transport et les salaires des soldats, entre autres dépenses.

La Banque centrale de la Fédération de Russie a également considérablement augmenté ses taux d’intérêt au cours des derniers mois, le taux actuel étant de 16 %. Cela a largement contribué à la dévaluation du rouble, notamment par rapport au dollar américain, ce qui a rendu les importations encore plus chères.

Les sanctions internationales ont principalement touché les secteurs russes les plus générateurs de revenus, tels que le pétrole, le gaz, les métaux et les mines.

Plus récemment, les sanctions du Royaume-Uni et de l’UE se sont intensifiées, alors que la guerre entre la Russie et l’Ukraine célèbre son deuxième anniversaire. La mort du chef de l’opposition russe Alexeï Navalny dans une colonie pénitentiaire de l’Arctique a également entraîné des sanctions plus strictes contre le pays.

Bien qu’il semble que l’économie russe soit encore assez résiliente face à ces sanctions, la croissance de son produit intérieur brut est en grande partie due à l’inflation des dépenses militaires. Le plus souvent, cette augmentation des dépenses de guerre se fait au détriment de l’amélioration des conditions de vie des citoyens russes.

Laisser un commentaire

6 + 9 =