Members of Muslim Talba Mahaz Pakistan chant slogans at a demonstration to condemn Iran strike in the Pakistani border area, in Islamabad, Pakistan on Thursday

Jean Delaunay

Les frappes aériennes entre le Pakistan et l’Iran pourraient-elles être le début d’une escalade régionale ?

Onze personnes ont été tuées cette semaine lors de frappes aériennes menées par l’Iran et le Pakistan. Qu’est-ce qui se cache derrière ces frappes et qu’est-ce que cela pourrait signifier pour l’avenir ?

Les frappes aériennes de cette semaine entre l’Iran et le Pakistan, qui ont tué au moins 11 personnes, marquent une escalade significative dans les relations tendues entre les voisins.

Des insurrections de faible intensité de longue durée de part et d’autre de la frontière ont frustré les deux pays, et les cibles apparentes des frappes – celles de l’Iran mardi et la réponse du Pakistan jeudi – étaient des groupes d’insurgés dont l’objectif est un Baloutchistan indépendant pour les zones ethniques baloutches du pays. Iran, Pakistan et Afghanistan.

La question est donc maintenant de savoir pourquoi l’Iran et le Pakistan choisiraient de frapper les insurgés sur leurs territoires respectifs plutôt que sur leurs propres territoires, compte tenu du risque d’une conflagration plus large.

Un bref historique des relations entre l’Iran et le Pakistan

L’Iran et le Pakistan partagent une frontière de 900 kilomètres largement anarchique, où les passeurs et les militants circulent librement. Les deux pays se soupçonnent mutuellement de soutenir, ou du moins de se comporter avec indulgence, à l’égard de certains groupes opérant de l’autre côté de la frontière.

Jaish al-Adl, le groupe séparatiste sunnite ciblé par l’Iran mardi, opérerait depuis le Pakistan et lancerait des attaques contre les forces de sécurité iraniennes.

L’Armée de libération baloutche, créée en 2000 et qui a lancé des attaques contre les forces de sécurité pakistanaises et des projets d’infrastructures chinois, est soupçonnée de se cacher en Iran.

Un Pakistanais consulte jeudi les journaux du matin couvrant l'article en première page de la frappe iranienne, sur un stand à Islamabad, au Pakistan.
Un Pakistanais consulte jeudi les journaux du matin couvrant l’article en première page de la frappe iranienne, sur un stand à Islamabad, au Pakistan.

Pourquoi le Pakistan a-t-il riposté jeudi – et pourquoi maintenant ?

Le Pakistan a déclaré que ses frappes en Iran jeudi visaient les cachettes de l’Armée de libération du Baloutchistan et du Front de libération du Baloutchistan. Il a ajouté qu’il souhaitait envoyer un message à l’Iran et à d’autres voisins, en les avertissant qu’ils peuvent riposter s’ils sont provoqués.

La dernière fois que le Pakistan a riposté contre un pays voisin, c’était en 2019, lorsqu’il avait abattu deux avions de combat indiens et capturé un pilote dans la région contestée du Cachemire. Cela faisait suite à une frappe indienne au Pakistan contre ce que New Delhi prétendait être un camp d’entraînement terroriste.

Les deux pays entretiennent depuis longtemps des relations volatiles, mais ces grèves sont probablement motivées par des dynamiques internes.

Téhéran subit une pression croissante en faveur d’une action quelconque après l’attaque meurtrière du groupe État islamique au début du mois, ainsi que la guerre menée par Israël contre l’allié de l’Iran, le Hamas, et les troubles plus larges contre sa théocratie. L’attaque du Pakistan jeudi a également servi un objectif national, selon les analystes.

« Le gouvernement et l’armée subissent une pression immense (depuis mardi) », a déclaré à l’AP Abdullah Khan, du groupe de réflexion de l’Institut pakistanais d’études sur les conflits et la sécurité à Islamabad, ajoutant : « La perception du public d’une armée forte n’est pas la même. c’était le cas, il a donc dû réagir.

Quelle est la probabilité que la situation dégénère ?

L’armée iranienne a lancé jeudi un exercice annuel de défense aérienne prévu depuis son port de Chabahar, près du Pakistan, à l’est, jusqu’à la frontière avec l’Irak, à l’ouest, à travers le pays. L’exercice comprendra des tirs réels depuis des avions, des drones et des systèmes de défense aérienne.

De nouvelles frappes de l’Iran et du Pakistan ne peuvent être exclues, même si les attaques de cette semaine soulèvent des questions sur l’état de préparation de leurs propres armées, en particulier sur leurs systèmes radar et de défense aérienne.

Pour le Pakistan, de tels systèmes sont cruciaux compte tenu des tensions constantes et faibles avec son rival doté de l’arme nucléaire, l’Inde. Ses équipements ont longtemps été déployés le long de cette frontière plutôt que sur celle avec l’Iran. Par ailleurs, l’Iran s’appuie sur des systèmes de radar et de défense aérienne en cas d’éventuelles frappes de son principal ennemi, les États-Unis.

Que signifient les frappes aériennes pour l’Iran et le Pakistan ?

Le lancement de ces frappes permet à Téhéran de montrer qu’il mènera directement une action militaire sans risquer une confrontation plus large avec Israël et les États-Unis, d’autant plus que les tensions restent également élevées à propos du programme nucléaire iranien qui progresse rapidement.

Cependant, les frappes aériennes pourraient se retourner contre le Pakistan, car l’Armée de libération baloutche a déclaré qu’elle allait venger les meurtres et mener une guerre contre l’État.

Laisser un commentaire

quatre × trois =