A street market in Madrid

Milos Schmidt

Les actions espagnoles ont atteint leur plus haut niveau depuis six ans : l’été maintiendra-t-il son élan ?

Le marché boursier espagnol a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2018. Malgré une volatilité estivale historique, des indicateurs économiques positifs et des valorisations attrayantes suggèrent une résilience potentielle à venir.

Le marché boursier espagnol, suivi par l’indice IBEX 35, a grimpé de 5 % au cours des deux premières semaines de mars, soit une hausse de 20 % par rapport à l’année dernière. Le rallye a été propulsé par les performances exceptionnelles des grandes entreprises et par la santé dynamique de l’économie espagnole.

Les entreprises espagnoles profitent d’une forte dynamique

Un moteur important de cette récente hausse est Inditex, le conglomérat derrière des marques de mode emblématiques telles que Zara, Massimo Dutti, Bershka et Pull&Bear, qui constitue 14 % de l’IBEX 35. Le titan de la mode a déclaré un bénéfice net historique de 5,4 milliards d’euros pour l’exercice 2023, marquant une augmentation de 30,3 % par rapport à l’année précédente. Cette annonce a propulsé les actions d’Inditex à s’envoler de plus de 7 %, atteignant de nouveaux sommets historiques.

Le secteur bancaire espagnol, qui représente près d’un tiers de l’IBEX 35, a également contribué à cette hausse, avec des acteurs majeurs comme BBVA, Banco Sabadell et Caixabank SA, qui ont vu leurs actions augmenter de 25 %, 21 % et 19 %. année à ce jour, respectivement. La croissance est largement tirée par des marges d’intérêt plus élevées, en raison des taux d’intérêt plus élevés dans la zone euro.

L’économie espagnole signale une expansion et des indicateurs financiers sains

Sur le plan macroéconomique, l’Espagne a surperformé la zone euro stagnante en atteignant une croissance de 0,6 % au dernier trimestre 2023. De plus, l’Espagne s’est démarquée par son taux de création d’emplois robuste par rapport aux autres pays européens au cours de la même période.

En février, le secteur privé espagnol, y compris les services et l’industrie manufacturière, a affiché une forte croissance. L’indice PMI des services est passé à 54,7, indiquant la croissance la plus rapide en neuf mois, tandis que l’indice PMI manufacturier a augmenté à 51,5, marquant la première expansion en un an.

Les ventes au détail ont connu une croissance constante pendant 14 mois consécutifs, lorsque mesurées sur une base annuelle, le chômage est tombé à son plus bas niveau depuis 2008 et l’inflation annuelle est tombée à 2,8 % en février 2024, le plus bas depuis six mois.

Ces indicateurs soulignent une confiance croissante dans le système financier espagnol, comme en témoigne le faible écart entre les rendements obligataires espagnols et allemands. Le rendement des Bonos à 10 ans n’est que de 78 points de base supérieur à celui du Bund allemand, soit l’écart le plus faible depuis janvier 2022 et bien en dessous des moyennes historiques.

Le tourisme s’est complètement remis de la crise pandémique, le nombre de touristes l’été dernier correspondant aux niveaux de 2019. Environ 20,2 millions de touristes ont visité l’Espagne en juillet et août 2023, et ce nombre pourrait augmenter au cours de l’été prochain, battant potentiellement le record établi. en 2017.

Actions espagnoles : vendre en mai et partir ?

Contrairement aux idées reçues, les mois d’été n’ont pas été traditionnellement favorables à l’IBEX 35, l’indice affichant historiquement une baisse de mai à septembre, et juin étant souvent le mois le plus difficile, avec une baisse moyenne de 2,3% sur les 33 dernières observations.

Les actions espagnoles ont tendance à se redresser après l’été, les mois d’octobre, novembre et décembre affichant historiquement des rendements mensuels positifs en moyenne.

Malgré ces vents contraires saisonniers, la dynamique positive dominante et les mesures de valorisation attrayantes – le marché boursier espagnol se négociant à un ratio cours/bénéfice (PE) de 11,5x, bien en dessous de sa moyenne sur trois ans de 18,6x, et un cours-bénéfice (PE) de 11,5x, bien en dessous de sa moyenne sur trois ans de 18,6x, et un cours-bénéfice (PE) rapport aux ventes situé en dessous de 1, proche des plus bas records – propose un contre-récit.

Alors que les actions espagnoles évoluent dans cette dynamique, seul le temps nous dira si la malédiction estivale peut être évitée, permettant à l’IBEX 35 de profiter de sa fête actuelle.

Laisser un commentaire

3 × deux =