Protesters hold posters with portraits of detained opposition activists during a protest demanding freedom for political prisoners in Belarus, in front of the Belarus Embassy,

Jean Delaunay

Le ministère lituanien des Affaires étrangères exige des réponses après la mort d’un citoyen dans une prison biélorusse

Le gouvernement lituanien exige des réponses après la mort d’un citoyen dans une prison biélorusse.

Un citoyen lituanien arrêté à la frontière entre la Lituanie et la Biélorussie est décédé dans une prison biélorusse. Les autorités lituaniennes n’ont appris le décès qu’après avoir tenté à plusieurs reprises de contacter le détenu.

« De nombreuses demandes ont été faites, de nombreuses lettres ont été écrites, de nombreux appels ont été lancés pour une réunion. Nous n’en avons pas reçu, nous avons donc écrit une autre note. En réponse à cette note, nous avons reçu un appel des institutions biélorusses indiquant qu’il Il n’est pas possible d’organiser une réunion, car le citoyen lituanien est mort », déclare Asta Andrijauskiene, l’ambassadeur itinérant de Lituanie en Biélorussie.

Surpris et indignés par la mort du citoyen lituanien, les autorités lituaniennes demandent des explications à leurs homologues biélorusses.

Selon l’ambassadeur de Lituanie, « de nombreux citoyens lituaniens sont détenus en Biélorussie » pour diverses raisons. Dans la plupart des cas, les autorités sont informées par des personnes qui ont perdu la trace de proches partis pour la Biélorussie.

La chef de l'opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya tient un portrait de son mari emprisonné Syarhey Tsikhanousky participant à une manifestation réclamant la liberté des prisonniers politiques
La chef de l’opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya tient un portrait de son mari emprisonné Syarhey Tsikhanousky participant à une manifestation réclamant la liberté des prisonniers politiques

La chef de l’opposition biélorusse en exil, Sviatlana Tsikhanouskaya, a marché la semaine dernière vers l’ambassade du pays en Lituanie, tenant une photo de son mari emprisonné et exigeant des informations sur lui après un an de mise au secret.

Siarhei Tsikhanouski fait partie des nombreuses personnalités de l’opposition emprisonnées dont les proches, selon leurs proches, n’ont pas eu de nouvelles depuis un an ou plus.

« Depuis exactement un an, ni moi ni mes enfants ne connaissons le sort de Siarhei, qui est détenu en prison par les autorités biélorusses dans un isolement complet », a déclaré Tsikhanouskaya.

Elle a appelé le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, à intervenir auprès de la Biélorussie sur le sort des prisonniers politiques.

Laisser un commentaire

16 + 4 =