German Chancellor Olaf Scholz answers questions from lawmakers at the Bundestag in Berlin.

Jean Delaunay

Le chancelier allemand Olaf Scholz défend son refus d’envoyer des missiles Taurus à l’Ukraine

Le gouvernement allemand a été humilié par la récente fuite d’un enregistrement d’officiers supérieurs contredisant les arguments publics du chancelier.

Le chancelier Olaf Scholz a défendu son refus d’envoyer des missiles de croisière à longue portée Taurus en Ukraine, déclarant mercredi aux législateurs allemands que la prudence n’est pas une faiblesse, tout en insistant sur sa confiance en Kiev.

L’Allemagne est devenue le deuxième fournisseur d’aide militaire à l’Ukraine après les États-Unis, mais Scholz résiste depuis des mois au désir de l’Ukraine de se doter de missiles allemands Taurus.

Leur portée peut atteindre 500 kilomètres, ce qui signifie qu’ils pourraient en théorie être utilisés contre des cibles situées loin sur le territoire russe.

Cette position a frustré le principal bloc d’opposition de centre-droit et certaines parties de la coalition tripartite de Scholz.

Les critiques n’ont pas diminué après que Scholz ait finalement proposé une explication détaillée le mois dernier, soulignant son insistance sur le fait que l’Allemagne ne devait pas s’impliquer directement dans la guerre.

Le chancelier a longtemps insisté sur sa détermination à aider l’Ukraine sans escalader la guerre et sans y entraîner l’Allemagne et l’OTAN, soulignant qu’aucun soldat allemand n’irait en Ukraine.

Le 22 février, les législateurs allemands ont appelé le gouvernement à livrer davantage d’armes à longue portée à l’Ukraine. Ils ont toutefois rejeté un appel de l’opposition appelant explicitement au transfert des missiles Taurus.

Au cours des deux dernières années, Scholz a parfois été critiqué pour avoir semblé hésiter avant de proposer à Kiev divers systèmes d’armes allemands, comme les chars de combat Leopard 2. Il a travaillé beaucoup plus dur sur les missiles Taurus, même s’il n’a pas explicitement exclu la possibilité de les livrer à un moment donné.

« De mon point de vue, il s’agit d’une arme à très longue portée », a-t-il déclaré à la chambre basse du Parlement, le Bundestag. « Etant donné l’importance de ne pas perdre le contrôle des cibles, cette arme ne pourrait pas être utilisée sans le déploiement de soldats allemands. Je rejette cela. »

Soulignant les importantes contributions de l’Allemagne à la défense de l’Ukraine, Scholz a déclaré qu' »il reste essentiel que nous pesions soigneusement chaque décision individuelle ».

« La prudence n’est pas quelque chose que l’on peut qualifier de faiblesse, comme certains le font », a-t-il déclaré. « La prudence est une chose à laquelle les citoyens de notre pays ont droit. »

Toujours des excuses

Les critiques rejettent l’insistance de Scholz selon laquelle les missiles Taurus ne pourraient être utilisés de manière responsable qu’avec la participation de soldats allemands, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Ukraine – ce qui, selon lui, est « une ligne que moi, en tant que chancelier, ne veux pas franchir ».

Lors d’un échange parfois difficile avec des législateurs conservateurs lors d’une séance de questions-réponses régulière, Scholz a rejeté la suggestion selon laquelle il ne faisait pas confiance à l’Ukraine pour utiliser les missiles de manière responsable.

« Nous faisons confiance à l’Ukraine. C’est pourquoi l’Allemagne est de loin le plus grand fournisseur d’armes parmi les Etats européens », a-t-il déclaré.

La Grande-Bretagne et la France ont annoncé depuis longtemps qu’elles enverraient respectivement des missiles à longue portée Storm Shadow et Scalp en Ukraine.

Mais Scholz a déclaré le mois dernier que « ce qui est fait en matière de contrôle des cibles et de contrôle des cibles qui les accompagne de la part des Britanniques et des Français ne peut pas être fait en Allemagne ». Il n’a pas donné de détails à ce moment-là, ni mercredi.

Le député conservateur Norbert Röttgen a accusé Scholz de « ne pas expliquer les véritables motivations de votre politique, (et) de trouver à plusieurs reprises de nouvelles excuses qui se contredisent en partie et s’excluent mutuellement ».

Jeudi, l’opposition de centre-droit a présenté une nouvelle motion exhortant le gouvernement à soumettre les missiles Taurus à un vote au Bundestag, dans l’espoir d’exploiter les divisions au sein de la coalition gouvernementale.

La fuite embarrassante d’un enregistrement de quatre officiers supérieurs de l’armée de l’air allemande discutant hypothétiquement de la manière dont Kiev pourrait utiliser des missiles Taurus contre les forces russes a été à peine évoquée lors de la séance de mercredi.

Laisser un commentaire

quatorze − 7 =