EU flags

Jean Delaunay

« L’avenir de l’Europe est menacé » : une lettre ouverte demande que les élections européennes prennent la culture au sérieux

La Fondation européenne de la culture, Culture Action Europe et Europa Nostra ont publié une lettre ouverte exhortant les groupes politiques européens à considérer la culture comme une question clé lors des prochaines élections au Parlement européen.

À la veille des élections au Parlement européen qui auront lieu du 6 au 9 juin 2024, la lettre #CulturalDealEU (CDEU) est dirigée par la Fondation européenne de la culture (ECF) aux côtés de Culture Action Europe et Europa Nostra et exige que « la culture soit explicitement prise en compte ». inclus dans les programmes électoraux et les programmes des partis et groupes politiques.

La lettre ouverte de l’association caritative basée aux Pays-Bas souligne l’importance de la culture pour les objectifs idéologiques de l’Union européenne, visant à promouvoir l’intégration des États membres en valorisant les cultures individuelles de chaque nation.

« La culture enflamme le cœur des citoyens et alimente leur esprit. La culture représente ce que nous voulons pour l’avenir de nos sociétés. Car sans culture, l’avenir même de l’Europe est menacé. Car c’est son cœur qui bat », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un porte-parole de l’ECF.

La lettre du CDEU évoque les nombreux défis auxquels est confronté le sentiment d’unité de l’UE à travers des valeurs partagées. Plus récemment, l’invasion de l’Ukraine par la Russie a créé « de terribles défis pour l’Ukraine dans son ensemble, y compris pour ses secteurs culturels. En plus de semer la mort et la destruction dans les villes et les civils, parmi lesquels de nombreux artistes et travailleurs culturels, l’envahisseur a délibérément pris pour cible les biens culturels de l’Ukraine.»

L’invasion de l’Ukraine par Poutine représente un moment décisif pour l’Europe, affirme l’ECF, alors que la menace de son approche s’étend à tout le continent. « La montée des partis populistes et extrémistes dans de nombreux pays remet en question les fondements mêmes de nos démocraties et les valeurs dont jouissent depuis longtemps les citoyens. »

L’Europe se soucie de la culture

Le patrimoine culturel revêt une importance capitale pour les électeurs européens, explique la lettre du CDEU. Une récente enquête Eurobaromètre a révélé que huit Européens sur dix considèrent que le patrimoine culturel est important pour leur communauté, leur région et l’UE dans son ensemble.

Le secteur culturel emploie également 7,7 millions de personnes en Europe, ce qui représente 3,8 % de l’emploi total de l’UE, et contribue de la même manière à 4 % du PIB de l’UE. Pourtant, seulement 0,2 % du budget de l’UE est réservé à la culture. À titre de comparaison, l’agriculture contribue à hauteur de 1 % au PIB de l’UE, mais en reçoit 11 %.

L'intérieur du Parlement européen
L’intérieur du Parlement européen

Considérant les divergences dans la manière dont la culture est financée, un porte-parole de l’ECF explique : « La culture est encore considérée comme un secteur d’importance mineure et reste donc en marge de la pensée et de l’action politiques – malgré le fait que les données montrent son impact économique, social et culturel intrinsèque. valeur pour l’Europe et pour l’Europe dans le monde.

Il est extrêmement important que le Parlement européen prenne au sérieux l’impact de la culture, poursuit l’ECF. « Nous craignons que l’extrême droite ait mieux compris le pouvoir de la culture et qu’elle utilise la culture pour influencer les cœurs et les esprits, notamment en s’infiltrant dans les sphères des médias sociaux. Car la culture façonne ce que nous sommes, en tant qu’Européens, et elle doit donc être placée au centre du projet européen et au cœur des discussions sur l’avenir de notre continent », expliquent-ils.

Promouvoir la culture en Europe

Ce n’est pas la première fois que la FEC défend la culture dans l’UE. L’organisation existe depuis 1954 et a supervisé certains des plus grands programmes d’échanges culturels de l’UE. Dans les années 80, il a contribué au lancement du programme d’échange d’étudiants Erasmus qui a depuis permis à environ 14 millions d’étudiants d’étudier à l’étranger.

Le succès le plus récent d’ECF réside dans sa réponse à la pandémie de Covid-19. Aux côtés de Culture Action Europe et Europa Nostra, deux grands réseaux culturels européens, l’ECF a lancé la campagne Cultural Deal for Europe. À l’instar du pacte vert de l’UE, l’idée était que l’UE se concentre sur l’intégration de la culture dans ses politiques de relance après la pandémie.

Des millions d'étudiants ont étudié à l'étranger grâce au programme Erasmus
Des millions d’étudiants ont étudié à l’étranger grâce au programme Erasmus

Après que la pandémie ait vu le secteur culturel de l’UE perdre environ 200 milliards d’euros de revenus en 2020, la campagne Un accord culturel pour l’Europe a été un succès. Il a été soutenu par plus de 110 réseaux et organisations culturels et a conduit le Parlement européen à adopter l’objectif de 2 % de dépenses pour la relance de la culture, garantissant ainsi environ 12 milliards d’euros.

Cette nouvelle campagne de l’ECF en amont des élections sismiques de cette année vise à revisiter et élargir les objectifs de l’Accord Culturel pour l’Europe. Une fois de plus, les trois réseaux exigent que les hommes politiques et les groupes politiques européens prennent la culture au sérieux, en l’incluant dans leurs programmes et en informant les dirigeants de l’importance de la culture pour la société civile. Ils veulent « réaliser le potentiel de la culture et du patrimoine culturel pour le développement durable, en tant que moteurs de paix et de justice sociale, ainsi que les efforts visant à intégrer pleinement la culture dans le Green Deal de l’UE ».

Parallèlement à l’objectif de 2 % de financement de la culture, le plan CDEU prévoit des améliorations pour les domaines marchands et non marchands du secteur culturel. Cela va des industries comme le cinéma et la musique aux objectifs moins tangibles mais non moins importants de « renforcer le sentiment européen ».

Les suggestions incluent l’ajout de la culture au portefeuille d’un vice-président de la Commission européenne et des politiques culturelles européennes de longue haleine.

Laisser un commentaire

un + 10 =