Houthi fighters and tribesmen stage a rally against the U.S. and the U.K. strikes on Houthi-run military sites near Sanaa, Yemen, on Sunday, Jan. 14, 2024.

Jean Delaunay

L’armée américaine lance un nouveau barrage de missiles contre des sites houthis au Yémen

La marine américaine a déclaré que les missiles avaient touché 14 cibles militaires houthistes qui s’apprêtaient à lancer de nouvelles salves sur des navires marchands.

L’armée américaine a lancé une nouvelle vague de frappes de missiles depuis la mer Rouge contre des sites contrôlés par les Houthis, alors que la violence consécutive à la guerre entre Israël et le Hamas continue de se propager au Moyen-Orient.

Cette attaque marque la quatrième fois en quelques jours que le groupe au Yémen est directement visé et fait suite à la dernière attaque des Houthis contre un navire commercial dans la mer Rouge.

Les frappes américaines ont touché 14 missiles que le commandement considérait comme une « menace imminente ». Elles font suite à une annonce officielle mercredi selon laquelle les États-Unis ont réinscrit les Houthis sur leur liste de terroristes mondiaux spécialement désignés.

Les sanctions qui accompagnent cette désignation officielle visent à couper les groupes extrémistes violents de leurs sources de financement.

« Ces missiles sur les rails de lancement représentaient une menace imminente pour les navires marchands et les navires de la marine américaine dans la région et auraient pu être tirés à tout moment, incitant les forces américaines à exercer leur droit et leur obligation inhérents à se défendre », a déclaré le commandement central dans un communiqué. posté le X mercredi soir.

Malgré les sanctions et les frappes militaires, y compris une opération à grande échelle menée vendredi par des navires de guerre et des avions de guerre américains et britanniques qui ont touché plus de 60 cibles à travers le Yémen, les Houthis poursuivent leur campagne de harcèlement contre les navires commerciaux et militaires.

Le dernier incident s’est produit mercredi lorsqu’un drone d’attaque à sens unique a été lancé depuis une zone contrôlée par les Houthis au Yémen et a frappé le M/V Genco Picardy, battant pavillon des Îles Marshall, détenu et exploité par les États-Unis, dans le golfe d’Aden.

Les États-Unis ont également fortement averti l’Iran de cesser de fournir des armes aux Houthis. Jeudi, un raid américain sur un boutre – un voilier traditionnel de la mer Rouge – a intercepté des pièces de missiles balistiques que les États-Unis ont déclaré que l’Iran expédiait au Yémen. Deux SEAL de l’US Navy restent portés disparus après que l’un ait été renversé du navire par une vague lors de la saisie et que le second ait suivi le SEAL vaincu dans l’eau.

Mercredi, le secrétaire de presse du Pentagone, le général Pat Ryder, a déclaré que les États-Unis continueraient à mener des actions militaires pour empêcher de nouvelles attaques.

« Ils exploitent cette situation pour mener des attaques contre des navires et des navires de plus de 50 pays… à travers le monde. Nous allons donc continuer à travailler avec nos partenaires de la région pour prévenir ces attaques ou les dissuader à l’avenir », a déclaré Ryder.

Plusieurs incidents se sont produits depuis les opérations conjointes de vendredi. Les Houthis ont tiré ce week-end un missile de croisière antinavire vers un destroyer de la marine américaine, mais le navire l’a abattu.

Les Houthis ont ensuite frappé un navire américain dans le golfe d’Aden lundi et un vraquier battant pavillon maltais dans la mer Rouge mardi. En réponse, mardi, les États-Unis ont frappé quatre missiles balistiques antinavires qui étaient prêts à être lancés et qui représentaient une menace imminente pour les navires marchands et de la marine américaine dans la région.

Quelques heures plus tard, les Houthis ont revendiqué la responsabilité de l’attaque contre le vraquier Zografia battant pavillon maltais. Le navire a été touché, mais personne n’a été blessé et il a continué sa route.

Laisser un commentaire

dix-sept + huit =