FILE -Tourists walk in a crowded street in Venice, Italy, Wednesday, Sept. 13, 2023.

Jean Delaunay

La baisse du taux de natalité en Italie est une crise qui ne fait que s’aggraver

Les systèmes sociaux italiens ont déjà du mal à faire face au vieillissement de la population, et il n’existe pas de consensus sur les mesures à prendre pour y remédier.

L’Italie a depuis longtemps l’un des taux de natalité les plus bas de l’UE, et le pays vieillit à un rythme beaucoup plus rapide que les autres États membres, et la situation semble s’aggraver.

Selon les statistiques gouvernementales, le nombre moyen d’enfants par femme italienne est passé de 1,24 en 2022 à 1,2 en 2023. Les experts estiment que si la crise démographique du pays se poursuit, la population italienne de 59 millions d’habitants pourrait diminuer de près d’un million d’ici 2030.

Et les effets de la crise se font déjà sentir, le vieillissement de la population mettant à mal les systèmes de santé et de retraite italiens.

La résolution de la crise est l’une des politiques fondamentales du gouvernement et une priorité absolue du parti d’extrême droite au pouvoir au Parlement, les Frères d’Italie. Mais alors que le débat sur la manière de résoudre la crise démographique est politisé depuis des années, nombreux sont ceux qui soutiennent qu’un consensus sur une solution doit être trouvé.

Les problèmes liés à la manière dont la crise est actuellement gérée ont été récemment mis en évidence lors d’une conférence de deux jours organisée à Rome.

L’événement a offert l’occasion de discuter de ce qui est décrit comme une urgence nationale multipartite, mais une brève interruption par un groupe de jeunes militants qui ont attaqué les mesures anti-avortement du gouvernement a montré à quel point le sujet reste politiquement controversé.

Les organisateurs ont souligné qu’une institution privée était derrière l’événement et non le gouvernement.

DOSSIER – Des femmes manifestent devant le Sénat italien à Rome, le lundi 22 avril 2024.
DOSSIER – Des femmes manifestent devant le Sénat italien à Rome, le lundi 22 avril 2024.

Gigi De Palo, directrice de la Fondation pour la natalité, a insisté sur le fait que la crise devrait être traitée comme apolitique, soulignant qu’elle affecte des personnes appartenant à de nombreux groupes démographiques différents.

« C’est une question qui concerne tout le monde et tout le spectre politique, mais aussi toutes les catégories sociales, des immigrés aux personnes âgées », a-t-il déclaré.

La directrice générale de l’Institut national italien de la statistique, Sabrina Prati, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la crise était « persistante » depuis de nombreuses années.

« Depuis 2008 jusqu’à aujourd’hui, nous avons perdu environ 200 000 nouveau-nés », a-t-elle déclaré. « Les deux tiers d’entre eux sont dus au fait que des parents potentiels manquent. Cela est dû à la baisse des naissances qui remonte à 30 ans. »

Rien qu’en 2023, le gouvernement a alloué environ 1 milliard d’euros à des mesures visant à aider les femmes à faire face à la maternité et au travail.

Mais Ardiano Bordingnon, président du Forum national des familles, estime que cela ne suffit pas et qu’une intervention de l’UE est nécessaire.

« Nous parlons d’un défi très difficile, aux proportions historiques pour l’ensemble du monde occidental », a-t-il déclaré. « Idéalement, l’Europe devrait intervenir. »

Laisser un commentaire

dix-neuf + 20 =