A group stands under an election banner outside the European Parliament in Brussels on April 29, 2024.

Jean Delaunay

Des élections marquantes se profilent alors que l’UE célèbre la Journée de l’Europe

Alors que les institutions du bloc célèbrent la présentation de la déclaration éponyme par le ministre français des Affaires étrangères Robert Schuman il y a 74 ans, les députés européens expriment leurs inquiétudes quant à la future composition politique de l’union, à un mois des élections de juin.

Alors que les institutions européennes ont marqué jeudi la fondation du bloc avec la Journée de l’Europe, l’union prépare également son avenir à l’approche des élections européennes prévues du 6 au 9 juin.

Les réalisations du bloc ont été célébrées dans les capitales des États membres le 9 mai – anniversaire du discours historique du ministre français des Affaires étrangères Robert Schuman, qui a conduit à la fondation de l’union économique et politique.

Les citoyens ont été invités à visiter les institutions européennes pour célébrer l’occasion, les bâtiments du Parlement européen à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg ouvrant leurs portes au public.

Les célébrations ont eu lieu alors que le syndicat continuait à préparer l’une des élections les plus importantes de son histoire.

Les élections de juin se tiendront dans un contexte de crises continues sur le continent, confronté à la guerre en Ukraine, aux urgences climatiques et à des questions fondamentales sur la portée et l’objectif du bloc lui-même.

L’union de 27 nations et 450 millions d’habitants choisira 720 députés européens pour les servir au cours des cinq prochaines années.

Un « combat existentiel » à l’horizon

Carlo Wolter, un Allemand de 18 ans, a déclaré qu’il voterait parce qu’il appartient à la prochaine génération d’électeurs européens façonnés par la politique. « Notre opinion compte pour ce qui devrait se passer à l’avenir », a-t-il déclaré.

Les résultats des élections européennes indiqueront également si la dérive politique continentale sera à la hauteur du virage à droite observé partout dans le monde, de l’Argentine à l’Indonésie et à la Slovaquie.

Le député européen Guy Verhofstadt au siège de l'UE à Bruxelles, le lundi 19 avril 2021.
Le député européen Guy Verhofstadt au siège de l’UE à Bruxelles, le lundi 19 avril 2021.

« Ce sera un combat existentiel », a déclaré Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et député libéral sortant au Parlement libéral.

« Les partis d’extrême droite sont clairement influencés par la Russie, par la Chine. (Ils) ne veulent pas vraiment renforcer l’Europe. Ils sont la recette d’une Europe faible. Et une Europe faible sera détruite », a-t-il déclaré.

L’eurodéputé italien Nicola Procaccini (Frères d’Italie, ECR) a déclaré que la composition actuelle du Parlement européen penche trop vers la gauche, mais il estime qu’un « déplacement vers la droite » est possible.

« Les mouvements de centre droit progressent », a déclaré Procaccini.

Les évolutions géopolitiques de ces dernières années ont en outre suscité des discussions entre les États membres européens pour réévaluer les efforts de défense.

« Ce ne sont pas les États membres individuels qui protégeront les citoyens », a déclaré Verhofstadt.

« Nous avons absolument besoin d’une union européenne de la défense pour nous protéger contre la Russie, par exemple, et certainement dans un monde où peut-être (l’ancien président américain Donald) Trump reviendra à la Maison Blanche. »

Laisser un commentaire

6 − un =