L'OBSERVATOIRE DE L'EUROPE

Fondé en 2005 - Plus de 2 400 articles en accès libre

Gouvernement mondial : une escroquerie et une menace



Nos "élites" n'ont plus que cet adjectif à la bouche : mondial. Gouvernance mondiale, autorité mondiale, nouvel ordre mondial, et même gouvernement mondial : il serait indispensable, dans notre intérêt bien sûr, qu'émerge une forme d'organisation mondiale du pouvoir capable de résoudre les grands défis de notre temps. C'est parce que ces derniers, le changement climatique, les épidémies, le capitalisme financier, le terrorisme, ont une dimension planétaire que cette perspective serait inéluctable. Les médias relaient généralement cette analyse sans se poser de questions.




Gouvernement mondial : une escroquerie et une menace

Tout semble si logique. Effectivement, qui dit problème mondial dit autorité mondiale pour le solutionner. Et pourtant, si on se penche réellement sur la question, on s'aperçoit qu'il y a dans cette équation une escroquerie intellectuelle, et deux menaces de premier ordre.

Une escroquerie intellectuelle d'abord. En effet, prétendre que seul un pouvoir mondial est en mesure de trouver des réponses à des problématiques de dimension planétaire sous-entend qu'il n'y aurait pas d'autre alternative à l'opposition factice monde/nation.
Il y aurait d'un côté le niveau mondial, forcément moderne, forcément adapté, forcément efficace, et de l'autre côté le niveau national, dépassé, trop petit, inefficace.
Quiconque émettra des doutes sur le projet mondialiste se verra jeter à la figure ce raisonnement, supposé mettre fin à tout débat.

C'est une escroquerie. Parce qu'il existe depuis tout temps une articulation entre le national et le niveau global, qu'on nommait auparavant "international". Un Etat-nation peut par définition agir sur son territoire, mais il peut aussi agir en dehors, s'il parvient à coopérer avec les autres Etats-nations, dans le cadre d'une collaboration internationale, qui peut d'ailleurs prendre des formes variées : souple ou structurée, voire très intégrée. Il y a même des enceintes prévues pour cela, à commencer par l'ONU.

Un problème mondial, comme le terrorisme ou la pollution par exemple, peut donc parfaitement trouver une parade face à lui sans qu'on soit obligé de mettre en place une autorité globale au-dessus des nations. C'est en coopérant, en passant des accords, en s'engageant sur des objectifs communs, que les Etats-nations peuvent agir efficacement contre ce type d'enjeux à dimension mondiale.

Il y a d'ailleurs eu de tout temps des problèmes de taille mondiale. Et de tout temps, les nations ont su réagir ensemble : face au terrorisme international depuis des décennies déjà, face aux épidémies, face à l'organisation des communications internationales.

Il faut donc refuser la fausse alternative mondial/national, qui sonne inexorablement comme une opposition, parfaitement idéologique, entre le moderne et l'archaïque. Il faut refuser ce piège, qui vise à légitimer la mise en place d'autorités supranationales qui échapperont au contrôle et à la responsabilité démocratique.

Parce qu'il y a en effet derrière cette escroquerie intellectuelle une double menace.
D'abord, une menace essentielle vis-à-vis de la démocratie.
Les autorités nationales sont l'émanation dans les pays démocratiques d'une volonté populaire, souvent imparfaite certes, mais réelle. Quand un gouvernement national agit, sur son territoire ou au niveau international, il représente un peuple, devant lequel il sera redevable.

Ce n'est évidemment plus le cas lorsqu'on passe à un niveau mondial, au-dessus des nations. Devant qui serait responsable une autorité ou un gouvernement mondial, pour reprendre l'expression de Jacques Attali ? Il n'y a pas de peuple mondial.


On le voit bien déjà en Europe. L'absence de peuple européen rend insupportable l'excès de pouvoir dont jouit la Commission de Bruxelles, souvent dénoncée à juste titre parce qu'échappant à tout contrôle démocratique. Ce problème européen serait décuplé au niveau mondial. Très vite, cette autorité mondiale au-dessus des nations réclamerait, toujours pour notre bien, de plus en plus de prérogatives. Il faut lutter contre le changement climatique, cela nécessite donc des instruments d'action : la politique environnementale, mais aussi la politique d'aménagement du territoire, la politique des transports, etc. L'exemple de l'Union européenne nous permet d'imaginer sans grande difficulté vers quel gouffre antidémocratique nous nous aventurerions. Nous avons déjà assez à faire avec nos "élites" nationales et l'oligarchie européenne pour ne pas avoir à subir une nouvelle oligarchie mondiale.

Le pouvoir politique doit nécessairement correspondre aux réalités des peuples. Le principe qui veut qu'à un peuple corresponde un gouvernement et un parlement ne relève pas seulement de la science politique. Il est éminemment pratique, parce que lorsqu'il est bafoué, c'est la démocratie qui recule, et finalement nos libertés qui disparaissent peu à peu.

La seconde menace du schéma mondialiste tient au contenu-même des politiques qui seraient mises en place si une autorité mondiale supranationale voyait le jour.
Le fait que des politiques soient arbitrées au niveau mondial aurait nécessairement un impact fort sur les décisions prises et le contenu de ces politiques. En matière commerciale par exemple, on comprend bien que le débat entre libre-échange et protectionnisme, pourtant essentiel à l'heure où le capitalisme financier sans frontières vacille, serait nécessairement tranché dans le sens du libre-échange. L'autorité mondiale en effet ne connaitrait plus de frontières dans les politiques dont elle aurait la charge. Et sans frontières, il n'y a pas de protection et de protectionnisme possibles. Le libre-échange s'imposerait donc de façon quasi-automatique.
Ce schéma est reproductible dans bien des cas, sur d'autres sujets essentiels pour notre vie quotidienne, à fort impact sur le chômage, le pouvoir d'achat, les délocalisations.

Encore une fois, on retombe assez vite sur l'exemple miniature d'autorité mondiale que nous connaissons bien : l'Union européenne. Comme son fonctionnement supranational est par essence antidémocratique, il induit aussi par définition un certain nombre de choix idéologiques : le libre-échange total en Europe (au point que le continent est devenu la zone la plus ouverte du monde), le moins-disant social et la course à la baisse des salaires via l'alignement par le bas.

Sachons décoder l'actualité et repérer les raisonnements fallacieux. Ils cachent souvent une volonté d'enfumer les opinions publiques au bénéfice de quelques oligarchies puissantes, celles qui ont tout intérêt à ce que rien ne change et que tout continue d'aller dans la même direction.


  Le Vrai débat

Notez
Lu 3815 fois


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vos commentaires sont les bienvenus, pour peu qu'ils respectent la liberté d'opinion, la courtoisie la plus élémentaire et...la langue française. Ils sont modérés et ne doivent évidemment comporter aucun propos grossier, insultant, raciste ou diffamatoire.

Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5

A la Une | On avait pourtant dit Non | Analyse | Tribune | Document | En bref | Référendum 2005 | Souvenons-nous


Après le Brexit, reprenons la plume aux fédéralistes. Voici le nouveau traité qui sortira l'Europe de l'idéologie. "Nous peuples d'Europe..." : pour un nouveau Traité fondamental européen