Une salle secrète exposant prétendument des dessins de Michel-Ange est ouverte au public à Florence

Jean Delaunay

Une salle secrète exposant prétendument des dessins de Michel-Ange est ouverte au public à Florence

La pièce a été utilisée pour stocker du charbon jusqu’en 1955, puis scellée et oubliée pendant des décennies sous une trappe elle-même cachée sous des meubles.

Le 15 novembre, les amateurs d’art auront accès à un espace longtemps caché à l’intérieur de la chapelle des Médicis de Florence, où certains experts ont attribué de délicats dessins au fusain dessinés sur les murs au maître peintre de la Renaissance Michel-Ange.

La salle secrète a été découverte il y a près de 50 ans lors d’une opération de nettoyage sous deux couches de plâtre, alors que les autorités cherchaient une nouvelle sortie de la chapelle des Médicis pour accueillir un nombre croissant de visiteurs.

De délicats dessins au fusain que certains experts ont attribués à Michel-Ange sont visibles sur les murs d'une pièce utilisée pour stocker le charbon jusqu'en 1955 à l'intérieur de la chapelle des Médicis de Florence.
De délicats dessins au fusain que certains experts ont attribués à Michel-Ange sont visibles sur les murs d’une pièce utilisée pour stocker le charbon jusqu’en 1955 à l’intérieur de la chapelle des Médicis de Florence.

Paolo Dal Poggetto, alors directeur du musée, « croyait fermement qu’il s’agissait de Michel-Ange », a déclaré la directrice actuelle, Paola D’Agostino. Un débat féroce s’ensuit et se poursuit encore aujourd’hui.

« Les principaux spécialistes des dessins de Michel-Ange ont rejeté les attributions au moment de la découverte », a-t-elle déclaré. « D’autres avaient un point de vue plus modéré, certains pensaient que la pièce contenait des originaux de Michel-Ange ainsi que des croquis de ses novices et d’autres artistes. Le débat est donc en cours. »

La pièce a été utilisée pour stocker du charbon jusqu’en 1955, puis scellée et oubliée pendant des décennies sous une trappe elle-même cachée sous des meubles.

La trappe menant à une pièce avec de délicats dessins au fusain sur les murs que certains experts ont attribués à Michel-Ange est visible à l'intérieur de la chapelle des Médicis de Florence.
La trappe menant à une pièce avec de délicats dessins au fusain sur les murs que certains experts ont attribués à Michel-Ange est visible à l’intérieur de la chapelle des Médicis de Florence.

La conservatrice du Musée de Cappelle Médicée, Francesca de Luca, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe : « Ces dessins sont comme des exercices de l’esprit, du projet intellectuel de l’artiste, traduits sur les murs. Certains d’entre eux expriment une dextérité et une énergie qui font ils sont supérieurs aux autres en qualité ».

Selon les experts, Michel-Ange s’est caché dans cet espace pendant deux mois en 1530 lorsqu’un mandat d’arrêt a été émis par le pape Clément VII contre sa mort, pour avoir prétendument soutenu l’éphémère république qui a renversé la puissante famille Médicis.

L'espace longtemps caché de 10 mètres sur 3 mètres a été découvert en 1975, déclenchant un débat féroce sur l'attribution de Michel-Ange.
Cet espace longtemps caché de 10 mètres sur 3 mètres a été découvert en 1975, déclenchant un débat acharné sur l’attribution de Michel-Ange.

Il aurait passé ce temps à dessiner des dessins pour ses projets. On pense que l’une des études représente les jambes de Julien de Médicis, comme on le voit dans le mausolée de la Nouvelle Sacristie, près de l’entrée de la salle secrète.

Des similitudes ont également été établies entre ces dessins et ses peintures à l’intérieur de la Chapelle Sixtine.

« D’une certaine manière, ils rappellent aussi un peu la scène de la création de Dieu, le Père, volant dans les airs », a déclaré Luca.

À partir du 15 novembre, jusqu'à 100 visiteurs auront accès chaque semaine sur réservation, quatre à la fois, en passant un maximum de 15 minutes à l'intérieur de l'espace.
À partir du 15 novembre, jusqu’à 100 visiteurs auront accès chaque semaine sur réservation, quatre à la fois, en passant un maximum de 15 minutes à l’intérieur de l’espace.

Pendant la majeure partie des 50 dernières années, l’accès à la salle a été restreint.

Les autorités ont décidé d’ouvrir la salle au public sur une base limitée et alterneront l’exposition aux lumières LED avec des périodes prolongées d’obscurité pour protéger les œuvres.

Jusqu’à 100 visiteurs auront accès chaque semaine sur réservation, quatre à la fois, qui pourront passer un maximum de 15 minutes à l’intérieur de l’espace.

Laisser un commentaire

quinze − trois =