Un demandeur d'asile décède dans la « prison flottante » de Bibby Stockholm abritant des migrants au Royaume-Uni

Jean Delaunay

Un demandeur d’asile décède dans la « prison flottante » de Bibby Stockholm abritant des migrants au Royaume-Uni

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont déjà fait état de pensées suicidaires parmi les habitants, mais affirment que ces avertissements ont été ignorés par les autorités.

Un demandeur d’asile est décédé à bord du Bibby Stockholm, le bateau géant affrété par le gouvernement de Rishi Sunak, et une enquête policière a été ouverte sur cet incident, ont annoncé mardi des responsables britanniques.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré que la police avait confirmé le décès, mais les autorités ont déclaré qu’elles ne pouvaient pas faire de commentaires supplémentaires en raison de l’enquête policière en cours.

Bibby Stockholm est au centre de controverses depuis que les autorités ont utilisé pour la première fois le navire, ainsi que des casernes militaires désaffectées, pour héberger des migrants en attente du résultat de leur demande d’asile.

Le bateau est une barge contenant plus de 300 migrants au large de la côte sud de l’Angleterre, décrite par les ONG comme une « prison flottante ».

Plusieurs organisations de défense des droits humains ont déjà signalé des tendances suicidaires parmi les habitants, mais affirment que ces avertissements ont été ignorés par les autorités.

En fait, selon les médias britanniques, ce décès pourrait être un suicide. L’âge et la nationalité du défunt sont actuellement inconnus.

Une « prison flottante » dans l’œil du cyclone

Plus tôt cette année, le navire a dû être évacué après la découverte de la bactérie Legionella, qui peut provoquer des maladies graves, dans son approvisionnement en eau. Une quarantaine d’hommes sont retournés au navire en octobre, amarré au port de Portland, dans le Dorset.

La barge, qui peut contenir environ 500 personnes, fait partie des plans du gouvernement britannique visant à faire face au coût énorme du logement de milliers de demandeurs d’asile et à dissuader les migrants de traverser la Manche à bord de petits bateaux impropres à la navigation pour chercher une nouvelle vie au Royaume-Uni.

Les responsables ont déclaré que des logements alternatifs, comme le Bibby Stockholm, offrent « un meilleur rapport qualité-prix aux contribuables » que de les loger dans des hôtels à travers le pays, au prix de plusieurs millions par jour.

Mais les groupes de défense des droits des migrants ont critiqué les conditions à bord de la barge, les qualifiant de carcérales, isolantes et punitives pour les migrants qui auraient pu fuir la torture ou la persécution.

L’ancienne ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, avait précédemment insisté sur le fait que la barge était sûre, malgré les protestations répétées et les menaces de poursuites judiciaires de la part du syndicat des pompiers pour des raisons de sécurité incendie.

Le Conseil pour les réfugiés a demandé mardi une enquête indépendante sur la mort du demandeur d’asile.

« Il s’agit d’une perte de vie effroyable, mais tragiquement peu surprenante », a déclaré Enver Solomon, directeur général du groupe. « Aucune personne qui vient dans notre pays pour demander l’asile ne devrait être laissée sans le soutien dont elle a besoin, et pourtant le système est construit avec plus d’hostilité que de compassion. »

La Première ministre Theresa May s’est engagée à « arrêter les bateaux » amenant des migrants illégaux du nord de la France et a introduit des lois beaucoup plus strictes pour restreindre la capacité des migrants à demander l’asile en Grande-Bretagne.

Mais son gouvernement a eu du mal à unir les législateurs autour de son projet de loi phare sur l’immigration, qui vise à relancer un projet visant à envoyer des demandeurs d’asile au Rwanda, jugé illégal par la Cour suprême du Royaume-Uni.

En avril dernier, le gouvernement britannique a annoncé qu’il utiliserait la barge pour héberger des demandeurs d’asile pendant que le pays tentait de trouver quoi faire avec les 166 000 cas d’asile qui restent non résolus.

Laisser un commentaire

1 × quatre =