Stock image of Serbian dinar

Milos Schmidt

Suppression du dinar au Kosovo: la Commission européenne demande une période de transition

La Commission européenne exhorte le Kosovo à accorder plus de temps aux minorités serbes pour utiliser le dinar avant de supprimer complètement cette monnaie du système monétaire du pays.

La Commission européenne a ajouté sa voix aux appels demandant que le Kosovo accorde plus de temps avant de supprimer progressivement le dinar, la monnaie utilisée par ses minorités serbes, de son système monétaire.

Les tensions politiques sont vives et la Commission est le dernier pays occidental à exprimer sa désapprobation après que le Kosovo a mis en place une nouvelle réglementation ordonnant le retrait complet du dinar de son système monétaire.

La règle, entrée en vigueur le 1er février, stipule : « La seule monnaie acceptée pour les paiements ou transactions en espèces au Kosovo est l’euro », conduisant à un regain de tensions politiques non seulement avec Belgrade mais avec ses alliés occidentaux.

« La Commission regrette que cette décision ait été adoptée sans consultation préalable », a déclaré vendredi un porte-parole de la Commission européenne à Bruxelles.

Interdire les transactions en dinars pourrait effectivement exclure la minorité locale des Serbes, qui utilisent largement cette monnaie, du système financier du Kosovo. Cela pourrait provoquer une nouvelle crise avec la Serbie.

Le porte-parole de la Commission a souligné les difficultés auxquelles sont confrontées les sections locales. Par exemple, les salaires de ceux qui travaillent dans les domaines de la santé ou de l’éducation sont payés en dinars par la Serbie.

« Compte tenu de l’impact que cette décision pourrait avoir sur la vie quotidienne des Serbes du Kosovo et d’autres communautés du Kosovo, la commission est particulièrement préoccupée par l’impact sur les écoles et les hôpitaux, compte tenu de l’absence apparente d’alternatives à l’heure actuelle. »

La Commission appelle le Kosovo à veiller à ce que la période de transition soit suffisamment longue et appelle également à un « dialogue facilité par l’UE » entre Belgrade et Pristina.

L’histoire rend le dialogue difficile

Suite à la guerre entre les deux territoires qui a pris fin en 1999, le Kosovo a déclaré son indépendance de la Serbie en 2008. Cette dernière ne l’a toutefois jamais officiellement reconnue. Les deux parties sont régulièrement enfermées dans d’âpres désaccords, même sur des questions mineures telles que les plaques d’immatriculation.

Le Kosovo a adopté l’euro en 2002, bien qu’il ne soit ni membre de l’Union européenne ni de la zone euro, la zone partageant la monnaie euro.

Bien que le Kosovo ait adopté l’euro, il a toléré l’utilisation du dinar serbe au fil des années en raison de la présence d’environ 120 000 Serbes. Ils perçoivent leurs salaires et pensions en dinars.

Belgrade soutient la communauté serbe du Kosovo, avec des emplois et une aide financière équivalant à 120 millions d’euros chaque année.

La nouvelle interdiction laisse les Serbes du Kosovo dans une grande incertitude. En conséquence, plusieurs banques du nord du Kosovo ont commencé à fermer mardi car elles ne pouvaient plus fonctionner sans une nouvelle licence ou autorisation de la banque centrale.

Un résident local a clairement exprimé son point de vue. « J’ai l’impression que tout le monde joue avec nous », a déclaré à l’AFP Zoran Ilic, de Mitrovica. « Personne ne nous dit rien… J’en ai marre de la politique. »

Les gouvernements occidentaux demandent la suspension de l’interdiction

La Serbie a choisi ce moment pour envisager de réintroduire le service militaire obligatoire. Cependant, le président Aleksandar Vučić, en faisant cette annonce mardi, a cité les tensions dans les Balkans et ailleurs en Europe comme raison pour envisager de le faire, plutôt que la crise monétaire potentielle.

Pendant ce temps, les plus grands alliés politiques et financiers du Kosovo exhortent le pays à suspendre l’interdiction, craignant une montée des tensions politiques et diplomatiques.

« Nous sommes préoccupés par l’impact de la réglementation en particulier sur les écoles et les hôpitaux, pour lesquels aucune procédure alternative ne semble viable pour le moment », a rapporté Reuters, citant une déclaration commune publiée samedi par les ambassadeurs de France, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, L’Italie et les États-Unis.

Les ambassadeurs ont réclamé une période de transition plus longue et ont demandé que le public reçoive des instructions claires sur ce qui allait se passer.

Pourquoi le Kosovo veut-il interdire le dinar serbe ?

Les autorités du Kosovo ont déclaré que la nouvelle réglementation avait été introduite pour lutter contre la corruption et le blanchiment d’argent.

Le premier vice-Premier ministre Besnik Bislimi a déclaré que la nouvelle interdiction mettrait un terme au flux d’argent non réglementé en provenance de Serbie. L’AFP l’a cité disant : « L’argent continue de traverser les frontières dans des sacs de voyage et est ensuite distribué par des bureaux non enregistrés et non agréés. »

Le gouvernement serbe considère la décision du Kosovo comme une provocation et les analystes estiment qu’elle va presque certainement nuire aux efforts continus visant à apaiser les tensions entre Belgrade et le Kosovo.

Laisser un commentaire

4 + 14 =