File -  Putin gestures while speaking at a news conference following a meeting of the State Council at the Kremlin in Moscow, Russia on Dec. 22, 2022.

Jean Delaunay

Six années supplémentaires : Poutine revendique une victoire écrasante aux élections en Russie

Le dirigeant russe a déclaré que sa tâche principale serait de gagner la guerre en Ukraine et que le renforcement des forces armées serait son principal objectif.

Vladimir Poutine a remporté un cinquième mandat présidentiel grâce à une victoire électorale écrasante dont l’issue était presque certaine.

Le numéro un russe n’a fait face à aucun candidat d’opposition crédible, au milieu d’une répression impitoyable contre la dissidence et les voix critiques.

Les responsables électoraux russes ont déclaré que Poutine – qui purgera désormais un nouveau mandat de six ans en plus de son règne de près d’un quart de siècle – a remporté plus de 87 % des voix.

Poutine a affirmé que le système démocratique russe était plus transparent que celui de nombreux pays occidentaux, méprisant la démocratie américaine.

Le premier jour du scrutin a été marqué par des manifestations sporadiques et des actes de vandalisme, notamment des incendies criminels contre des bureaux de vote et la destruction d’urnes. Ces incidents ne se sont pas répétés après vendredi.

Au moins 80 Russes ont été arrêtés au cours des trois jours du scrutin, selon le groupe de surveillance OVD-Info.

Avec peu de place pour protester, les partisans du défunt critique du Kremlin, Alexeï Navalny, se sont rassemblés dimanche à midi devant les bureaux de vote en guise de protestation symbolique.

Poutine a salué les premiers résultats comme une indication de « confiance » et d’« espoir » en lui, tandis que les pays occidentaux ont critiqué le vote.

Son discours de victoire s’est concentré sur la guerre en Ukraine, le président russe ayant déclaré que sa tâche principale serait de sécuriser la frontière contre les raids ukrainiens et de « renforcer la capacité de défense et l’armée ».

Interrogé sur les tensions croissantes avec l’OTAN, Poutine a déclaré : « Je pense que tout est possible dans le monde moderne… tout le monde comprend que ce serait un pas vers une troisième guerre mondiale à grande échelle. Je ne pense pas que cela intéresse qui que ce soit.

Les dirigeants occidentaux ont qualifié le vote de ni équitable ni libre.

Une femme vote dans un bureau de vote situé dans le gymnase de l’école lors d’une élection présidentielle à Saint-Pétersbourg, en Russie, le vendredi 15 mars 2024.
Une femme vote dans un bureau de vote situé dans le gymnase de l’école lors d’une élection présidentielle à Saint-Pétersbourg, en Russie, le vendredi 15 mars 2024.

« Les bureaux de vote ont été fermés en Russie à la suite de la tenue illégale d’élections sur le territoire ukrainien, du manque de choix pour les électeurs et de l’absence de surveillance indépendante de l’OSCE. Ce n’est pas à cela que ressemblent des élections libres et équitables », a écrit le ministre britannique des Affaires étrangères David Cameron sur X.

L’Allemagne a qualifié cela de « pseudo-élections », dénonçant la censure et la violente répression du régime de Poutine.

Toute critique publique du président ou de son invasion de l’Ukraine a été étouffée. Les médias indépendants ont été paralysés. L’ennemi politique le plus féroce de Poutine, Alexei Navalny, est mort dans une prison de l’Arctique le mois dernier, et d’autres critiques sont soit en prison, soit en exil.

L’observation indépendante des élections a été extrêmement limitée, et seuls les challengers symboliques qui suivaient la ligne du Kremlin ont été autorisés à se présenter contre Poutine.

Selon la Commission électorale centrale de Russie, Poutine a obtenu environ 87 % des voix, avec un décompte d’environ 90 % des circonscriptions.

Meduza, le plus grand média indépendant de Russie, a publié des photos de bulletins de vote qu’il a reçus de ses lecteurs, avec « tueur » inscrit sur l’un, « voleur » sur un autre et « La Haye vous attend » sur un autre encore.

Ce dernier fait référence à un mandat d’arrêt émis contre Poutine par la Cour pénale internationale qui l’accuse de responsabilité personnelle dans des enlèvements d’enfants en Ukraine.

Certaines personnes ont déclaré à l’AP qu’elles étaient heureuses de voter pour Poutine.

Dmitri Sergienko, qui a voté à Moscou, a déclaré : « Je suis content de tout et je veux que tout continue comme c’est le cas actuellement. »

Des votes ont également eu lieu dans les régions d’Ukraine illégalement annexées.

Laisser un commentaire

7 + 2 =