Rumours suggest that the European Parliament might look to establish a standalone health committee with legislative powers in the next term.

Jean Delaunay

Rencontrez les députés européens qui façonneront la politique de santé de l’UE

Chirurgiens pionniers, défenseurs des patients, anciens responsables de la santé, personnalités des médias sociaux et visages familiers : voici les législateurs européens à surveiller au cours de la prochaine législature.

La législature qui vient de s’achever a souligné l’importance de la santé dans l’élaboration des politiques de l’UE, même si les gouvernements nationaux conservent toujours la compétence principale sur ce secteur.

Le plan de lutte contre le cancer de l’UE était une priorité absolue pour l’exécutif européen avant que la COVID-19 ne fasse passer la santé à l’ordre du jour de la Commission, ce qui a donné lieu à la première ligne budgétaire du bloc consacrée à la santé.

Des sources au sein du plus grand groupe du Parlement, le Parti populaire européen (PPE) de centre-droit, ont suggéré que les députés pourraient envisager de créer une commission de la santé autonome dotée de pouvoirs législatifs, ce qui pourrait encore amplifier l’attention portée à ce sujet au cours de la prochaine législature.

Les visages familiers comme les nouveaux venus au Parlement sont sur le point d’influencer de manière significative les politiques de santé de l’UE grâce à leurs expériences et à leur expertise diverses.

Hauts fonctionnaires

Vytenis Andriukaitis, Marta Temido et Vlad Voiculescu
Vytenis Andriukaitis, Marta Temido et Vlad Voiculescu

Plusieurs députés nouvellement élus sont d’anciens hauts responsables, notamment Vytenis Andriukaitis, ancien commissaire européen à la santé de 2014 à 2019. Connu à Bruxelles pour ses campagnes vigoureuses contre les anti-vaccins, le Lituanien a une formation de traumatologue, de chirurgien orthopédiste et de chirurgien cardiaque, et a été envoyé spécial de l’OMS pour la région européenne. Après son élection, il a tweeté qu’il était prêt à travailler sur des sujets tels que l’Union européenne de la santé et d’autres.

Parmi les anciens ministres de la Santé figure la Portugaise Marta Temido. La connaissance du dossier de la santé par la nouvelle eurodéputée socialiste est bien établie puisqu’elle a présidé la réunion ministérielle pendant la présidence portugaise en 2021, axée sur le déploiement du vaccin contre la COVID-19 et les réponses aux menaces pour la santé publique.

Parmi les autres hauts fonctionnaires qui rejoignent les rangs du Parlement figurent le député européen socialiste Aodhán Ó Ríordáin, ancien ministre irlandais de la Santé, responsable de la stratégie nationale en matière de drogues et défenseur du droit à l’avortement, et le libéral roumain Vlad Voiculescu, qui a été deux fois ministre de la Santé et possède une expérience significative dans la défense des patients. Voiculescu a récemment été vu lors d’événements sur la santé à Bruxelles, ce qui suggère une volonté de rester immergé dans le sujet.

La socialiste espagnole Leire Pajín, élue pour la première fois au Parlement européen, a dirigé le ministère de la Santé de son pays entre 2010 et 2011 avant de travailler pour l’Organisation panaméricaine de la santé. Si sa nomination au sein de cette commission reste incertaine, son intérêt premier semble être la santé.

Experts en santé

Ignazio Marino, Laurent Castillo et Friedrich Pürner
Ignazio Marino, Laurent Castillo et Friedrich Pürner

Un certain nombre de médecins aux expériences diverses ont clairement axé leur campagne électorale sur la santé.

Le nouveau député européen se distingue par son statut de chirurgien hongrois, András Kulja, qui a rassemblé des centaines de milliers d’abonnés sur TikTok et anime des podcasts éducatifs sur la santé dans son pays. Il a rejoint le parti Tisza de Péter Magyar et a reçu le soutien de l’ancien coordinateur de la santé de son groupe, l’eurodéputé allemand Peter Liese, pour se présenter à la présidence de la commission de la santé du Parlement (SANT).

Le député vert italien Ignazio Marino, récemment élu vice-président de son groupe parlementaire, est une personnalité bien connue en Italie. Cet ancien maire de Rome et chirurgien spécialiste des transplantations a travaillé sur des projets pionniers aux États-Unis, notamment la première transplantation d’organes d’un babouin à un humain. En Italie, il a réalisé la première transplantation sur des patients séropositifs et a occupé divers postes, notamment celui de président d’une commission d’enquête sur le service national de santé.

Le chrétien-démocrate français Laurent Castillo est le seul médecin élu parmi les députés européens français. En tant que directeur général de l’hôpital universitaire de Nice, il est très attentif aux questions relatives aux personnels de santé et aux conditions de travail des personnels soignants, qui devraient être des sujets cruciaux lors de la prochaine législature.

L’eurodéputé allemand Friedrich Pürner, ancien directeur du département de la santé de l’arrondissement d’Aichach, a été démis de ses fonctions pour avoir critiqué publiquement les mesures de confinement du Covid-19 en Bavière, comme le port obligatoire du masque pour les enfants. Surnommé en Allemagne un « rebelle du coronavirus », il a été élu pour le parti populiste de gauche Bündnis Sahra Wagenknecht (BSW). Il est rejoint dans sa délégation de gauche par Jan Peter Warnke, un ancien neurochirurgien qui se lance dans une carrière politique.

Visages familiers

Tomislav Sokol, Tilly Metz et Dolors Monserrat
Tomislav Sokol, Tilly Metz et Dolors Monserrat

Le prochain Parlement européen comptera également plusieurs personnalités connues de la législature précédente, comme le député croate de centre-droit Tomislav Sokol, un nom reconnu dans les cercles bruxellois de la santé. Entamant son deuxième mandat, Sokol a été impliqué dans d’importantes législations sur la santé, notamment les mises à jour des règles pharmaceutiques de l’UE et l’espace européen des données de santé, pour lequel il a été rapporteur.

Le socialiste allemand Tiemo Wölken revient également au Parlement européen. En tant que l’un des rapporteurs de la nouvelle législation pharmaceutique, Wölken poursuivra son travail sur ce dossier complexe, prêt à être négocié avec les ministres de l’UE et la Commission.

La députée verte luxembourgeoise Tilly Metz, une habituée du Parlement européen, va revenir pour un troisième mandat. Ancienne vice-présidente de la sous-commission de la santé publique, elle devrait continuer à se concentrer sur les questions de santé.

Le record de longévité du député européen en charge de la santé revient au médecin allemand Peter Liese, spécialisé en génétique humaine et en médecine interne, qui revient pour son septième mandat depuis sa première élection en 1994. Liese est pressenti pour rester porte-parole de l’environnement pour le puissant parti PPE de centre-droit.

Un autre chrétien-démocrate polonais, Bartosz Arłukowicz, ancien président de la sous-commission de la santé publique et de la commission spéciale sur la lutte contre le cancer, sera également de retour pour les cinq prochaines années. Arłukowicz, oncologue pédiatrique depuis plus de dix ans, a été ministre de la Santé de la Pologne avant d’être élu au Parlement européen en 2019.

L’ancienne ministre espagnole de la Santé, Dolors Montserrat, reviendra au Parlement pour un second mandat avec le groupe PPE. Au cours des cinq dernières années, elle a fait partie de la commission de la santé publique et a été rapporteure du rapport sur les leçons apprises et les recommandations futures concernant la COVID-19.

Laisser un commentaire

treize + quinze =