US troops on Gotland beach following amphibious landing drill, part of BALTOPS annual Baltic Sea military exercise in Tofta, Gotland, Sweden on Wednesday, June, 7, 2022.

Jean Delaunay

Que faudra-t-il pour que la Suède rejoigne l’OTAN maintenant que la Turquie a abandonné son opposition ?

La Turquie a approuvé la candidature de la Suède à l’OTAN, mais la Hongrie reste opposée à l’adhésion de Stockholm à l’alliance.

Le parlement turc a voté mardi en faveur de l’adhésion de la Suède à l’OTAN, supprimant ainsi l’une des deux barrières qui existaient encore entre le pays nordique et son adhésion à l’alliance militaire.

Aujourd’hui, seule l’opposition de la Hongrie empêche l’OTAN d’obtenir le soutien unanime dont elle a besoin pour accueillir un nouveau membre.

« Aujourd’hui, nous sommes sur le point de devenir membre à part entière de l’OTAN », a écrit le Premier ministre suédois Ulf Kristersson sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter. Après avoir salué la décision de la Turquie, le secrétaire général de l’alliance, Jens Stoltenberg, a déclaré dans un communiqué qu’il comptait également sur la Hongrie « pour achever sa ratification nationale le plus rapidement possible ».

L’approbation de la Turquie est intervenue après plus d’un an de retard dû aux plaintes d’Ankara selon lesquelles Stockholm était trop indulgente envers les groupes que le pays considérait comme des menaces terroristes, notamment les militants kurdes. Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait également lié la ratification par son pays de l’offre suédoise à l’achat de 40 nouveaux avions de combat F-16 aux États-Unis pour sa propre flotte.

Depuis lors, la Suède a modifié sa législation antiterroriste et a limité les activités financières du Parti des travailleurs du Kurdistan, ou PKK, interdit en Turquie.

Mais même après que cet obstacle majeur ait été levé, la dernière étape pour que la Suède rejoigne l’OTAN reste délicate.

Que faudra-t-il pour que la Suède adhère ?

On ne sait pas exactement pourquoi la Hongrie a jusqu’à présent refusé de soutenir la candidature de la Suède à rejoindre l’alliance militaire. Le Premier ministre Viktor Orbán a longtemps insisté sur le fait que son pays ne serait pas le dernier à donner son accord à la Suède – mais nous voici près de deux ans après que la Suède a exprimé pour la première fois son souhait d’adhérer à l’OTAN, et la Hongrie est, en fait, le dernier pays à obtenir son accord. adhésion de retour.

Les raisons avancées par Orbán contre la candidature suédoise semblent être liées à l’état de la démocratie hongroise, qui a été fragilisée par l’autoritarisme du Premier ministre. Orbán, qui en est désormais à son quatrième mandat consécutif, a accusé les hommes politiques suédois de raconter des « mensonges flagrants » sur le recul démocratique de son pays.

L’ONG Freedom House, basée à Washington, attribue à la Hongrie une note de démocratie de 3,96 sur 7, ce qui signifie qu’elle ne considère plus le pays comme une démocratie. Selon l’ONG, le parti d’Orbán a consolidé son contrôle sur les institutions indépendantes de la Hongrie au cours de ses décennies au pouvoir grâce à des changements juridiques et constitutionnels controversés.

Le Premier ministre hongrois a également rompu les rangs avec les alliés de l’OTAN en adoptant une position favorable au Kremlin face à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Mardi, il a annoncé avoir invité le Premier ministre suédois Ulf Kristersson à Budapest pour discuter de « la future coopération dans le domaine de la sécurité et de la défense, en tant qu’alliés et partenaires ».

La Russie a réagi négativement à la volonté de la Suède d’abandonner sa politique de non-alignement qui dure depuis des décennies, car l’adhésion du pays à l’alliance laisserait la mer Baltique entourée par les pays de l’OTAN.

À moins qu’une session d’urgence du Parlement hongrois ne soit convoquée pour débattre de la candidature de la Suède à l’OTAN, sa prochaine assemblée est prévue pour le 26 février.

Laisser un commentaire

dix-sept − 16 =