Pour Geert Wilders, « logement » est le code de « immigration »

Martin Goujon

Pour Geert Wilders, « logement » est le code de « immigration »

Le leader d’extrême droite néerlandais Geert Wilders a remporté les élections de l’année dernière avec une campagne qui promettait de s’attaquer à la pénurie de logements dans le pays.

Maintenant que son parti est sur le point de former un gouvernement populiste, la question est de savoir si les mesures proposées par sa coalition résoudront le problème.

Les Pays-Bas connaissent une crise du logement « aiguë », selon les Nations Unies. Le pays fait face à une pénurie d’environ 390 000 logements. Les logements existants sont devenus trop chers. À l’approche des élections nationales de novembre, cette question était une préoccupation majeure.

Pour Wilders, c’était aussi l’occasion de marteler son sujet favori : l’immigration.

Dans le cadre de sa campagne électorale, le Parti de la Liberté de Wilders a affirmé que le retard des Pays-Bas dans la construction de logements « ne peut tout simplement pas correspondre à la politique d’ouverture des frontières et à l’énorme croissance démographique » et que les Néerlandais, « qui doivent dépenser de plus en plus temps sur la liste d’attente (du logement social), sont fortement discriminés.

La concurrence entre immigrés et autochtones est un discours « utilisé avec enthousiasme par un certain nombre de partis », a déclaré Mathijs ten Broeke, porte-parole du groupe de défense des droits des locataires Woonbond. Mais, a-t-il ajouté, il s’agit d’une « fausse contradiction ».

«Les personnes qui sont depuis longtemps sur la liste d’attente pour un logement social sont en effet en concurrence avec les demandeurs d’asile qui se voient attribuer une maison ici», a-t-il déclaré. Mais le problème réside dans la pénurie sous-jacente provoquée par la vente du parc immobilier sous les gouvernements précédents.

Alors que le Parti de la Liberté de Wilders a décroché le portefeuille de la migration dans le nouveau gouvernement, le portefeuille devrait revenir à Mona Keijzer, la principale candidate aux élections du parti populiste de droite Farmer-Citizen Movement (BBB), l’un des partenaires de la coalition de Wilders.

Keijzer – qui a servi dans un gouvernement précédent en tant que secrétaire d’État aux Affaires économiques jusqu’à ce qu’elle soit licenciée pour avoir critiqué les mesures liées au COVID – a tweeté un « plan national d’urgence pour le logement » en janvier.

Les Pays-Bas devraient se débarrasser des « vaches sacrées » dans la législation et désigner rapidement des zones de construction, a-t-elle soutenu. Et, a-t-elle ajouté, « bien sûr, la migration (devrait) diminuer considérablement ».

Dans un rapport publié plus tôt cette année, Balakrishnan Rajagopal, rapporteur spécial des Nations Unies sur le logement convenable, a écrit que la crise néerlandaise durait depuis deux décennies. Les causes, a-t-il expliqué, sont structurelles, notamment la pénurie de terrains adéquats pour de nouveaux logements, l’absence de plafonnement des loyers dans le secteur locatif privé et la spéculation, ainsi que la présence de grands investisseurs sur le marché immobilier.

Mais, a-t-il ajouté, un « récit alternatif a émergé » qui impute la crise du logement à un « afflux d’étrangers ».

C’est un récit qui a touché une corde sensible auprès des électeurs, nombre d’entre eux – y compris les étudiants – citant le logement comme la raison pour laquelle ils ont soutenu Wilders.

Sur une place animée du quartier sud de Rotterdam, Laminta van Keeren, une entrepreneuse de 40 ans, a déclaré qu’elle avait sauté le vote de novembre mais qu’elle soutenait le Parti de la liberté de Wilders.

En tant que mère célibataire, elle n’avait d’autre choix que de continuer à vivre avec son ex, a déclaré Laminta. Les demandeurs d’asile « ont tous reçu une maison… mais moi, qui vis ici toute ma vie, je ne peux pas obtenir de maison avec mes enfants », s’est-elle plainte.

L’accord global de la coalition, présenté en mai, comprenait une proposition d’interdiction d’accorder aux demandeurs d’asile un traitement préférentiel en matière de logement social, ainsi que l’attribution de davantage de terrains pour le logement et des mesures visant à faciliter les procédures d’autorisation.

L’association des constructeurs d’habitations WoningBouwersNL s’est dite « ravie » de la candidature de Keijzer, affirmant qu’elle est une politicienne expérimentée qui n’a pas peur d’apporter les changements majeurs nécessaires pour construire un million de maisons supplémentaires d’ici 2030.

Ten Broeke a déclaré que même si les nouvelles constructions sont importantes, le gouvernement risque de perdre de vue d’autres aspects du problème, notamment l’abordabilité et la qualité des logements.

Le risque, a-t-il dit, est que le gouvernement « ne change fondamentalement pas grand-chose en matière de logement – ​​à part faire moins de place aux migrants et des interventions très mineures sur la politique des loyers ».

Pour de nombreux électeurs, cela n’a peut-être pas d’importance, a déclaré Kristof Jacobs, professeur agrégé à l’Université Radboud qui a analysé les électeurs néerlandais.

La migration – et non le logement – ​​est la principale préoccupation des partisans du Parti de la liberté de Wilders.

« Supposons, en tant que gouvernement, que vous ne réduisiez pas la migration, mais que vous résolviez la crise du logement », a-t-il déclaré. « Il y a alors de fortes chances que ces électeurs soient mécontents. »

Laisser un commentaire

dix − six =