Charles Michel spoke at the Copenhagen Democracy Summit 2024.

Jean Delaunay

Possibilité de coopérer avec « certaines » personnalités d’extrême droite, estime Charles Michel

Il est possible de coopérer avec « certaines » personnalités d’extrême droite, estime Charles Michel, le président du Conseil européen.

Michel a fait ces commentaires mardi lors du Sommet de Copenhague sur la démocratie lorsqu’il a été interrogé sur les prochaines élections au Parlement européen, où les partis d’extrême droite et d’extrême droite devraient bénéficier d’une augmentation significative de leur représentation.

« La question au Parlement européen sera : avec quels partis politiques sont-ils prêts à coopérer, à collaborer pour soutenir l’Ukraine, défendre les principes démocratiques et rendre l’UE plus forte ? » Michel a déclaré sur scène.

« Si j’observe la réalité de certains de ces partis politiques que vous qualifiez d' »extrême droite », la réalité est parfois un peu plus équilibrée chez certaines de ces personnalités au sein de ces partis – des personnalités avec lesquelles il est possible de coopérer parce que ils peuvent partager les mêmes objectifs, les mêmes points de vue sur ces sujets », a-t-il poursuivi.

« Et avec d’autres, à mon avis, ce n’est pas possible de coopérer. »

Michel n’a cité nommément aucun parti ou personnalité, mais ses propos semblent faire référence au Premier ministre italien Giorgia Meloni, dont la coalition tripartite a été décrite comme la plus à droite de l’histoire du pays.

En raison de son ton eurosceptique strident, la campagne de Meloni pour la direction de l’Italie a déclenché l’alarme à Bruxelles. Mais dès son arrivée au pouvoir, le Premier ministre a déconcerté les critiques en adoptant une approche plus pragmatique de la politique européenne, se montrant constructif sur des questions clés telles que le soutien à l’Ukraine et la réforme migratoire, tout en restant opposé au Green Deal.

Meloni et ses alliés du groupe des Conservateurs et Réformistes européens (ECR), dont le parti polonais Droit et Justice (PiS) et le parti espagnol Vox, cherchent à obtenir une part importante des sièges au prochain Parlement et à faire pencher davantage l’ordre du jour vers la droite.

Ce changement a soulevé la question de savoir dans quelle mesure les partis traditionnels sont prêts à s’adapter, voire à s’aligner, sur les demandes de l’extrême droite. Ces dernières années, le Parti populaire européen (PPE), de centre-droit, a conclu des accords de travail avec les forces ECR en Italie, en République tchèque, en Suède et en Finlande.

La semaine dernière, le Premier ministre croate Andrej Plenković, un éminent homme politique du PPE, a signé un nouvel accord avec le parti ultranationaliste Mouvement pour la patrie, un parti qui a l’intention de rejoindre le groupe d’extrême droite Identité et démocratie (ID) au Parlement européen.

La décision de Plenković a ravivé les inquiétudes concernant la normalisation de l’extrême droite, un phénomène qui, selon les progressistes, menace la démocratie et l’intégration européennes.

Concentrez-vous sur le fond

Mais pour Michel, ce qui compte, ce sont les résultats.

« Ce qui est important, à mon avis, c’est la politique, c’est le fond et les décisions que nous prenons », a déclaré Michel à Copenhague.

« Je ne veux pas donner d’exemple concret, mais je me souviens que parfois au Conseil (européen) lorsqu’il y avait des élections dans un État membre, il y avait des doutes et des inquiétudes », a-t-il ajouté, dans une autre référence apparente à Meloni. .

« Et puis nous avons vu qu’il était possible de travailler avec les dirigeants des pays, y compris lorsque dans une coalition il y a des partis politiques plus orientés vers la droite. »

Les commentaires de Michel le mettent en porte-à-faux avec sa propre famille libérale, Renew Europe, qui est fermement opposée à une coopération avec ECR ou ID.

La semaine dernière, Renew Europe s’est joint aux socialistes et aux Verts dans une déclaration condamnant la violence croissante contre les législateurs, les militants et les journalistes, qu’ils ont liée à la hausse du soutien aux partis d’extrême droite.

« Pour nos familles politiques, il n’y a aucune ambiguïté : nous ne coopérerons ni ne formerons de coalition avec l’extrême droite et les partis radicaux à quelque niveau que ce soit », indique le communiqué.

Michel, qui, après avoir terminé son mandat à la tête du Conseil européen, devrait quitter ses fonctions plus tard cette année, s’est dit « confiant » dans le fait que les partis centristes continueraient à jouer un « rôle essentiel » dans l’avenir de l’UE.

« Je sais que c’est habituel à quelques semaines des élections, que nous sommes inquiets et que nous pensons que le pire va arriver », a-t-il déclaré.

« Je suis un peu plus calme. Je suis un peu plus serein. »

Laisser un commentaire

sept + cinq =