Glass packaging waste

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Une seule collecte de déchets en République tchèque suscite des problèmes de concurrence

L’exécutif européen a envoyé un avertissement officiel à Prague, faisant part de ses inquiétudes quant à la position dominante de l’entreprise tchèque et à son impact sur la durabilité.

La seule entreprise autorisée à collecter et valoriser les déchets d’emballages en Tchéquie pourrait se trouver en conflit d’intérêts dans son double rôle de collecteur de déchets doté de pouvoirs d’autorisation sur ses concurrents, en violation des règles de concurrence de l’UE, a averti la Commission européenne à Prague, selon un communiqué. publié aujourd’hui (11 juin).

EKO-KOM est la seule entreprise opérant dans le pays à proposer des services de collecte et de valorisation des déchets d’emballages à plus de 20 000 entreprises depuis plus de deux décennies.

L’exécutif européen considère que la législation nationale en vigueur depuis 2002, la loi tchèque sur l’emballage, a probablement créé des « barrières à l’entrée significatives » pour les concurrents souhaitant accéder au marché, soulignant qu’« aucune autre entreprise n’a réussi à obtenir une autorisation » pour fournir des services similaires. .

Ces obstacles incluent des exigences d’autorisation qui sont très difficiles à satisfaire, telles que des conditions contractuelles et financières strictes, a indiqué la Commission, y compris la possibilité pour EKO-KOM d’influencer les procédures d’autorisation d’autres candidats.

L’exécutif européen a évoqué des « opportunités inégales » de potentiel pour les concurrents d’EKO-KOM et a critiqué l’entreprise tchèque pour son « double rôle » à la fois d’acteur du marché en concurrence avec tout nouvel entrant et de tiers bénéficiant de certains droits procéduraux dans le processus d’autorisation de nouveaux candidats.

« Nous sommes préoccupés par le fait que les mesures tchèques ont empêché l’entrée d’entreprises concurrentes, avec un impact négatif sur les prix, la qualité, l’innovation et le choix », a déclaré Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission, chargée de la politique de concurrence.

Vestager a indiqué qu’une lettre de mise en demeure avait été envoyée à la Tchéquie, donnant au gouvernement deux mois pour répondre aux préoccupations de la Commission.

L’enquête de la Commission faisait suite à une plainte déposée par la société tchèque REMA, qui avait tenté sans succès d’entrer sur le marché de la collecte et de la valorisation des déchets d’emballages en Tchéquie. Cinq autres entreprises n’ont pas non plus réussi à entrer sur le marché, selon l’exécutif européen.

EKO-KOM a été contacté pour commentaires.

Laisser un commentaire

4 × trois =