Belgian Green MEP Philippe Lamberts debating reform of the EU

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Un carcan budgétaire susceptible de bloquer la transition énergétique, prévient le leader des Verts

Le coprésident des Verts au Parlement européen a averti que la transition de l’UE vers zéro émission nette de gaz à effet de serre est vouée à l’échec à moins que le bloc n’assouplisse les règles sur la dette publique et les dépenses déficitaires, alors qu’il présentait un nouveau rapport soulignant l’ampleur des investissements. nécessaire.

Un député européen vert a averti que le maintien de limites strictes à la dette publique et aux dépenses déficitaires pour des raisons de « dogme idéologique » pourrait torpiller les efforts de l’UE visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre à zéro d’ici le milieu du siècle.

Présentant une analyse commandée par le groupe Verts/ALE au Parlement européen, le coprésident Philippe Lamberts a déclaré mardi (30 janvier) qu’il était vain d’espérer que le financement privé fournira la totalité des 40 000 milliards d’euros dont les auteurs du rapport estiment qu’ils auront besoin pour financer le projet. être investi jusqu’en 2050.

Lamberts a souligné les projets de l’UE visant à améliorer massivement l’efficacité énergétique du parc immobilier européen. « De nombreux propriétaires en Europe n’ont comme capital que leur maison – ils ne disposent pas de cent ou deux cent mille euros supplémentaires pour la rénover », a-t-il déclaré. « Sans un soutien public massif, la vague de rénovation n’aura pas lieu. »

Le rapport de l’Institut Rousseau, un groupe de réflexion français, suggère que les gouvernements européens devront consacrer l’équivalent de 1,6 % supplémentaire du PIB à la transition énergétique, doublant ainsi les dépenses publiques à 510 milliards d’euros par an dans l’ensemble du bloc, afin d’attirer le secteur privé. investissement. Environ deux tiers des investissements supplémentaires seront nécessaires dans les secteurs du bâtiment et des transports, conclut le rapport.

Mais les réformes actuellement en cours des règles budgétaires strictes de l’UE, qui fixent un plafond à la dette nationale à 60 % et au déficit budgétaire à 3 % du produit intérieur brut (PIB) annuel, ne vont pas assez loin pour libérer les ressources nécessaires. finances publiques, a déclaré Lambert aux journalistes à Bruxelles.

Surtout, a-t-il déclaré, ni les gouvernements ni le Parlement européen, qui sont actuellement en train d’élaborer un compromis sur les règles, n’ont accepté l’idée d’une exclusion pour les dépenses consacrées aux infrastructures vertes. La France a été à la tête d’un groupe de pays qui ont fait pression pour que ces investissements publics soient exclus du calcul des ajustements nécessaires lorsque les pays accusent un déficit excessif.

« Les règles budgétaires actuellement discutées rendront ces investissements juridiquement impossibles », a déclaré Lamberts. Il est peu probable que même les pays qui n’ont pas de dettes excessives canalisent l’argent public vers la transition. « Les Etats membres n’envisageront pas ces investissements simplement parce qu’ils souhaitent rester dans les limites fixées par les règles », a déclaré le législateur belge.

« Désolé, mais vous ne pouvez pas regarder la réalité avec les yeux d’un… comptable aveuglé par l’idéologie, et c’est ce qui se passe en ce moment », a poursuivi Lamberts, qui, en tant que rapporteur parlementaire fictif pour la révision de la gouvernance économique, se préparait pour une ronde de négociations en soirée. derrière des portes closes. « Nous devons être réalistes, pas idéologues. C’est une question de survie.

En présentant le rapport aux côtés de Lamberts, l’auteur principal Guillaume Kerlero de Rosbo a tenté de relativiser l’estimation de son équipe concernant les dépenses publiques supplémentaires nécessaires. Le rapport souligne que la somme est inférieure aux 338 milliards d’euros de financement de la relance post-Covid de l’UE, ou aux 359 milliards d’euros dépensés chaque année par les États membres pour subventionner les combustibles fossiles. « Nous pensons qu’il est très important de contextualiser ces 260 milliards d’euros supplémentaires d’argent public », a déclaré Kerlero de Rosbo.

En plus d’être publié quelques heures seulement avant le dernier cycle de négociations sur les nouvelles règles budgétaires de l’UE, le rapport a été publié exactement une semaine avant que la Commission européenne ne publie, le 6 février, ses recommandations pour un nouvel objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour 2040. Un projet de communication divulgué et diffusé à Bruxelles la semaine dernière suggère que la Commission a l’intention de soutenir une réduction de 90 % des émissions nettes par rapport à 1990, la limite inférieure d’une fourchette de cinq points recommandée par le conseil consultatif scientifique indépendant de l’UE.

Laisser un commentaire

2 − 1 =