Dexia appealed contributions to the EU

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Les juges reciblent le fonds de sauvetage des banques et jugent illégale la souscription pour 2022

Le Fonds de résolution unique de l’UE, doté de 78 milliards d’euros, est censé éviter une répétition du plan de sauvetage des banques publiques, comme en 2008, mais il s’est heurté à une série de problèmes juridiques.

Les versements des banques à un fonds de crise controversé de 78 milliards d’euros en 2022 étaient illégaux, ont déclaré les juges de l’UE aujourd’hui (10 avril) – le dernier d’une série de malheurs pour les mesures d’après-crise destinées à mettre un terme au sauvetage des institutions financières en faillite par les contribuables.

Le Tribunal de l’Union européenne a donné raison à la banque française Dexia, estimant que l’agence européenne du Conseil de résolution unique (CRU) s’était trompée en exigeant des souscriptions annuelles au fonds qu’elle gère.

Le CRU « a dépassé un plafond annuel imposé par les règles applicables », indique un communiqué du tribunal.

Les contributions annuelles sont censées représenter un huitième de la taille totale du fonds, qui est plafonné à environ 1 % du total des dépôts – soit environ 10 milliards d’euros par an au lieu des 14 milliards d’euros exigés par le CRU pour l’ensemble du secteur bancaire de la zone euro, ont estimé les juges.

Les juges ont laissé les règles actuelles rester en vigueur pendant six mois afin de permettre au CRU de prendre des dispositions alternatives sans mettre en danger la stabilité financière de l’UE – étant donné que le fonds a besoin d’une puissance de feu suffisante pour éviter une panique en cas de faillite d’une grande banque.

Dexia a été renflouée par les gouvernements français, belge et luxembourgeois en 2011, et a depuis mis fin à ses activités, cédant son agrément bancaire le 1er janvier 2024.

Bien que la décision d’aujourd’hui ne s’applique qu’à Dexia, d’autres banques telles que la Norddeutsche Landesbank, BNP Paribas et Nordea ont également fait appel de leurs projets de loi 2022, et il semble probable que les juges appliqueront un raisonnement similaire.

Les multiples plans de sauvetage des banques financées par les contribuables à la suite de la crise financière de 2008 se sont révélés politiquement toxiques – mais la solution alternative de l’UE consistant à créer un fonds de crise financé par le secteur privé s’est également heurtée à des obstacles juridiques considérables.

En 2020, la Cour européenne a annulé les contributions de 2017, estimant que le CRU n’avait pas suffisamment démontré son efficacité lors de l’envoi des demandes de paiement.

Un projet visant à compléter le Fonds de résolution unique avec des ressources supplémentaires soutenues en fin de compte par les gouvernements n’a pas non plus pu se concrétiser, l’Italie n’ayant pas ratifié le traité concerné.

Mais en février, le président du SRB, Dominique Laboreix, a déclaré que les demandes annuelles de paiement au fonds cesseraient désormais une fois que celui-ci aurait atteint son niveau cible.

Les porte-parole du CRU et de Dexia n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Laisser un commentaire

un × trois =