Amazon has won an EU court victory on tax

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Les juges confirment l’accord fiscal privilégié par Amazon au Luxembourg

Les autorités antitrust de l’UE avaient fait valoir que le géant du commerce électronique avait obtenu un avantage injuste en économisant 250 millions d’euros grâce à sa structure d’entreprise complexe.

Amazon n’a pas enfreint la loi de l’UE en négociant une réduction de 250 millions d’euros sur sa facture fiscale auprès des autorités luxembourgeoises, a statué aujourd’hui (14 décembre) la plus haute juridiction du bloc.

Amazon.com a réduit ses coûts en versant des redevances à une société écran pendant près d’une décennie, ce qui lui a permis de détaxer les trois quarts des bénéfices européens, avait fait valoir la Commission européenne.

Mais les juges du Tribunal ont déjà déclaré que l’accord ne constituait pas une subvention illégale, et la Cour de justice de niveau supérieur est désormais d’accord.

« La Commission n’a pas établi que la DFA accordée à Amazon par le Luxembourg constituait une aide d’État incompatible avec le marché intérieur », a déclaré aujourd’hui le tribunal dans un communiqué.

Cette décision est une mauvaise nouvelle pour la lutte de l’UE dans l’utilisation de ses pouvoirs d’application des aides d’État contre l’évasion fiscale des multinationales : elle a également perdu des affaires impliquant Engie, Starbucks et Fiat – bien que le jury ne soit pas encore élu dans une affaire beaucoup plus importante, de 13 milliards d’euros, impliquant Apple.

Celui d’Amazon faisait partie d’une série d’arrangements fiscaux complexes révélés par les révélations de LuxLeaks en 2014 – qui ont embarrassé Jean-Claude Juncker, alors président de la Commission, qui était auparavant ministre des Finances du Luxembourg.

La Cour de justice du bloc a déclaré aujourd’hui que les normes fiscales internationales ne font pas partie du droit de l’UE, ce qui implique que le Tribunal s’est trompé de loi dans son arrêt de 2021.

Mais les juges ont de nouveau donné tort à la Commission, affirmant qu’elle avait utilisé un mauvais système de référence pour déterminer si le Luxembourg avait proposé à la multinationale une dérogation illégale à ses règles habituelles.

Les porte-parole d’Amazon.com et de la Commission n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Laisser un commentaire

quatre + onze =