Norbert Nagel

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Le chauffage est un chaînon manquant dans l’objectif d’émissions de 2040, affirment les énergies renouvelables

Les défenseurs des énergies renouvelables appellent à la diversification des technologies de chauffage.

Le chauffage renouvelable et les solutions combinées utilisant l’énergie solaire thermique avec des pompes à chaleur, la géothermie ou l’énergie solaire photovoltaïque sont largement absents de la stratégie visant à atteindre un objectif de réduction nette des émissions de carbone de 90 % d’ici 2040, ont déclaré les représentants des énergies renouvelables en réaction à l’annonce de mardi (6 février). par la Commission européenne.

Bioenergy Europe, Solar Heat Europe et Voice of Geothermal in Europe (EGEC) ont exprimé un large soutien à cet objectif lors d’un briefing, mais ont déclaré que le recours à l’utilisation de pompes à chaleur seules – comme le préconise la proposition de l’exécutif européen – serait un « problème majeur ». erreur ».

Solar Heat Europe a affirmé que même si les données montrent que les bâtiments résidentiels sont responsables d’environ 80 % des besoins énergétiques des ménages de l’UE, y compris le chauffage des locaux et de l’eau, seulement 1,5 % sont actuellement couverts par l’énergie solaire thermique.

« Les systèmes hybrides peuvent également être une solution pour lutter contre la décarbonation – c’est le potentiel de ces solutions combinées qui, à notre avis, est négligé ou n’est pas pleinement pris en compte (dans la stratégie) », a déclaré Pedro Dias, responsable de la politique chez Solar Heat Europe, lors du briefing. .

Dias a regretté l’absence de « projections sur la chaleur dans l’analyse d’impact (de la Commission) » alors que les efforts sont concentrés sur « des solutions qui n’ont pas encore fait leurs preuves ».

Jean-Marc Jossart, secrétaire général de Bioenergy Europe, a appelé à une « approche pragmatique » pour atteindre l’objectif de 2040, soulignant le caractère abordable, efficace et généralisé de la biomasse en tant que source renouvelable pour le chauffage résidentiel, le chauffage urbain et les processus industriels.

Sanjeev Kumar, responsable des politiques à l’EGEC, a exprimé sa « déception » face au manque d’inclusion de l’énergie géothermique par la commission dans la proposition d’objectifs climatiques pour 2040. Kumar espérait que l’exécutif européen envisagerait une stratégie spécifique, suite au récent soutien du Parlement européen en faveur de l’utilisation des énergies renouvelables lors d’un vote en plénière, aux côtés du soutien de la France, de l’Allemagne, de la Pologne et d’autres pays.

Kumar a déclaré que le marché intérieur du gaz « a servi à enfermer l’Europe dans un cycle sans fin d’importations volatiles d’énergie et de crises de prix » et a soutenu que la géothermie pourrait être « l’antidote » nécessaire pour décarboner le secteur du chauffage.

Ils ont également soutenu l’idée d’objectifs ou de sous-objectifs distincts afin de garantir une « clarté pour les investisseurs », en particulier pour le stockage et l’utilisation de la chaleur décarbonée et du captage du carbone.

« Il est plus facile de mobiliser des investissements mondiaux (avec un objectif pour 2040) », a déclaré à L’Observatoire de l’Europe un responsable de la Commission européenne, soulignant qu’un tel objectif intermédiaire est important pour la « prévisibilité ».

Un diplomate de l’UE a déclaré que maintenant qu’un objectif avait été fixé, « comment y parvenir » allait dominer le débat. Le diplomate a déclaré que rendre la transition énergétique adaptée aux citoyens tout en maintenant l’ambition était désormais devenu la clé, évoquant les protestations en cours des agriculteurs et un mécontentement politique croissant à l’égard de l’ambition climatique.

La commission a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que l’intention de la communication 2040 n’est « pas de prescrire une option politique spécifique à ce stade » mais « d’entamer un dialogue sur cet objectif » et de s’inscrire dans la voie vers la neutralité climatique d’ici 2050.

L’UE est tenue par la loi de présenter un objectif climatique pour 2040, ouvrant la voie à la neutralité du net d’ici 2050. Une proposition législative devrait être présentée par la prochaine commission, après les élections européennes de juin.

Laisser un commentaire

1 × trois =