The European Commission

Jean Delaunay

Politique de l’UE. L’avant-garde de la Commission se tourne vers le choix de l’envoyé de von der Leyen

La décision controversée d’embaucher l’Allemand Markus Pieper pourrait nécessiter un deuxième examen, suggèrent d’autres commissaires.

La décision de la Commission européenne d’embaucher l’Allemand Markus Pieper à un poste officiel lucratif doit être réexaminée, ont déclaré quatre hauts commissaires à la présidente Ursula von der Leyen.

La lettre, envoyée aux 27 membres de l’exécutif européen la semaine dernière (27 mars) et consultée par L’Observatoire de l’Europe, intervient alors que L’Observatoire de l’Europe révèle en exclusivité que l’opposition à cette nomination monte parmi les députés européens, qui invoquent du favoritisme politique.

Le 29 mars, des députés ont écrit pour remettre en question cette nomination, alléguant que Pieper, membre de l’Union chrétienne-démocrate de von der Leyen, avait obtenu de moins bons résultats que les autres candidats, parmi lesquels un député européen tchèque du parti centriste Renew et un lobbyiste d’affaires suédois. .

« Nous considérons qu’il est approprié que le Collège discute collectivement de la réponse à ces allégations ainsi que de l’impact possible sur les prochaines étapes du processus de recrutement », indique la lettre des commissaires.

« Nous attendons avec impatience la possibilité d’une telle discussion au sein du Collège des commissaires dans les plus brefs délais », ajoute-t-il, faisant référence à la plus haute instance décisionnelle de l’exécutif.

La missive interne ne manquera pas d’accroître les divisions au sein de la Commission – un organe soi-disant impartial, dont les membres font pourtant activement campagne à l’approche des élections européennes prévues en juin.

Il est signé par les plus hauts collègues de von der Leyen, dont le vice-président espagnol Josep Borrell, le français Thierry Breton, responsable de la politique européenne en matière de petites et moyennes entreprises (PME), l’italien Paolo Gentiloni et le luxembourgeois Nicolas Schmit, qui est von der Leyen. der Leyen à la tête de la prochaine Commission qui doit prendre ses fonctions en novembre.

Breton est issu de Renew, tandis que les trois autres signataires appartiennent au groupe politique de centre-gauche des Socialistes et Démocrates.

Pieper a été nommé en janvier au poste d’Envoyé PME, un poste officiel dont le salaire financé par les contribuables commence à partir de 17 000 euros par mois.

Les législateurs de plusieurs partis politiques se préparent à demander officiellement à la Commission d’annuler sa nomination lorsqu’ils discuteront du budget de l’UE lors d’une session parlementaire la semaine prochaine, a rapporté L’Observatoire de l’Europe plus tôt dans la journée.

Un porte-parole de la Commission avait précédemment déclaré à L’Observatoire de l’Europe que la nomination avait été effectuée « dans le plein respect » des procédures en vigueur, sur proposition de l’Autrichien Johannes Hahn, commissaire aux ressources humaines et également issu du Parti populaire européen de von der Leyen.

Laisser un commentaire

18 + sept =