Since 2023, EU farmers have been required to devote 4% of their land to biodiversity and landscape protection if they want to access EU funds.

Jean Delaunay

Politique de l’UE. La Commission abaisse ses objectifs verts pour l’agriculture face aux protestations des agriculteurs

L’exécutif européen soutient le président français Emmanuel Macron en proposant une dérogation partielle à l’architecture verte pour les subventions agricoles – une revendication clé des agriculteurs à l’origine des troubles en France.

La Commission européenne a proposé aujourd’hui (31 janvier) d’assouplir les exigences en matière d’agriculture verte dans le cadre de la politique agricole commune (PAC) tout en maintenant le plein niveau de paiements pour les agriculteurs, répondant ainsi aux inquiétudes des agriculteurs français selon lesquelles les règles entraînent des pertes de revenus.

« En prenant cette mesure stabilisatrice, nous pouvons contribuer à atténuer la pression que ressentent nos agriculteurs pour garantir leur viabilité économique en ces temps de grande incertitude », a déclaré le vice-président exécutif de la Commission, Maroš Šefčovič, en présentant l’initiative.

Depuis 2023, les agriculteurs de l’UE sont tenus de consacrer 4 % de leurs terres à la biodiversité et à la protection des paysages, comme les haies et les jachères, s’ils souhaitent accéder aux subventions agricoles de l’UE.

La commission a déjà totalement suspendu la mise en œuvre de l’exigence relative aux terres en jachère en 2023, à la suite des perturbations du marché provoquées par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Cette nouvelle exonération sera limitée à cette année et partielle, puisqu’elle permettrait aux agriculteurs de cultiver des cultures fixatrices d’azote comme les lentilles et les pois dans des zones qui devraient rester en jachère tout en restant éligibles aux paiements directs.

Les agriculteurs pourraient également décider de planter d’autres cultures à croissance rapide entre les plantations successives – appelées cultures dérobées – à condition qu’elles soient cultivées sans utilisation de pesticides, afin de maintenir l’ambition environnementale de la PAC.

« Nous restons déterminés à améliorer la biodiversité et à investir dans la santé des sols, car la nature constitue un tampon contre les catastrophes naturelles et parce que la nature est importante pour la santé, l’emploi et l’ensemble de l’économie », a déclaré Šefčovič.

La dérogation proposée doit maintenant être discutée par les États membres et, une fois approuvée, elle pourrait être appliquée rétroactivement à compter de janvier 2024.

Pourquoi maintenant?

Depuis août, les ministres de l’Agriculture du bloc ont discuté de la possibilité de prolonger l’exemption de l’année dernière jusqu’en 2024, mais l’exécutif européen a résisté à ces efforts, arguant qu’une nouvelle dérogation serait légalement impraticable.

Le soudain changement d’avis au sein de la commission fait suite aux protestations des agriculteurs à travers l’Europe. « Nous, dans ce bâtiment, avons le plus grand respect pour tous ceux qui avancent un argument politique », a déclaré le vice-président de la Commission, Margaritis Schinas, soulignant que la part du lion du budget de l’UE va à l’agriculture.

« Les agriculteurs n’ont pas de meilleur allié que la Commission européenne pour protéger leurs revenus », a-t-il ajouté.

Un élément déclencheur clé de ce développement a été les données récentes montrant que les valeurs moyennes de la production céréalière et des revenus des agriculteurs ont diminué en 2023 par rapport à 2022, selon un responsable de l’UE.

Aucune partie prenante n’a été consultée avant que la commission ne présente la proposition, a déclaré le responsable, ajoutant que « c’est quelque chose qui a été fortement soutenu ».

La Commission espérait que l’exonération allégerait la pression sur les revenus des agriculteurs plutôt que d’augmenter la production agricole, a poursuivi le responsable européen.

La dérogation proposée a rapidement suscité des réactions positives, notamment de la part du Premier ministre belge Alexander De Croo, qui a qualifié le report de l’obligation de jachère de « première étape importante pour nos agriculteurs », appelant à réduire les charges administratives imposées par l’Europe.

Pour le lobby des agriculteurs européens Copa-Cogeca, la décision est intervenue tardivement dans le calendrier agricole et reste limitée. « Nous espérons que les États membres renforceront encore cette proposition afin d’avoir une approche plus globale, en particulier dans les pays qui ont été particulièrement touchés par des événements climatiques extrêmes, lors de la réunion du Conseil européen de demain (1er février) », a déclaré un porte-parole du Copa-Cogeca. une déclaration.

Ariel Brunner, de l’ONG Birdlife Europe, a qualifié cette décision de « honteuse » et a déclaré qu’elle servait les intérêts de l’industrie chimique et de l’idéologie anti-environnementale.

« Permettre la destruction écologique pour tenter de tirer un peu plus de production de terres en voie de disparition est écologiquement irresponsable », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Selon Brunner, la mesure de l’année dernière n’a eu aucun impact positif, car la production agricole est fortement impactée par le dérèglement climatique et les terres dédiées à la biodiversité restent marginales.

Laisser un commentaire

cinq × un =