Britain

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Il n’est pas prévu de soigner les vaches avec des masques anti-éructations, déclare le commissaire

Le commissaire à l’agriculture du Bloc a rassuré un eurodéputé inquiet sur le fait que l’exécutif européen n’envisageait pas d’imposer des masques anti-émission de méthane pour le bétail, comme le vantent les médias de droite.

Les émissions gazeuses des ruminants tels que les bovins laitiers et de boucherie constituent la source la plus importante de méthane, un gaz à effet de serre puissant, après les activités humaines.

Les solutions pour faire face aux émissions liées à l’agriculture incluent désormais des dispositifs portables innovants pour capter le méthane éructé par les vaches, qui le convertissent en temps réel en dioxyde de carbone.

À la fin de l’année dernière, le média autrichien de droite Exxpress a rapporté que l’installation de tels masques sur le bétail faisait partie des plans du Green Deal de la Commission, un rapport qui a incité l’eurodéputée Annika Bruna (France, ID) à demander à l’exécutif européen s’il prévoyait de faire ces dispositifs sont obligatoires pour les éleveurs européens.

« La Commission n’envisage pas d’imposer des masques aux vaches », a récemment répondu à Bruna le commissaire européen à l’agriculture, Janusz Wojciechowski.

Le commissaire polonais a confirmé que l’UE a alloué 50 000 € en 2019 à la start-up britannique Zelp Ltd pour développer « un dispositif portable breveté sous la forme d’un anneau nasal » visant à réduire l’impact des émissions de méthane du bétail.

Toutefois, la somme a été versée dans le cadre du programme de recherche de l’UE Horizon 2020, contribuant à 70% du coût total du projet et n’a rien à voir avec les initiatives législatives menées par la commission, a insisté Wojciechowski.

En 2022, le design innovant du masque anti-éructation mis au point par Zelp a remporté un prix de près de 60 000 € soutenu par le roi Charles III de Grande-Bretagne pour aider à développer l’idée à l’avenir.

L’eurodéputé de droite a également déploré qu’une telle technologie « constitue une nouvelle régression en termes de bien-être animal ». Dans sa réponse, le commissaire a reconnu que l’impact des masques sur les vaches n’était pas couvert par l’analyse d’impact réalisée par l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) suite à la révision de la législation européenne sur le bien-être animal.

Wojciechowski a également souligné que d’autres technologies « sont actuellement disponibles et facilement applicables pour réduire efficacement les émissions de méthane dues à la fermentation entérique », par exemple en modifiant l’alimentation du bétail et les additifs alimentaires.

En 2022, la commission a approuvé un additif alimentaire développé par la société néerlandaise Dsm qui supprime l’enzyme déclenchant la production de méthane dans le rumen des vaches, réduisant ainsi les émissions d’environ 30 % pour les vaches laitières et jusqu’à 90 % pour les vaches de boucherie.

Une première tentative pour réduire la pollution par les gaz à effet de serre provenant du secteur agricole a été présentée par la commission en 2022, lorsqu’elle a proposé de réviser la directive dite sur les émissions industrielles. Cependant, les législateurs européens ont édulcoré le projet initial et ont décidé, dans un accord politique conclu en novembre dernier, d’exclure les élevages de bovins du champ d’application de la loi.

De même, les émissions agricoles ont été supprimées des objectifs de réduction pour 2040 présentés par la commission aujourd’hui (6 février) à la suite des protestations des agriculteurs à travers l’Europe.

Laisser un commentaire

douze − un =