MEPs will likely vote on the SME controversy next week

Jean Delaunay

Politique de l’UE. Exclusif : les législateurs appelleront le chef de l’envoyé PME de von der Leyen

Un projet consulté par L’Observatoire de l’Europe accuse Ursula von der Leyen de favoritisme politique en sélectionnant Markus Pieper, de son propre parti, pour ce poste officiel lucratif.

Les députés européens de plusieurs grands partis politiques appelleront la Commission européenne à repenser la procédure controversée de recrutement de fonctionnaires la semaine prochaine, accusant sa présidente Ursula von der Leyen de favoritisme politique, ont indiqué des sources à L’Observatoire de l’Europe.

Les législateurs souhaitent que la nomination de Markus Pieper au poste d’envoyé de la Commission pour les petites et moyennes entreprises (PME) soit annulée lors du débat sur le budget de la commission la semaine prochaine, selon un projet d’amendement consulté par L’Observatoire de l’Europe.

L’amendement « note avec inquiétude que le candidat retenu est un député européen sortant du parti politique allemand de la présidente von der Leyen » et « appelle la Commission à rectifier la situation en annulant la nomination » et en rouvrant le processus.

Trois sources proches des négociations ont confirmé que le projet était soutenu par les législateurs des groupes Socialistes et Démocrates, Renew Europe et Verts – les trois plus grands partis au Parlement après le Parti populaire européen de von der Leyen.

La mesure doit rassembler 36 signatures pour être présentée lors du débat du 11 avril sur la procédure de décharge budgétaire – et ses partisans sont « assez confiants » dans leur réussite, selon une source.

Cette décision représenterait un bouleversement pour von der Leyen – qui cherche à être nommé pour un second mandat à la présidence de la Commission et qui aura probablement besoin du soutien de ces autres grands groupes politiques pour être confirmé.

L’envoyé de la Commission pour les PME est destiné à assurer la liaison avec les lobbyistes des petites entreprises et à garantir que leurs opinions sont prises en compte dans l’élaboration des politiques. Pieper a été nommé à ce poste il y a quelques semaines, ce qui lui confère un statut officiel temporaire à un grade avec un salaire de base d’environ 17 000 euros par mois.

D’autres candidates seraient l’eurodéputée Martina Dlabajová (Tchéquie, Renew Europe) et Anna Stellinger de la Confédération des entreprises suédoises.

Les députés ont posé une question prioritaire à la Commission il y a cinq semaines, après que les médias ont rapporté que Pieper avait été embauché malgré le score le plus bas lors du processus de recrutement – ​​mais le législateur Daniel Freund (Allemagne/Verts) a publié aujourd’hui (3 avril) sur les réseaux sociaux qu’il est toujours en attente de réponse.

Les points de vue des législateurs sur les irrégularités et le favoritisme ont été partagés par les militants pour la transparence.

« La Commission a ignoré ses propres principes de recrutement pour installer un allié politique de la présidente von der Leyen à un poste très lucratif dans la fonction publique », a déclaré Nick Aiossa, directeur de Transparency International EU, dans un communiqué à L’Observatoire de l’Europe. « La Commission doit répondre de toute urgence aux préoccupations exprimées par les députés européens et la société civile concernant cette nomination douteuse. »

Les porte-parole de Pieper et de la Commission n’ont pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Laisser un commentaire

6 − 4 =