A worker in a Amazon warehouse.

Milos Schmidt

Politique de l’UE. Amazon invite les législateurs dans les entrepôts face à l’interdiction du Parlement

Amazon reste prêt à ouvrir les portes de ses entrepôts aux législateurs européens, a déclaré le géant de la technologie aujourd’hui (6 février), alors que les politiciens ont demandé que ses lobbyistes soient exclus du Parlement européen après avoir omis de comparaître lors d’une récente audience.

Le président de la commission de l’emploi et des affaires sociales (EMPL) du Parlement européen, Dragos Pîslaru, a écrit aujourd’hui à la présidente du Parlement, Roberta Metsola, pour demander le retrait des badges d’accès des représentants d’Amazon à ses locaux.

Cela s’est produit après que le marché en ligne américain n’a pas participé à une audition parlementaire à Bruxelles prévue le 23 janvier et a raté les débats prévus en commission sur les droits et libertés des travailleurs en 2021 et 2023.

Les législateurs ont lancé ces discussions dans le but de « mieux comprendre les rapports révélés par les médias suggérant une surveillance potentielle des travailleurs d’Amazon ainsi que d’autres pratiques commerciales et sur le lieu de travail, qui auraient pu être en violation des lois européennes sur le travail, les données et la vie privée », la lettre – envoyée cet après-midi et vu par L’Observatoire de l’Europe – a déclaré.

Par la suite, une visite prévue d’un comité dans les installations d’Amazon en Allemagne et en Pologne pour avoir un « aperçu de première main » des conditions de travail chez Amazon et entamer des discussions avec les travailleurs et leurs représentants, n’a pas eu lieu l’année dernière.

La lettre de Pîslaru indique qu’à la lumière de ces circonstances, les coordinateurs de la commission EMPL ont décidé de demander le retrait des badges d’accès pour les lobbyistes de l’entreprise.

« Il est déraisonnable que les membres subissent des pressions d’Amazon tout en étant privés du droit de représenter les intérêts des citoyens européens et de s’enquérir des allégations de violations des droits fondamentaux consacrés dans les traités européens et le droit du travail de l’UE. »

L’interdiction d’accès pourrait être levée, indique la lettre, « lorsque la direction de l’entreprise sera disposée à engager un véritable dialogue avec le Parlement et à répondre à nos sincères préoccupations ».

Sarah Tapp, porte-parole d’Amazon, a déclaré à L’Observatoire de l’Europe que l’entreprise restait ouverte à un « dialogue constructif sur les problèmes auxquels le secteur de la logistique est confronté, et (Amazon) restait déterminé à s’engager avec le Comité ».

« De nombreux membres du Parlement européen ont visité nos centres de distribution à travers l’UE dans le passé et nous avons réitéré notre offre d’héberger les membres du Comité dans l’un de nos établissements dans un avenir proche », a ajouté Tapp.

Le mois dernier, la CNIL a infligé à Amazon une lourde amende de 32 millions d’euros, après avoir constaté qu’Amazon France Logistique, qui gère les entrepôts de l’entreprise en France, avait mis en place « un système excessivement intrusif de surveillance de l’activité et des performances des salariés ».

Cette découverte fait suite à une enquête ouverte en 2019 à la suite d’une plainte de travailleurs. Amazon France Logistique emploie environ 20 000 salariés en France.

Laisser un commentaire

14 − neuf =