Ne laissez pas les voitures russes entrer sur le territoire de l'UE, dit Bruxelles aux États membres

Jean Delaunay

Ne laissez pas les voitures russes entrer sur le territoire de l’UE, dit Bruxelles aux États membres

La Commission européenne a exhorté les États membres à interdire l’entrée des véhicules routiers portant une plaque d’immatriculation russe.

Cette interdiction fait partie de la série de sanctions imposées par le bloc en réponse à la décision du président russe Vladimir Poutine de lancer une guerre à grande échelle contre l’Ukraine.

Alors que la mesure est en vigueur depuis des mois, la Commission européenne a mis à jour ses lignes directrices vendredi pour garantir que les États membres mettent en œuvre la restriction de manière correcte et uniforme.

L’interdiction s’applique aux véhicules à moteur portant une plaque d’immatriculation russe et immatriculés en Russie, précisent les lignes directrices. Que les véhicules soient destinés à un usage privé ou commercial ou que leur séjour dans l’UE soit à court ou à long terme n’a « aucune importance » et ne devrait pas conduire à un traitement différencié.

Les lignes directrices exhortent également les autorités nationales à veiller à ce qu’une longue liste de « produits personnels » originaires de Russie n’entre pas dans le bloc.

La liste comprend des objets courants, tels que des lames de rasoir, du fil dentaire, des déodorants, du savon, des vêtements et des chaussures, mais aussi de nombreux articles qui pourraient potentiellement avoir une application militaire, comme des pneumatiques, des systèmes radio et des générateurs électriques.

La loi prévoit une exemption si ces produits fabriqués en Russie sont destinés à « l’usage personnel des ressortissants des États membres et des membres de leur famille immédiate ».

Interrogé sur la raison de cette mise à jour, Daniel Ferrie, porte-parole de la Commission européenne, a déclaré que le document faisait partie des efforts en cours pour lutter contre le contournement, un phénomène que le bloc a eu du mal à lutter efficacement.

« Nous sommes régulièrement en contact avec les Etats membres pour garantir que, même s’il y a un doute, nous répondons à ce doute très rapidement et cela n’est qu’une partie de ce travail global », a déclaré Ferrie lundi après-midi.

« Les sanctions doivent être mises en œuvre et appliquées strictement. »

Le respect de l’interdiction frappant les voitures russes est obligatoire et inscrit dans le droit de l’UE, a souligné Ferrie, mais il appartient aux États membres de choisir la manière dont cette interdiction est mise en pratique.

La confiscation est l’une des méthodes possibles, a ajouté Ferrie, mais pas la seule.

Les citoyens russes peuvent toujours entrer dans l’UE en voiture si le véhicule routier dans lequel ils voyagent ne porte pas de plaque d’immatriculation russe. Cependant, la délivrance de visas touristiques relève de la compétence nationale et a conduit à des approches divergentes entre les États membres.

Cette mise à jour a déclenché une réaction furieuse de la part du Kremlin.

« C’est juste du racisme », a déclaré lundi Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères. « C’est du racisme pur et simple. »

Ferrie a refusé de commenter les propos de Zakharova.

Laisser un commentaire

neuf − 8 =