“It seems to me that, so far, there

Jean Delaunay

Meloni conteste les négociations « antidémocratiques » sur les postes clés de l’UE et envisage l’abstention

L’exclusion d’un accord préliminaire visant à attribuer les postes les plus élevés du bloc après les élections de juin a provoqué la colère de la Première ministre italienne Giorgia Meloni, qui envisage maintenant de s’abstenir formellement de cette décision, selon les médias.

Un accord négocié sur les postes les plus élevés de l’UE à la suite du sommet informel de la semaine dernière, sans la participation de l’Italie, a déclenché la colère de la Première ministre Georgia Meloni, considérée comme ayant mérité le rôle de « faiseur de roi » dans le processus après la performance positive de ses frères. du parti italien aux élections européennes.

L’annonce d’un accord préliminaire négocié hier par des représentants du Parti populaire européen (PPE), des socialistes et des libéraux a été un coup de tonnerre pour le gouvernement italien qui n’a pas bien accueilli la nouvelle.

Meloni a ouvertement contesté la méthode de sélection « dans laquelle quelques personnes prétendent décider pour tout le monde » s’exprimant aujourd’hui devant le Parlement du pays avant le sommet des dirigeants de l’UE qui se réunira à Bruxelles pour trancher sur la question.

« Aucun véritable démocrate qui croit en la souveraineté populaire ne peut, en son for intérieur, considérer comme acceptable qu’en Europe il y ait eu une tentative de négociation pour les postes les plus élevés avant même que le peuple ne se rende aux urnes », a-t-elle déclaré à propos du processus.

Selon le Premier ministre italien, le dernier accord outrepasse la logique de consensus sur laquelle la plupart des décisions au niveau de l’UE ont toujours été fondées, en n’incluant pas « ceux du camp politique opposé et ceux des nations considérées comme trop petites pour mériter de s’asseoir aux tables qui comptent ».

Elle a déclaré qu’elle considérait comme « surréaliste » que lors de la réunion informelle de la semaine dernière, des noms aient été proposés pour des postes importants à la suite de négociations bilatérales entre les partis, « sans même la prétention d’une discussion ouverte, basée sur la façon dont les citoyens s’étaient exprimés lors des urnes ». .»

« Il me semble que jusqu’à présent, il y a eu une réticence à prendre en compte le message délivré par les citoyens lors des urnes », a-t-elle ajouté en commentant le fond de l’accord.

Pour Meloni, les citoyens de l’UE ont demandé un changement de cap en rejetant les politiques menées par les forces au pouvoir « dans de nombreuses grandes nations européennes, qui sont aussi très souvent les forces qui ont dicté les politiques de l’Union ces dernières années », a-t-elle déclaré dans un communiqué. référence à peine voilée à l’Allemagne et à la France, qui ont négocié l’accord européen sur l’emploi.

Isolé au sein du Conseil européen, Meloni envisage désormais une réponse radicale, notamment en s’abstenant de la décision finale sur les postes les plus élevés de l’UE qui seront attribués lors du prochain Conseil européen qui doit commencer demain, ont rapporté les médias italiens.

Selon les traités de l’UE, une telle décision peut être prise à la majorité qualifiée – mais par convention, les dirigeants recherchent le consensus lors de la nomination des postes les plus élevés.

L’abstention de Meloni pourrait provoquer une fragmentation politique en raison de l’exclusion de l’Italie des négociations. « Les décisions auraient pu être reportées jusqu’au sommet qui commence demain pour montrer plus de respect à l’égard d’un Etat membre fondateur de l’UE », ont déclaré des sources au sein du gouvernement italien au quotidien italien Corriere della Sera.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, qui participait aux négociations, avait pour mission d’informer Meloni du résultat mais, selon La Stampa, elle n’a jamais décroché le téléphone. D’autres médias rapportent que la chef de la Commission, Ursula von der Leyen, négociera personnellement avec Meloni pour obtenir le soutien des 24 députés européens des Frères d’Italie en vue de sa reconduction lors d’une plénière à Strasbourg prévue au milieu du mois prochain.

L’Italie devrait obtenir une vice-présidence de la Commission et un portefeuille pertinent en échange de son soutien au plan pour l’emploi. Mais Meloni a prévenu qu’elle « demanderait simplement (cela) en échange d’un rôle auquel l’Italie a légitimement droit ».

Laisser un commentaire

18 − 10 =