Manal AlDowayan, Shifting Sands: A Battle Song, 2024. Multimedia installation, Tussar silk, ink, acrylic paint. Dimensions variable. Sound, multichannel, 30’48”.

Jean Delaunay

Marginalisation pour briser les mythes : les pavillons de la Biennale du Moyen-Orient remettent en question les opinions bien ancrées sur les femmes

Les installations de l’Arabie Saoudite et du Liban à la Biennale de Venise cherchent à rétablir l’équilibre en remettant en question les visions masculines et les mythes occidentaux entourant la représentation des femmes dans les sociétés du Moyen-Orient.

Dans le pavillon aux couleurs désertiques de l’Arabie Saoudite à la Biennale de Venise, un bourdonnement ascendant et harmonisé remplit l’espace.

Ce sont les voix d’un millier de femmes saoudiennes que l’artiste Manal AlDowayan a « amenées avec elle » à l’exposition internationale.

Avec son équipe de commissaires entièrement féminines, l’installation d’AlDowayan vise à réfuter les idées préconçues des médias internationaux sur les femmes en Arabie Saoudite et à amplifier leurs propres voix.

Dans le pavillon du Liban, l’artiste Mounira AI Solh remet en question le regard masculin et la manière dont il a façonné le mythe antique d’Europe.

Comme AlDowayan, elle redonne le pouvoir narratif à la femme.

Biennale de Venise : le pavillon saoudien fait taire les stéréotypes internationaux

Le pavillon saoudien de l’Arsenale est rempli de panneaux de soie géants, à peu près circulaires, suspendus verticalement au plafond ou s’élevant du sol.

Ils rappellent la rose du désert, une formation cristalline qui apparaît dans les dunes près de chez AlDowayan.

« Dans la littérature occidentale, les femmes semblent toujours être comparées à une délicate rose anglaise », me dit-elle. « Mais les femmes que je connais ne sont pas du tout comme ça. »

Se formant sous la contrainte de pluies intenses suivies d’une chaleur extrême, la rose du désert représente pour AlDowayan la force et le pouvoir des femmes saoudiennes.

Manal AlDowayan, Shifting Sands: A Battle Song, 2024. Installation multimédia, soie Tussar, encre, peinture acrylique.  Dimensions variables.  Son, multicanal, 30'48”.
Manal AlDowayan, Shifting Sands: A Battle Song, 2024. Installation multimédia, soie Tussar, encre, peinture acrylique. Dimensions variables. Son, multicanal, 30’48”.

Regroupés en agencements, les panneaux de soie beige les plus proches des entrées avant et arrière sont fortement encrés avec du texte de journal.

Les écritures se chevauchent mais certaines phrases audacieuses restent lisibles : « refoulé », « une énigme », « l’âge des ténèbres ».

« La presse européenne est obsédée par le fait qu’elle ne peut pas nous voir sous le voile », explique AlDowayan. « Ils ont donc décidé de choisir leur récit pour le monde arabe. »

La plupart des autres phases typées sont obscurcies. Pour AlDowayan, cela représente la « cacophonie médiatique qui entoure constamment les femmes saoudiennes » qu’elle a affaiblie.

1 000 voix de femmes chantent dans le pavillon saoudien

Les formations cristallines au centre de la pièce sont plutôt décorées de lignes de poésie déchiffrables et de dessins distincts.

Il y a des images de poings levés et d’une balance avec un homme et une femme en équilibre égal, ainsi que des dizaines de phrases édifiantes en anglais et en arabe.

Ceux-ci ont été produits au cours de trois ateliers distincts en Arabie Saoudite avec plus de 1 000 femmes de tous âges.

Ils ont été invités à lire les articles des médias sur les femmes saoudiennes et à réagir.

Ateliers participatifs pour Shifting Sands : A Battle Song (2024), de Manal AlDowayan.
Ateliers participatifs pour Shifting Sands : A Battle Song (2024), de Manal AlDowayan.

«Je me sens très fier et reconnaissant de leur soutien», déclare AlDowayan. « C’était un sentiment de solidarité que je devais récompenser, alors je les ai tous emmenés symboliquement avec moi à Venise et je les ai placés au cœur de mon travail. »

Au fur et à mesure que vous vous promenez, le bruit gonflé du bourdonnement se fait entendre dans les haut-parleurs. Cela recrée le « chant » qui émane des dunes de sable lorsqu’elles se déplacent.

« Le son est produit lorsque de minuscules grains se frottent », explique le conservateur Shadin AlBulaihed. « Cela montre que de petites voix peuvent produire un grand son. »

« Nous entrons dans une nouvelle étape en Arabie Saoudite où les femmes bénéficient de beaucoup plus d’opportunités et de droits », ajoute AlDowayan. « Nous devons redéfinir la manière dont nos corps et nos voix existent dans la sphère publique. »

« Nous devons reprendre nos histoires » : le pavillon du Liban affronte le regard masculin

Dans le pavillon du Liban, Mounira AI Solh brise un mythe millénaire, remontant aux origines du pays et à ses ancêtres phéniciens.

Dans Une danse avec son mytheAl Solh examine l’histoire de la princesse phénicienne Europe séduite et enlevée par Zeus, déguisée en taureau blanc.

Au fil des siècles, notamment dans la peinture occidentale, les représentations du mythe ont évolué de l’enlèvement au consentement, toujours dicté par le regard masculin.

AI Solh choisit plutôt de réinterpréter le mythe avec l’égalité des sexes. Elle bouleverse l’équilibre des pouvoirs entre le dieu dominant et la princesse dominée.

La princesse Europe coopère avec Zeus et le manipule ; « c’est elle qui le tient et l’emporte en marchant sur l’eau, elle qui le ballote avec ses pieds comme s’il s’agissait d’un ballon de foot. »

Pavillon du Liban à la Biennale Arte 2024. Avec l'aimable autorisation de l'artiste et de la galerie Sfeir-Semler Beyrouth/Hambourg
Pavillon du Liban à la Biennale Arte 2024. Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la galerie Sfeir-Semler Beyrouth/Hambourg

Dans sa quête, l’artiste pousse à l’extrême la déconstruction des stéréotypes de genre, en inversant les rôles et les sexes – dont le chien d’Hercule qui devient femelle.

Une danse avec son mythe s’articule autour d’un bateau, invitant les visiteurs à un voyage symbolique d’émancipation et d’égalité des sexes. Sa structure inachevée indique que le voyage n’est pas entièrement achevé.

Sur la voile du bateau, un film de 12 minutes est projeté avec des scènes de la déesse faisant tourner une urne contenant une tête de taureau. « J’ai cherché un magnifique taureau blanc… mais je n’ai trouvé qu’une chèvre », peut-on lire dans un vers de poésie.

« Je veux montrer que nous, en tant que femmes, ne voulons pas jouer le rôle de victimes », a déclaré AI Solh dans une interview avec la conservatrice du pavillon, Nada Ghandour. « Il faut se réapproprier nos histoires, les colorer, les changer, les inverser, les retourner, pour se les réapproprier. »

Laisser un commentaire

un × cinq =