Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy, left, and French President Emmanuel Macron shake hands after a press conference, on Feb. 16, 2024

Jean Delaunay

Macron n’exclut TOUJOURS pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Le président français Emmanuel Macron déclare que « toutes les options sont possibles » en Ukraine, même si la situation actuelle ne l’exige pas

Emmanuel Macron a mis en garde les puissances occidentales contre tout signe de faiblesse envers la Russie, en réitérant sa position selon laquelle l’envoi de troupes occidentales en Ukraine ne devrait pas être exclu.

Le président français a toutefois admis que la situation actuelle ne l’exigeait pas.

Dans une interview accordée jeudi à la télévision nationale française TF1 et France 2, Macron a été interrogé sur la perspective d’envoyer des troupes occidentales en Ukraine, qu’il avait publiquement évoquée le mois dernier.

Ses commentaires ont suscité des réactions de la part d’autres dirigeants européens qui ont souligné qu’ils n’avaient pas l’intention de le faire.

« Nous ne sommes pas dans cette situation aujourd’hui », a-t-il déclaré, mais a ajouté que « toutes ces options sont possibles ».

Macron, qui est le commandant en chef des forces armées du pays, a refusé de décrire dans quelle situation la France serait prête à envoyer des troupes. Il a déclaré que la responsabilité d’une telle décision incomberait à Moscou : « Ce ne serait pas nous », ajoutant que la France ne mènerait pas d’offensive en Ukraine contre la Russie.

Mais il a également déclaré : « Aujourd’hui, pour avoir la paix en Ukraine, nous ne devons pas être faibles. »

Macron a qualifié la guerre entre la Russie et l’Ukraine d’« existentielle » pour la France et l’Europe.

«Si la guerre s’étendait à l’Europe, ce serait le seul choix et la seule responsabilité de la Russie. Mais si nous décidons aujourd’hui d’être faibles, si nous décidons aujourd’hui de ne pas réagir, c’est déjà une défaite. Et je ne veux pas de ça », a-t-il déclaré.

L’interview télévisée de Macron intervient après que le Parlement français ait débattu cette semaine de la stratégie du pays en Ukraine.

L’Assemblée nationale et le Sénat ont approuvé lors de votes symboliques l’accord de sécurité bilatéral de 10 ans signé le mois dernier entre Macron et le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy.

Venir ensemble

Macron rencontrera vendredi ses homologues allemand et polonais à Berlin pour discuter du soutien à l’Ukraine, cherchant à envoyer un signal d’unité et de solidarité alors que Kiev est aux prises avec une pénurie de ressources militaires et que la Russie vote pour une élection presque certaine de prolonger le mandat du président. Le règne de Vladimir Poutine.

Macron, le chancelier allemand Olaf Scholz et le Premier ministre polonais Donald Tusk se réunissent au sommet du soi-disant « Triangle de Weimar » composé des trois grandes puissances de l’UE, un format qu’ils tentent de revitaliser après que les relations soient devenues très tendues sous le précédent gouvernement nationaliste polonais.

Les forces de Kiev espèrent davantage de fournitures militaires de la part des partenaires occidentaux de l’Ukraine, mais en attendant, elles luttent contre une armée russe plus nombreuse et mieux approvisionnée, qui exerce une forte pression sur certains points de première ligne en Ukraine. Les projets de l’UE visant à produire un million de cartouches d’artillerie pour l’Ukraine ont échoué, tandis que l’aide américaine est bloquée par les législateurs républicains du Congrès.

« Nous devons faire tout notre possible pour organiser autant de soutien que possible à l’Ukraine », a déclaré mercredi Scholz, soulignant la « question très pratique de savoir s’il y a assez de munitions, s’il y a assez d’artillerie, s’il y a assez de défense aérienne ». beaucoup de choses qui jouent un rôle majeur.

Laisser un commentaire

vingt − un =