A farmer wears a shirt with a message during a demonstration of French and Belgian farmers outside the European Parliament in Brussels, Wednesday, 24 Jan, 202

Milos Schmidt

L’UE fait face à des pressions pour désamorcer la colère croissante alors que les agriculteurs manifestent à travers l’Europe

Déjà frappés de plein fouet par la crise climatique, les agriculteurs européens dénoncent des politiques qu’ils jugent contradictoires, injustes et qui les laissent inquiets pour l’avenir.

Les routes ont été bloquées dans toute la France, du fumier et des déchets agricoles ont été déposés devant les bureaux publics et des bottes de foin se sont répandues dans les fast-foods.

Cela a commencé l’année dernière lorsque les agriculteurs ont commencé à dévisser les panneaux routiers et à les remettre à l’envers. Ils ajoutaient parfois le slogan « on marche sur les têtes » signifiant « on marche sur la tête » en référence à leur monde bouleversé.

Depuis lors, les manifestations sont devenues de plus en plus perturbatrices et ont été frappées par une tragédie mardi lorsqu’un agriculteur et sa fille ont été tués et son mari grièvement blessé dans un accident de la route sur une barricade de protestation dans la région de l’Ariège, dans le sud-ouest de la France.

Le plus grand syndicat agricole de France, la FNSEA, affirme que les manifestations se poursuivront « cette semaine et aussi longtemps que nécessaire ». Il envisage une action à l’échelle nationale à mesure que le mouvement progresse.

Mais il ne s’agit pas seulement de la France. Déjà confrontés aux pertes économiques dues à la crise climatique, les agriculteurs européens dénoncent les politiques vertes qu’ils jugent contradictoires, injustes et les laissent inquiets pour l’avenir.

Pourquoi les agriculteurs français sont-ils en colère ?

La colère des agriculteurs français provient d’un enchevêtrement complexe de différentes politiques et de coupes budgétaires.

Le diesel agricole allait devenir plus cher à mesure que les subventions étaient supprimées, les agriculteurs étaient confrontés à 47 millions d’euros supplémentaires par an en frais de consommation d’eau et ils affirment que des réglementations complexes ont rendu difficile de savoir ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire.

Ils s’opposent également aux interdictions des pesticides et des herbicides imposées par le Green Deal de l’UE et par un nouveau traité à l’échelle de l’UE qui pourrait prévoir l’importation de davantage de bœuf brésilien et argentin. Les agriculteurs affirment qu’il est extrêmement difficile de rivaliser avec ces pays car ils ne sont pas liés par des règles strictes en matière de bien-être animal.

Une frustration supplémentaire vient du fait de demander les 9 milliards d’euros de subventions par an que la France reçoit de l’UE. Selon les agriculteurs, au moins une journée par semaine est consacrée à remplir les documents à leur place.

Selon eux, de nombreuses politiques contradictoires obligent le secteur agricole à tenter de réduire l’impact de l’agriculture sur l’environnement tout en augmentant la production alimentaire. Alors que le nombre de personnes travaillant pour produire la nourriture nécessaire à l’alimentation de la France diminue, nombreux sont ceux qui s’inquiètent pour l’avenir.

Des agriculteurs français bloquent le viaduc Hubert Touya sur une autoroute le mardi 23 janvier 2024 à Bayonne, dans le sud-ouest de la France.
Des agriculteurs français bloquent le viaduc Hubert Touya sur une autoroute le mardi 23 janvier 2024 à Bayonne, dans le sud-ouest de la France.

Certains de leurs appels ont eu lieu en décembre lorsque le gouvernement a renoncé à son projet d’augmenter les droits de licence pour le pompage des eaux souterraines et le rejet de pesticides. L’augmentation du prix du diesel résultant de la suppression des subventions a également été suspendue et une proposition d’interdiction du glyphosate, un désherbant controversé, a été annulée pour tenter d’apaiser les manifestants.

Après une réunion lundi entre la FSEA, le nouveau Premier ministre Gabriel Attal et le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau, le président du syndicat Arnaud Rousseau a déclaré aux médias français qu’il n’y aurait « pas de levée des mesures tant qu’il n’y aura pas de décisions concrètes ».

Le gouvernement français a déclaré avoir « entendu leur appel » et a déclaré mercredi lors d’une conférence de presse qu’il ferait des annonces dans les jours à venir.

La colère gagne toute l’Europe

Les protestations des agriculteurs français se sont propagées aux Pays-Bas et en Allemagne voisins. Il existe des préoccupations communes concernant les décisions gouvernementales injustes et imprévisibles en matière d’agriculture.

L’année dernière, les agriculteurs néerlandais ont bloqué les routes, déversé du fumier dans les rues et manifesté devant les maisons politiques contre les réglementations visant à réduire les émissions d’azote.

En tant que l’un des plus grands exportateurs agricoles au monde, l’industrie est responsable d’environ la moitié des émissions totales d’azote des Pays-Bas. En 2019, le plus haut tribunal administratif des Pays-Bas a jugé que le système de permis d’azote ne parvenait pas à empêcher ces émissions de nuire aux réserves naturelles spécialement protégées connues sous le nom de réseau Natura 2000.

Même si la décision initiale n’a pas fait la une des journaux, le gouvernement a rapidement déclaré qu’il devait prendre des « mesures drastiques » pour rectifier la situation, notamment en rachetant et en fermant des fermes d’élevage.

Des milliers de manifestants ont participé à une manifestation antigouvernementale organisée par les organisations paysannes à La Haye en mars dernier.
Des milliers de manifestants ont participé à une manifestation antigouvernementale organisée par les organisations paysannes à La Haye en mars dernier.

L’annonce soudaine de réductions a donné aux agriculteurs le sentiment de ne pas être traités équitablement. Ils ont déjà réduit de manière significative les émissions d’azote au cours des 30 dernières années et le financement des zones rurales a été réduit au profit des investissements urbains.

Les politiques gouvernementales précédentes les avaient encouragés à se développer et maintenant, les agriculteurs accablés de dettes se font dire qu’ils doivent réduire la taille de leurs exploitations.

Les protestations ont conduit à la création du parti politique de droite BoerBurgerBeweging (BBB), qui a promis aux agriculteurs d’avoir davantage leur mot à dire dans la politique agricole. En 2023, le BBB a remporté les élections provinciales et, après les élections sénatoriales, est devenu le parti avec le plus grand nombre de sièges au Sénat néerlandais.

La colère s’est également accrue en Allemagne face au projet de suppression progressive des subventions aux carburants pouvant atteindre 3 000 euros par an pour l’entreprise moyenne. Le ressentiment à long terme suscité par l’application injuste des politiques environnementales n’a fait qu’alimenter le feu.

Les agriculteurs sont descendus dans la rue depuis décembre et ont été rejoints lundi à Berlin par des militants écologistes. Les rues étaient bordées de véhicules lourds.

Des agriculteurs équipés de tracteurs arrivent pour une manifestation dans le quartier gouvernemental de Berlin, en Allemagne, le 15 janvier 2024.
Des agriculteurs équipés de tracteurs arrivent pour une manifestation dans le quartier gouvernemental de Berlin, en Allemagne, le 15 janvier 2024.

Ils se disent favorables à une agriculture verte et génétiquement non modifiée – mais cela doit s’accompagner de subventions ou au moins d’un prix équitable pour les aliments qu’ils produisent. C’est un sentiment partagé par de nombreuses personnes descendues dans les rues à travers l’Europe.

L’agriculture pourrait-elle être un enjeu majeur des élections européennes ?

L’exaspération s’est également accrue dans l’est de l’UE avec des manifestations en Pologne, en Roumanie, en Slovaquie, en Hongrie et en Bulgarie, où les agriculteurs se sont plaints de la concurrence déloyale des céréales à prix cassés en provenance d’Ukraine.

En Roumanie et en Bulgarie, les postes frontières ont été bloqués par des tracteurs et des camions. La Pologne a connu la démission de son ministre de l’Agriculture en avril dernier à cause du conflit, même si de nouvelles subventions ont quelque peu apaisé la situation.

Toutefois, de nombreuses personnes restent préoccupées par les impôts trop élevés et les réglementations de plus en plus strictes. Alors que les agriculteurs subissent les effets des sécheresses, des inondations et des incendies de forêt, ils affirment que les politiques vertes ne font que les mettre encore plus à l’épreuve.

Les protestations pourraient encore s’étendre dans les semaines à venir, l’Espagne et l’Italie étant désormais prêtes à rejoindre également le mouvement. Jeudi, la Commission européenne doit entamer des négociations stratégiques avec les syndicats d’agriculteurs, les entreprises agricoles et les experts pour tenter d’éteindre l’incendie.

Mais alors que les tensions continuent de croître, l’agriculture est en train de devenir un problème majeur dans toute l’UE à l’approche des élections au Parlement européen de juin.

Laisser un commentaire

20 + 6 =