L'Etat russe prend le contrôle de Carlsberg et Danone

Jean Delaunay

L’Etat russe prend le contrôle de Carlsberg et Danone

Les actifs appartenant à deux grandes entreprises européennes en Russie ont été saisis par un décret présidentiel signé par Vladimir Poutine.

Moscou a repris les actifs des géants français Danone et danois Carlsberg en Russie.

Le déménagement était un fait accompli, c’est-à-dire qu’il avait déjà été décidé en connaissance de cause, ne laissant aux entreprises européennes d’autre choix que d’accepter.

Tous deux avaient précédemment annoncé qu’ils quitteraient le marché russe après l’invasion de l’Ukraine.

Selon un décret signé par le président Vladimir Poutine, 98,56% des actions de la brasserie russe Baltika, détenue par Carlsberg, étaient désormais « temporairement » sous le contrôle de l’Etat russe, plus des dizaines de milliers d’actions appartenant à la filiale russe de Danon.

En juin, Carlsberg a déclaré avoir trouvé un repreneur pour ses activités en Russie, sans le nommer. Cela s’est produit plus d’un an après l’annonce de son retrait du pays.

Baltika comptait environ 8 400 employés en Russie, que Carlsberg a amenés en 2000.

« Suite au décret présidentiel, les perspectives de ce processus de vente sont désormais très incertaines », a reconnu Carlsberg dans un communiqué dimanche.

Le brasseur danois a déclaré ne pas avoir été informé par les autorités russes du décret présidentiel.

Dimanche soir, Danone a indiqué avoir « pris acte du décret » et « étudier actuellement la situation ».

Mi-octobre 2022, le titan français de l’alimentation a annoncé son intention de se retirer de la plupart de ses activités en Russie.

Le groupe, qui était initialement entré sur le marché russe pour répondre aux « besoins alimentaires essentiels des populations civiles », a annoncé son intention de céder le contrôle de sa branche « produits laitiers et végétaux », ne conservant que celle de la nutrition infantile.

En octobre, Danone a déclaré que son retrait de Russie pourrait « entraîner une dépréciation pouvant aller jusqu’à 1 milliard d’euros » dans ses comptes.

Mais dimanche, il a noté que la décision de Moscou n’aura « aucun impact sur les objectifs financiers de Danone pour l’année 2023 ».

Cette décision est intervenue quelques jours après que le président français Emmanuel Macron a donné le feu vert à la livraison de missiles SCALP à longue portée à l’Ukraine, ce que le Kremlin a qualifié de « décision entachée d’erreur ».

Depuis l’invasion de l’Ukraine le 24 février 2022, de nombreuses multinationales ont quitté la Russie et d’autres y ont suspendu leurs activités dans plusieurs secteurs, notamment le pétrole, l’automobile et les produits de luxe.

En mai, Moscou avait déjà pris le contrôle forcé « temporaire » de la filiale russe du groupe énergétique finlandais Fortum, avec l’éviction de son PDG en Russie.

Laisser un commentaire

8 + treize =