Houthi rebels launched a drone attack on US-owned ship Genco Picardy earlier in January

Milos Schmidt

Les tensions au Moyen-Orient alimentent les risques d’une hausse des prix du pétrole

Suite à une attaque de drone contre une base aérienne américaine en Jordanie, le conflit au Moyen-Orient pourrait s’aggraver. Le président américain Joe Biden a déclaré que son pays « demandera des comptes à tous les responsables au moment et de la manière de notre choix ».

Une attaque de drone ce week-end contre la base américaine Tower 22, à la frontière jordano-syrienne, a tué trois soldats américains et en a blessé plusieurs autres. La Maison Blanche a imputé l’attaque à des « groupes militants radicaux soutenus par l’Iran », mais n’a pas encore précisé quel groupe elle estime en être responsable.

Suite à l’attaque, les prix du pétrole brut ont légèrement augmenté de 0,27% à 78,2 dollars (72,2 euros) lundi matin, avec une hausse hebdomadaire de 4,73%. Les prix du pétrole brut Brent ont augmenté de 0,05 % à 82,9 $ lundi, soit un gain hebdomadaire de 3,70 %.

Le président Biden a annoncé dimanche en Caroline du Sud que son pays « demanderait des comptes à tous les responsables. Au moment et de la manière de notre choix, nous répondrons ».

Augmentation des attaques contre des bases américaines depuis la guerre entre Israël et le Hamas

Ces attaques surviennent à un moment où le Moyen-Orient est déjà en état d’alerte en raison de la guerre en cours entre Israël et le Hamas et du conflit en mer Rouge. Les rebelles yéménites Houthis, soutenus par l’Iran, ont ciblé des navires commerciaux de plus de 40 pays traversant la mer Rouge et le canal de Suez, affirmant que ces attaques étaient une réponse aux actions israéliennes à Gaza.

Bien que les bases américaines en Syrie et en Irak aient connu une multiplication des attaques depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas en octobre dernier, c’est la première fois que du personnel américain est tué.

L’Iran a nié toute implication dans l’attaque de drone. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanaani, a été cité par la BBC comme ayant déclaré à l’agence de presse officielle iranienne IRNA : « Ces affirmations sont faites avec des objectifs politiques spécifiques visant à renverser les réalités de la région. »

Cependant, comme les États-Unis semblent susceptibles de riposter par leurs propres frappes, la situation géopolitique au Moyen-Orient pourrait très bien se détériorer davantage – une dizaine de pays ont déjà été entraînés dans cette situation ces derniers mois. Si les États-Unis ripostent, ce sont probablement eux qui auront le plus d’impact sur les prix du pétrole et de l’énergie.

Quel impact cette escalade du conflit pourrait-elle avoir sur les prix du pétrole ?

ING estime qu’environ 12 % du pétrole maritime mondial transite par la mer Rouge, ainsi que des quantités considérables de produits raffinés. Selon l’American Journal of Transportation, environ 15,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié (GNL) ont également emprunté cette route en 2023.

Plusieurs compagnies maritimes telles que Maersk et Hapag-Lloyd ont déjà suspendu leurs transits à travers la région perturbée et de nouvelles mesures pourraient potentiellement entraîner une perturbation des approvisionnements en pétrole et en GNL pour plusieurs régions du monde dans les mois à venir. Les prix de l’énergie seraient susceptibles d’augmenter.

Il se peut que les prix du pétrole et de l’énergie ne soient pas les seuls à être touchés. Plusieurs chaînes de vente au détail britanniques et européennes telles que Tesco, Primark, IKEA et Next ont averti que les perturbations pourraient entraîner des retards dans la disponibilité de certains produits et une augmentation des coûts pour d’autres.

L’augmentation des coûts de l’énergie et d’autres produits pourrait également déclencher une hausse de l’inflation dans un certain nombre de pays, ce qui amènerait les banques centrales à retarder la baisse des taux d’intérêt.

Laisser un commentaire

2 × trois =