A Ryanair Boeing 737 MAX takes off from Lisbon airport, Wednesday, Jan. 25, 2023. (AP Photo/Armando Franca)

Milos Schmidt

Les patrons des compagnies aériennes ripostent alors que l’Europe cherche un atterrissage en douceur sur les voyages écologiques

Les compagnies aériennes estiment qu’il est injuste de la part de l’Europe de priver d’autres économies des avantages dont elles bénéficient depuis des décennies grâce à la transition vers les énergies renouvelables.

Plusieurs dirigeants de compagnies aériennes se sont prononcés contre un mouvement européen croissant souhaitant plafonner les voyages et les vols à l’étranger afin de soutenir la transition verte.

Des mouvements tels que le Flight Shaming, lancé par la militante écologiste Greta Thunberg, ont été adoptés avec enthousiasme par certains membres du public, laissant les consommateurs qui le peuvent choisir des moyens de transport plus écologiques pour éviter la « honte » de prendre l’avion.

Les compagnies aériennes ne sont cependant pas impressionnées. L’industrie est déjà en difficulté depuis la pandémie, lorsque le confinement a empêché la plupart des vols et, après la pandémie, la flambée des coûts de l’énergie en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et du dernier conflit au Moyen-Orient a fait baisser le nombre de passagers. Ils viennent tout juste de se remettre.

L’industrie aérienne estime qu’elle est désormais confrontée à plus d’obstacles qu’elle ne devrait l’être, alors que des pays comme l’Irlande, les Pays-Bas et la Belgique cèdent aux pressions des écologistes qui tentent de plafonner le transport aérien.

Les groupes anti-aériens mettent la pression

Jusqu’à présent, une vingtaine d’organisations ont fait campagne pour que l’UE, les gouvernements nationaux et certains des plus grands aéroports d’Europe introduisent des plafonds sur le nombre de vols, ainsi que des couvre-feux pour les vols.

Ces organisations ont récemment déposé une tribune qui dit, comme le rapporte Stay Grounded : « Nous, voisins des cinq plus grands aéroports d’Europe – Paris CDG, Londres-Heathrow, Madrid-Barajas, Francfort, Amsterdam-Schohol – appelons nos gouvernements et L’Europe doit plafonner tous les aéroports, aérodromes et héliports pour stopper la croissance incontrôlée du trafic aérien.

« Le trafic aérien a retrouvé son niveau de 2019, et si l’on en croit les acteurs du secteur, il pourrait doubler d’ici 2040. C’est une catastrophe quand on sait que cette augmentation du nombre de vols n’est compatible ni avec nos objectifs climatiques. , ni à la protection de la santé des personnes affectées par le bruit et la pollution atmosphérique.

« Les études scientifiques sont claires et ne laissent aucun doute. De plus, il existe des alternatives ferroviaires pour de nombreuses destinations européennes. Face à cette situation, des choix politiques clairs et déterminés doivent être faits, comme ce fut le cas récemment pour l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. »

Un problème à l’échelle européenne, non partagé par le reste du monde

Willie Walsh, directeur général de l’Association du transport aérien international (IATA), a déclaré dans The Telegraph : « Ce débat sur la question de savoir si la croissance des voyages doit être supprimée est un débat européen. C’est un débat uniquement européen et uniquement dans certaines parties du monde. En Europe, ce débat n’existe pas dans d’autres parties du monde.

« Lorsque je voyage et rencontre des PDG de compagnies aériennes et des hommes politiques en dehors de l’Europe, ils apprécient énormément la valeur que la nouvelle connectivité apportera à leurs économies.

« Je pense que nous sommes en fait assez arrogants de croire que le reste du monde devrait suivre ce que fait l’Europe. Le reste du monde veut bénéficier des avantages dont les Européens ont bénéficié. »

Les compagnies aériennes ont besoin de davantage de soutien pour la transition verte

Les compagnies aériennes ont subi une immense pression ces dernières années pour réduire leur empreinte carbone, même si, dans la majorité des cas, elles ne sont pas responsables de la production de moteurs ou de la construction d’avions. Ils n’ont pas non plus la responsabilité de proposer des solutions de carburants à faible teneur en carbone ou de les raffiner.

Cependant, les aéroports et les compagnies aériennes restent des cibles faciles, avec des appels croissants à plafonner le nombre de passagers, comme cela s’est produit récemment à l’aéroport de Dublin, au nom de la transition verte.

Cette fois, l’industrie aérienne s’est prononcée et a demandé du soutien, tout comme d’autres industries, afin de passer aux énergies renouvelables et à des pratiques plus vertes. Cela signifierait avant tout la production de carburant d’aviation durable (SAF), qui est encore terriblement sous-produit dans plusieurs régions d’Europe.

La transition verte pour le secteur de l’aviation sera probablement encore lente, sans un soutien gouvernemental important pour accélérer la production de SAF, ainsi que des subventions pour leur acquisition.

Sans ces mesures de soutien, les compagnies aériennes et les agences de voyages risquent de continuer à être confrontées à des problèmes financiers, comme l’a démontré FTI, le troisième groupe de voyages européen, qui vient de déposer son bilan.

La société a annulé les voyages à forfait déjà réservés, mais affirme qu’elle fait tout son possible pour s’assurer qu’ils puissent se dérouler comme prévu. Pour l’instant, on ne sait toujours pas combien de voyageurs seront susceptibles d’être concernés.

Laisser un commentaire

12 − dix =