Les Libyens protestent contre la réunion du ministre avec son homologue israélien

Jean Delaunay

Les Libyens protestent contre la réunion du ministre avec son homologue israélien

Des foules de manifestants à travers la Libye ont protesté après que la ministre des Affaires étrangères du pays a eu des discussions avec son homologue israélien.

Des manifestations de colère ont eu lieu dimanche soir dans la ville d’Al Zawiya, à l’ouest de la capitale libyenne Tripoli, à la suite de la rencontre de la ministre libyenne des Affaires étrangères du gouvernement d’unité nationale avec son homologue israélien.

Des entretiens entre Najla al-Mangoush et le ministre israélien des Affaires étrangères, Eli Cohen, ont eu lieu secrètement la semaine dernière à Rome, suscitant la colère et la controverse dans tout le pays.

Les citoyens libyens ont condamné la réunion, qu’ils ont qualifiée de « normalisation avec un ennemi ».

L’un des premiers ministres rivaux du pays, Abdulhamid Dbeibah, a suspendu al-Mangoush.

Le ministère libyen des Affaires étrangères l’a décrit comme une « rencontre fortuite et non officielle », mais la nouvelle de la réunion avait déjà conduit à des manifestations de rue dans plusieurs villes libyennes.

Un communiqué israélien a décrit la réunion comme la première initiative diplomatique de ce type entre les deux pays.

‘Rencontre fortuite’

« J’ai parlé avec le ministre des Affaires étrangères du grand potentiel que représentent leurs relations entre les deux pays », a déclaré Cohen.

Mais le ministère libyen des Affaires étrangères a déclaré que Mangoush avait « refusé de rencontrer une quelconque partie » représentant Israël.

« Ce qui s’est passé à Rome était une rencontre fortuite et officieuse, lors d’une rencontre avec son homologue italien, qui n’a donné lieu à aucune discussion, accord ou consultation », ont ajouté des responsables libyens.

La ministre a indiqué qu’elle avait réitéré « de manière claire et sans ambiguïté la position de la Libye concernant la cause palestinienne », indique le communiqué.

Mais la nouvelle de la réunion a déclenché des protestations dans certaines villes libyennes. De nombreux habitants des villes libyennes, notamment Tripoli, Misrata, Yefren et Zlitan, ont protesté en incendiant des pneus, en bloquant les routes principales et en brûlant des drapeaux israéliens.

Dans le communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères, Cohen aurait déclaré que les deux hommes avaient discuté de « l’importance de préserver le patrimoine des Juifs libyens, ce qui comprend la rénovation des synagogues et des cimetières juifs du pays ».

« La taille de la Libye et son emplacement stratégique offrent une énorme opportunité à l’Etat d’Israël », a-t-il ajouté.

Depuis que l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi a été renversé et tué en 2011 par un soulèvement soutenu par l’OTAN, le pays a été plongé dans plus d’une décennie de chaos et d’anarchie.

Le pays est politiquement divisé entre des administrations rivales – le gouvernement de Tripoli à l’ouest et un autre à l’est, soutenu par l’homme fort militaire Khalifa Haftar.

Laisser un commentaire

trois × 3 =