Iranian women wave their country

Jean Delaunay

Les Iraniens se préparent aux élections de vendredi dans un contexte de peur et de mécontentement généralisés

Même si l’Ayatollah Khamenei exhorte son peuple à voter, nombreux sont ceux qui pourraient encore ne pas participer aux élections parlementaires de cette semaine.

L’Iran organisera des élections législatives vendredi dans un contexte de mécontentement généralisé face à l’économie défaillante du pays, mais il est probable que peu d’électeurs se rendront aux urnes.

Les Iraniens voteront pour élire les membres du Parlement de 290 sièges, officiellement connu sous le nom d’Assemblée consultative islamique. Les mandats durent quatre ans et cinq sièges sont réservés aux minorités religieuses iraniennes.

Par ailleurs, les Iraniens voteront pour nommer l’Assemblée d’experts, dont les 88 membres siègent pour un mandat de huit ans au sein d’un panel qui nommera le prochain guide suprême du pays après l’ayatollah Ali Khamenei, aujourd’hui âgé de 84 ans.

Mais comme le climat politique du pays reste tendu, de nombreux Iraniens ont déclaré qu’ils n’y participeraient pas.

Pauvre et épuisé

L’Iran a récemment été confronté à des manifestations de masse à l’échelle nationale suite à la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée alors qu’elle était sous la garde de la police des mœurs du pays en septembre 2022. Les manifestations ont été réprimées par les autorités, qui ont intensifié leur répression contre la dissidence.

Le pays est également confronté à des tensions croissantes avec l’Occident à propos de son programme nucléaire et de son soutien à la Russie dans sa guerre en Ukraine.

Alors que les autorités iraniennes ont encouragé la population à se rendre aux urnes vendredi, le centre de vote public ISPA n’a encore publié aucune information sur le taux de participation attendu pour l’élection.

Sur 21 Iraniens interrogés par l’Associated Press, seuls cinq ont déclaré qu’ils voteraient vendredi. Trois ont déclaré qu’ils étaient indécis, tandis que 13 ont déclaré qu’ils ne voteraient pas.

Lors d'un rassemblement électoral, des femmes iraniennes brandissent des affiches du guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, et du défunt fondateur de la révolution, l'ayatollah Khomeini.
Lors d’un rassemblement électoral, des femmes iraniennes brandissent des affiches du guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, et du défunt fondateur de la révolution, l’ayatollah Khomeini.

Certains ont évoqué le mauvais état de l’économie du pays comme raison de leur désengagement. L’inflation serait d’environ 50 %, et le chômage avoisinerait les 20 % pour les jeunes Iraniens.

« Si je proteste contre une lacune, de nombreux agents de police et de sécurité tenteront de m’arrêter », a déclaré Amin, un étudiant universitaire de 21 ans qui n’a donné que son prénom par crainte de représailles. « Mais si je meurs de faim au coin d’une des rues principales, ils ne réagiront pas. »

Morteza, un chauffeur de taxi de 53 ans qui n’a donné que son prénom par crainte de représailles, a également exprimé son désenchantement.

« Pourquoi devrais-je voter ? » Il a demandé. « J’ai voté à plusieurs reprises dans le passé et pourtant je paie la scolarité de mes trois filles. … Je suis toujours locataire et je déménage continuellement vers une région plus pauvre.»

Laisser un commentaire

14 − 12 =