An Iranian man fills out his ballot for the presidential runoff election at a polling station in Tehran, 5 July 2024

Jean Delaunay

Les Iraniens choisissent entre partisans de la ligne dure et réformistes au second tour de l’élection présidentielle

Les Iraniens se rendront aux urnes vendredi pour un dernier tour de scrutin afin de remplacer l’ancien président Ebrahim Raisi, tué dans un accident d’hélicoptère en mai.

Les électeurs iraniens sont confrontés à un choix entre l’ancien négociateur nucléaire Saeed Jalili et Masoud Pezeshkian, chirurgien cardiaque et député de longue date qui s’est allié aux modérés et aux réformistes au sein de la théocratie chiite iranienne.

Après des années de difficultés économiques, de manifestations de masse et de tensions, l’apathie publique est devenue omniprésente dans la République islamique.

Aucun candidat n’a obtenu plus de 50 % des voix lors du premier tour de scrutin du 28 juin, ce qui a obligé à organiser un second tour. Le taux de participation de 39,9 % a également été le plus faible jamais enregistré lors d’une élection en Iran.

Des appels au boycott ont été lancés, notamment par Narges Mohammadi, lauréate du prix Nobel de la paix actuellement emprisonnée.

Khamenei a le dernier mot

Le guide suprême iranien, Ali Khamenei, âgé de 85 ans, a le dernier mot sur toutes les questions d’État, mais les présidents peuvent faire évoluer la politique du pays vers la confrontation ou la négociation avec l’Occident.

Comme c’est le cas depuis la révolution islamique de 1979, ceux qui appellent à un changement radical sont exclus du scrutin, tandis que le vote lui-même ne sera pas supervisé par des observateurs reconnus au niveau international.

Le scrutin intervient alors que des tensions plus vives s’installent au Moyen-Orient au sujet de la bande de Gaza. Les milices armées par Téhéran dans la région, comme le Hezbollah libanais et les rebelles houthis du Yémen, sont engagées dans les combats et ont intensifié leurs attaques.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'exprime après avoir voté pour le second tour de l'élection présidentielle à Téhéran, le 5 juillet 2024
Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, s’exprime après avoir voté pour le second tour de l’élection présidentielle à Téhéran, le 5 juillet 2024

Pendant ce temps, l’Iran continue d’enrichir de l’uranium à des niveaux proches de ceux d’une arme et conserve un stock suffisamment important pour fabriquer, s’il le souhaite, plusieurs armes nucléaires.

L’accord nucléaire conclu en 2015 avec les puissances mondiales, conclu par des responsables qui soutiennent aujourd’hui Pezeshkian, a échoué en 2018 après que le président de l’époque, Donald Trump, a retiré unilatéralement les États-Unis de l’accord. Depuis lors, les partisans de la ligne dure ont pris le pouvoir à tous les niveaux du gouvernement.

Khamenei a émis l’un des premiers votes de l’élection depuis sa résidence, et les caméras de télévision et les photographes l’ont filmé en train de déposer le bulletin dans l’urne.

Khamenei a déclaré que ceux qui n’ont pas voté la semaine dernière n’étaient pas contre la théocratie chiite du pays. « J’ai entendu dire que l’enthousiasme des gens est plus grand qu’avant », a déclaré Khamenei. « Si Dieu le veut, les gens voteront et choisiront le meilleur candidat. »

La télévision d’État a diffusé des images de files d’attente modestes dans certains bureaux de vote à travers le pays.

Jusqu’à quel point l’Iran adoptera-t-il une ligne dure si Jalili est élu ?

Plus de 61 millions d’Iraniens de plus de 18 ans sont en droit de voter, dont environ 18 millions ont entre 18 et 30 ans. Les élections doivent se terminer à 18 heures, heure locale (16h30 CET). Cependant, traditionnellement, ce délai est prolongé jusqu’à minuit pour stimuler la participation.

L’élection présidentielle de vendredi marque seulement le deuxième tour depuis 1979. Le premier avait eu lieu en 2005, lorsque le partisan de la ligne dure Mahmoud Ahmadinejad avait battu l’ancien président Akbar Hashemi Rafsanjani. Sous Ahmadinejad, l’Iran était confronté à des sanctions internationales en raison de l’avancée de son programme nucléaire, ainsi qu’aux manifestations du Mouvement vert de 2009 et à la répression qui les a réprimées.

Les partisans de Pezeshkian ont averti que Jalili mettrait en place un gouvernement de type « taliban » à Téhéran, tandis que Jalili a critiqué Pezeshkian pour avoir mené une campagne de peur.

Le 19 mai, le président iranien, Raïssi, âgé de 63 ans, est décédé dans un accident d’hélicoptère qui a également coûté la vie au ministre des Affaires étrangères et à des membres de son entourage. Il était considéré comme un protégé de Khamenei et un successeur potentiel au poste de guide suprême.

Pourtant, beaucoup le connaissaient pour son implication dans les exécutions de masse perpétrées en Iran en 1988 et pour son rôle dans la répression sanglante de la dissidence qui a suivi les manifestations contre la mort en 2022 de Mahsa Amini, une jeune femme arrêtée par la police pour avoir prétendument porté de manière inappropriée le foulard obligatoire, ou hijab.

Laisser un commentaire

2 × quatre =