Les importations autrichiennes de gaz russe ont atteint les niveaux d'avant-guerre, dépassant l'aide à l'Ukraine

Jean Delaunay

Les importations autrichiennes de gaz russe ont atteint les niveaux d’avant-guerre, dépassant l’aide à l’Ukraine

L’Autriche a du mal à définir sa neutralité officielle depuis l’invasion à grande échelle de l’Ukraine. Pour le moment, elle continue d’importer du gaz russe à capacité maximale, une source de profit essentielle pour Moscou.

La plupart des pays européens ont réduit leur dépendance au gaz russe depuis le début de son invasion à grande échelle de l’Ukraine.

Ce n’est pas le cas en Autriche.

Le pays d’Europe centrale a augmenté ses importations jusqu’à 80% en janvier, selon le ministère du Climat.

Avant l’embargo, qui était considéré comme un moyen de forcer la Russie à se retirer de l’Ukraine ou à négocier avec l’UE, Moscou gagnait plus de 600 millions d’euros par jour de bénéfices en exportant du gaz vers l’Europe.

Bien qu’il y ait eu des baisses au cours de l’été dernier – plus un creux historique de 17 % enregistré en octobre – l’Autriche est maintenant revenue aux niveaux d’importation d’avant l’invasion.

En raison d’une combinaison de facteurs historiques et politiques, le gouvernement a eu du mal à définir sa position concernant l’Ukraine au sein du front uni de l’UE.

Après la Seconde Guerre mondiale, lorsque l’Autriche a été officiellement absorbée par l’Allemagne nazie dans un mouvement connu sous le nom d ‘«Anschluss», des pays alliés, dont les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Union soviétique, ont divisé l’Autriche en zones occupées.

En 1955, alors que la fin de l’occupation est négociée, l’Autriche signe un traité de neutralité permanente qui l’empêche de rejoindre tout pacte militaire ou d’autoriser le stationnement de militaires étrangers sur son territoire.

La neutralité politique a depuis été interprétée comme faisant partie du pacte par divers politiciens et analystes, ce qui a conduit à des débats répétés au parlement autrichien.

Le pays n’a rejoint l’UE que lorsque la Suède et la Finlande, qui ont déclaré leur neutralité pendant la guerre froide, l’ont également rejoint.

Malgré cela, la Suède et la Finlande ont exprimé leur intérêt à rejoindre l’OTAN depuis l’invasion russe, cette dernière ayant officialisé son entrée plus tôt cette année.

L’Autriche ne fait pas partie de l’alliance militaire dirigée par les États-Unis, bien qu’elle ait des liens étroits avec elle.

Une fois de plus, la Russie livre des volumes de gaz complets à l’Autriche

L’autorité de régulation autrichienne de l’industrie de l’électricité et du gaz justifie cette augmentation en affirmant que les importations en provenance d’Allemagne et d’Italie ont diminué en novembre et décembre, tandis que les entrées en provenance de Russie restent constamment élevées.

Gazprom a fortement réduit ses exportations de gaz vers l’Europe cet été. Plus récemment, cependant, 100 % de la quantité commandée avaient de nouveau été livrées en Autriche, comme l’a annoncé début février le chef de la société autrichienne d’énergie (OMV), Alfred Stern.

L’Allemagne n’importe actuellement aucun gaz russe.

En 2018, Vladimir Poutine lui-même s’est rendu à Vienne pour participer à la signature de contrats d’approvisionnement en gaz à long terme entre Gazprom et OMV avec le chancelier de l’époque, Sebastian Kurz.

A l’époque, l’Autriche s’est engagée sur le gaz russe jusqu’en 2040 et a doublé ses volumes d’approvisionnement. Poutine a parlé de « sécurité énergétique pour tout le continent grâce à une bonne coopération ». Les détails du contrat restent secrets. Ce que l’on sait, cependant, c’est qu’OMV doit payer, que le gaz russe soit pris ou non.

Karl Nehammer, chancelier par intérim de l’Autriche, s’est félicité que le pays ait rempli ses réserves de stockage de gaz à la fin de l’année dernière.

Récemment, il a également résisté aux appels à l’action contre OMV. « Si les Russes continuent de livrer, alors je ne peux pas interdire à OMV de remplir ses obligations contractuelles », a déclaré Nehammer lors d’une apparition télévisée sur le radiodiffuseur public du pays.

Des progrès mitigés avec les énergies renouvelables

Pendant ce temps, l’Autriche fait peu de progrès dans le développement d’alternatives à la production d’électricité au gaz, malgré l’engagement de la ministre de l’Énergie Leonore Gewessler à rendre le pays plus indépendant avec les énergies renouvelables.

« Nous avons encore beaucoup à faire pour aller à la racine du problème », a-t-elle déclaré la semaine dernière. « La véritable indépendance », après tout, n’existera que « lorsque nous nous libérerons de la dépendance au gaz russe ».

À la lumière de cela, elle a de nouveau exhorté les citoyens à économiser l’énergie. « Plus nous économisons de gaz, plus les réserves de stockage seront pleines pour l’hiver prochain. »

Les Autrichiens ne parviennent pas à réduire leur consommation de gaz par rapport aux autres pays européens, rapportent les points de vente locaux. L’énergie renouvelable du pays provient principalement de l’hydroélectricité, mais une sécheresse sévère a réduit les rendements énergétiques.

L’Autriche a importé pour 7 milliards d’euros de gaz de Russie depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par Moscou en février dernier, selon le ministère.

Plus d’argent est actuellement transféré de Vienne à la Russie pour le gaz que le montant total de l’aide dépensée pour l’Ukraine par l’Autriche depuis le début de la guerre.

Laisser un commentaire

19 + quatorze =