Palestinians walk through the destruction in the wake of an Israeli air and ground offensive in Jabaliya, May 30, 2024

Jean Delaunay

Les habitants de Gaza fouillent les ruines du camp de réfugiés de Jabaliya à la recherche de leurs biens après le retrait de Tsahal

Les familles continuent de quitter Rafah à la recherche de zones plus sûres ailleurs à Gaza, l’ONU estimant qu’environ 900 000 personnes ont fui la ville depuis le début de l’opération militaire « limitée » d’Israël.

Les Palestiniens du camp de réfugiés de Jabaliya à Gaza ont dû fouiller dans les décombres, essayant de récupérer leurs biens après le retrait de l’armée israélienne de la zone après une opération de trois semaines.

Le plus grand camp de réfugiés de Gaza, qui abritait autrefois plus de 100 000 personnes, a été pratiquement détruit lors d’une mission de Tsahal visant à extirper les cellules du Hamas.

Le ministère de la Santé de Gaza affirme que 53 Palestiniens ont été tués et 357 autres blessés lors des combats dans la bande de Gaza au cours des dernières 24 heures.

Le ministère affirme que le bilan total des morts à Gaza depuis le 7 octobre s’élève désormais à 36 224, bien que les autorités ne fassent pas de distinction entre civils et combattants.

L’aide a de nouveau été acheminée par avion vers Gaza jeudi, et les gens se sont précipités vers les zones d’atterrissage pour tenter d’accéder à de la nourriture et à d’autres fournitures.

Un avion largue de l'aide humanitaire au-dessus de Khan Younis, le 30 mai 2024
Un avion largue de l’aide humanitaire au-dessus de Khan Younis, le 30 mai 2024

Lors d’une conférence de presse à New York, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU, Stéphane Dujarric, a déclaré avoir plusieurs nouvelles humanitaires, « aucune d’elles n’est bonne ».

« L’intensification des hostilités et les graves contraintes d’accès continuent d’entraver les opérations d’aide à Gaza à un moment où des centaines de milliers de personnes ont besoin d’une aide vitale », a-t-il déclaré.

« Les travailleurs humanitaires sont confrontés à des restrictions de déplacement, notamment vers les zones frontalières, à des refus d’accès répétés et à des retards. »

Mais l’administration Biden insiste sur le fait que l’action militaire israélienne à Rafah n’est pas l’opération majeure que les responsables menacent depuis des semaines.

« Nous avons été clairs sur ce qu’il ne s’agit pas d’une opération militaire majeure. Je ne vais pas la classer dans une catégorie ou une autre. Il s’agit évidemment d’une situation très dynamique et fluide. Nous allons continuer à consulter nos partenaires en Israël et à nous engager sur ces questions », a déclaré le porte-parole adjoint principal du Département d’État, Vedant Patel.

Pendant ce temps, les familles continuent de quitter Rafah en quête de zones plus sûres ailleurs dans l’enclave. L’ONU estime qu’environ 900 000 personnes ont fui la ville depuis le début de l’opération militaire « limitée » d’Israël.

Laisser un commentaire

12 + 9 =