Les Géorgiens se mobilisent pour la candidature à l’UE sur fond de tensions politiques

Jean Delaunay

Les Géorgiens se mobilisent pour la candidature à l’UE sur fond de tensions politiques

Les Géorgiens défilent à Tbilissi pour soutenir la candidature à l’UE au milieu de l’appel du président Zourabichvili à des liens plus étroits, alors que la nation est aux prises avec les accusations de l’opposition de politique pro-russe et gère des relations complexes avec Moscou.

Dans une démonstration retentissante d’unité, des centaines de Géorgiens ont envahi les rues de Tbilissi samedi, marchant de la place de la Première République à la place de l’Europe dans un fervent plaidoyer en faveur de la candidature de leur pays à l’Union européenne.

Le rassemblement, judicieusement intitulé « Votre voix pour l’UE », a marqué un moment critique alors que l’UE s’apprête à annoncer sa décision le 15 décembre, déterminant si la Géorgie obtiendra le statut de candidat tant convoité.

Le mois dernier, le gouvernement a reçu une directive spécifiant la nécessité de remédier aux principales lacunes, notamment dans la lutte contre la corruption et les irrégularités électorales, pour garantir la candidature.

La marche, initiée par la présidente Salomé Zourabichvili et orchestrée par des groupes de la société civile, cherchait à souligner l’aspiration collective du peuple géorgien à l’adhésion à l’UE.

« Nous voulons l’Europe »

Symboliquement, un drapeau colossal de l’UE a été dévoilé sur la Place de l’Europe, chaque étoile représentant une région différente de la Géorgie – un emblème puissant de l’unité nationale dans la poursuite de l’intégration européenne.

Le président Zourabichvili, figure clé du mouvement pro-européen, a affirmé le caractère pacifique de la marche, la décrivant comme « une marche pacifique, une démonstration de la volonté et du choix du peuple qui s’est reflétée dans de nombreuses initiatives », a déclaré Zourabichvili à « Cette dernière initiative, à laquelle nous nous joignons tous, exprime haut et fort notre principal souhait à l’Union européenne : nous voulons l’Europe. »

Sa participation à de tels rassemblements, couplée à son opposition antérieure à un projet de loi sur les agents étrangers, signale un schisme croissant entre elle et le parti au pouvoir, le Rêve géorgien.

Bien qu’il ne s’aligne sur aucun parti politique, Zourabichvili, qui a reçu le soutien de Georgian Dream lors de l’élection présidentielle de 2018, s’est de plus en plus heurté au parti au pouvoir sur les affaires étrangères et les décisions politiques.

Les partis d’opposition ont accusé Georgian Dream de poursuivre une politique pro-russe, remettant en question son orientation occidentale proclamée. Les allégations d’influence du milliardaire Bidzina Ivanishvili, fondateur du parti, qui a amassé des richesses en Russie, intensifient encore les divisions politiques.

Tiré entre la Russie et l’UE

Plus tôt cette année, de nombreuses protestations ont contraint Georgian Dream à retirer une législation qui aurait obligé les médias et les ONG recevant plus de 20 % de leur financement de sources étrangères à s’enregistrer comme « agents d’influence étrangère ».

Les critiques ont fait valoir qu’une telle loi reflétait la tactique de la Russie visant à réprimer la dissidence, mettant en garde contre les obstacles potentiels aux aspirations de la Géorgie à l’UE et à l’OTAN.

Le contexte complexe des relations russo-géorgiennes, tendues depuis l’effondrement de l’Union soviétique et marquées par une brève guerre en 2008, continue d’influencer le paysage géopolitique de la Géorgie.

Alors que le pays lutte pour sa candidature à l’UE, les tensions politiques et les pressions extérieures ajoutent des couches au récit complexe de ses aspirations européennes.

Laisser un commentaire

cinq × 2 =