Smoke rises from an Israeli airstrike in Rafah, southern Gaza Strip, Friday, May 31, 2024.

Jean Delaunay

Les frappes israéliennes font au moins 11 morts alors que les États-Unis exhortent Israël à accepter un accord de cessez-le-feu

Du dernier appel téléphonique de Blinken avec des responsables israéliens au nombre de personnes déplacées de Rafah dépassant le million, tels sont les derniers développements de la guerre entre Israël et le Hamas ce lundi.

Les frappes israéliennes ont tué au moins 11 personnes dans la nuit de lundi, dont une femme et trois enfants, dans le centre de Gaza, ont indiqué des responsables palestiniens de la santé.

Une frappe contre une maison dans le camp de réfugiés de Bureij a tué dimanche soir quatre personnes, dont trois enfants. La deuxième frappe, tôt lundi, a tué sept personnes, dont une femme, dans le camp de réfugiés de Nuseirat.

Par ailleurs, l’armée israélienne a annoncé lundi que le corps d’un homme présumé être un otage avait été retrouvé dans une communauté proche de la frontière avec Gaza attaquée par des militants du Hamas le 7 octobre.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a poussé Israël et le Hamas à s’entendre sur un nouvel accord de cessez-le-feu et de prise d’otages, la dernière d’une série de tentatives de Washington pour mettre fin aux hostilités qui durent depuis des mois à Gaza.

Lors d’un appel téléphonique au ministre israélien de la Défense Yoav Gallant et au membre du cabinet de guerre Benny Gantz, Blinken « a souligné que le Hamas devrait accepter l’accord sans délai », a déclaré dimanche le Département d’État dans deux communiqués.

Vendredi, le président américain Joe Biden a déclaré qu’Israël avait proposé au Hamas un accord en trois phases, déclarant qu’il était temps de mettre fin aux combats à Gaza et que le groupe extrémiste n’était « plus capable » de mener une autre attaque à grande échelle contre Israël. .

Alors que le Hamas a déclaré qu’il considérait la proposition « positivement », le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a insisté depuis lors sur le fait qu’Israël poursuivra la guerre jusqu’à ce qu’il ait détruit le Hamas, malgré la pression croissante dans son pays.

Un million de déplacés de Rafah

Le nombre de personnes déplacées de la ville de Rafah, dans le sud de Gaza, a dépassé le million, a déclaré l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans un communiqué publié sur X.

Pendant ce temps, des milliers de familles cherchaient désormais un abri dans les zones endommagées et détruites de Khan Younis, a ajouté l’agence.

Israël étend son offensive dans la ville de Rafah, au sud de Gaza, autrefois la principale plaque tournante des opérations d’aide humanitaire.

L’invasion israélienne a largement interrompu l’approvisionnement en nourriture, médicaments et autres fournitures destinés aux Palestiniens confrontés à une faim généralisée.

Israël fait face à des critiques internationales croissantes concernant le coût énorme en vies civiles et les destructions généralisées causées par sa guerre de près de huit mois avec le Hamas.

Les bombardements et opérations terrestres israéliens dans le territoire assiégé ont tué plus de 36 000 Palestiniens, selon le ministère de la Santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre combattants et civils.

Laisser un commentaire

un × 1 =