Les enfants de la militante iranienne emprisonnée Narges Mohammadi acceptent son prix Nobel de la paix

Jean Delaunay

Les enfants de la militante iranienne emprisonnée Narges Mohammadi acceptent son prix Nobel de la paix

Les adolescents du militant iranien emprisonné Narges Mohammadi ont accepté dimanche le prix Nobel de la paix de cette année dans la capitale norvégienne au nom de leur mère qu’ils n’ont pas vue depuis des années, lisant un discours qu’elle a écrit depuis une prison de Téhéran alors que sa médaille reposait sur un chaise vide.

Mohammadi, 51 ans, a reçu le prix Nobel de la paix 2023 en octobre pour ses décennies d’activisme malgré de nombreuses arrestations par les autorités iraniennes et ses années passées derrière les barreaux. Elle est connue pour faire campagne en faveur des droits des femmes et de la démocratie dans son pays, ainsi que pour sa lutte contre la peine de mort.

Kiana et Ali Rahmani, les jumeaux de Mohammadi âgés de 17 ans et vivant en exil à Paris avec leur père, ont reçu le prestigieux prix à l’hôtel de ville d’Oslo, richement orné d’orchidées bleues pour l’occasion. Sa fille Kiana a lu la première partie de la conférence du prix Nobel de la paix au nom de sa mère, et son frère a continué.

« J’écris ce message derrière les murs hauts et froids d’une prison », a déclaré Mohammadi dans son discours. « Je suis une femme du Moyen-Orient et je viens d’une région qui, malgré sa riche civilisation, est désormais prise au piège de la guerre, du le feu du terrorisme et de l’extrémisme.

« Je suis convaincue que la lumière de la liberté et de la justice brillera sur la terre d’Iran », a-t-elle déclaré. « À ce moment-là, nous célébrerons la victoire de la démocratie et des droits de l’homme sur la tyrannie et l’autoritarisme, et l’hymne du peuple. Ce triomphe dans les rues d’Iran aura un écho dans le monde entier.

« Le peuple iranien démantèlera l’obstruction et le despotisme grâce à sa persévérance. N’ayez aucun doute, c’est certain », a-t-elle ajouté.

En présence du roi Harald et de la reine Sonja de Norvège et d’autres dignitaires, Berit Reiss-Andersen, présidente du Comité Nobel norvégien, a cité le « combat de toute une vie de Mohammadi en faveur des droits de l’homme et d’une société civile forte ».

Un grand portrait exposé montrait Mohammadi aux couleurs pastel et souriant.

« Elle nous a demandé d’utiliser cette photographie particulière, qui exprime comment elle veut mener sa vie, heureuse dans des vêtements colorés, exposant ses cheveux et avec un regard fixe vers nous », a déclaré Reiss-Andersen.

« Aucune punition ne l’a arrêtée », a déclaré Reiss-Andersen, citant les peines d’emprisonnement et plus de 150 coups de fouet qui lui ont été infligés. Elle a déclaré que lorsque Mohammadi a eu besoin de soins médicaux récemment, on lui a dit qu’elle serait emmenée à l’hôpital à condition qu’elle porte un hijab. Elle a refusé et a finalement été emmenée dans un autre établissement médical.

« Même si tout lui a été refusé, elle mobilise encore la volonté et le courage de faire une déclaration », a déclaré Reiss-Andersen.

La famille du lauréat du prix Nobel de la paix Narges Mohammadi, son mari Taghi Rahmani et leurs enfants Ali et Kiana Rahmani, au centre, assistent à une procession aux flambeaux.
La famille du lauréat du prix Nobel de la paix Narges Mohammadi, son mari Taghi Rahmani et leurs enfants Ali et Kiana Rahmani, au centre, assistent à une procession aux flambeaux.

« Le Prix de la paix de cette année récompense les femmes courageuses en Iran et dans le monde qui luttent pour les droits humains fondamentaux et pour mettre fin à la discrimination et à la ségrégation des femmes. »

Dans leurs discours, les enfants de Mohammadi ont tous deux exprimé leur regret que leur mère ne soit pas autorisée à être présente à Oslo.

« Elle aurait dû être ici elle-même, mais les bourreaux l’en ont empêchée. Je prête ma voix à la sienne, ainsi qu’à toutes les filles et femmes d’Iran que rien ne peut faire taire », a déclaré Kiana Rahmani en farsi au début de son discours prononcé en français.

Son frère a noté que « le corps de leur mère est derrière les barreaux mais sa plume et ses pensées ont traversé les murs et nous sont parvenues ».

« Elle et le peuple iranien n’ont jamais été aussi opprimés qu’aujourd’hui. Mais jamais leur voix n’a eu autant de résonance dans le monde. Continuons à répandre la réverbération afin que Narges Mohammadi et le peuple iranien puissent un jour briser leurs chaînes », a-t-il déclaré.

Lors d’une conférence de presse à Oslo samedi, Kiana Rahmani a lu un message de sa mère dans lequel elle louait le rôle joué par les médias internationaux pour « transmettre la voix des dissidents, des manifestants et des défenseurs des droits de l’homme au monde ».

« La société iranienne a besoin d’un soutien mondial et vous, journalistes et professionnels des médias, êtes nos alliés les plus grands et les plus importants dans la lutte difficile contre la tyrannie destructrice du gouvernement de la République islamique. Je vous remercie sincèrement pour vos efforts, pour tout ce que vous avez fait pour nous », a déclaré Mohammadi.

Kiana Rahmani a déclaré qu’elle avait peu d’espoir de revoir sa mère.

« Peut-être que je la reverrai dans 30 ou 40 ans, mais je pense que je ne la reverrai plus. Mais cela n’a pas d’importance, car ma mère restera toujours dans mon cœur, des valeurs pour lesquelles il vaut la peine de se battre », a-t-elle déclaré.

Kiana Rahmani, à droite, et Ali Rahmani assistent à la remise du prix Nobel de la paix 2023 à l'hôtel de ville d'Oslo, Oslo, Norvège, le dimanche 10 décembre 2023.
Kiana Rahmani, à droite, et Ali Rahmani assistent à la remise du prix Nobel de la paix 2023 à l’hôtel de ville d’Oslo, Oslo, Norvège, le dimanche 10 décembre 2023.

Le frère et le mari de Mohammadi ont déclaré aux journalistes qu’elle envisageait d’entamer une grève de la faim dimanche en solidarité avec la minorité religieuse bahá’íe en Iran.

Le mari de Mohammadi, Taghi, était dans le public pour voir leurs enfants accepter le prestigieux prix. Il avait précédemment déclaré qu’il n’avait pas pu voir sa femme depuis 11 ans, tandis que leurs enfants n’avaient pas vu leur mère depuis près de huit ans.

Mohammadi a joué un rôle de premier plan dans les manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, l’année dernière, alors qu’elle était en garde à vue pour avoir prétendument violé la loi stricte du pays sur le port du foulard, qui oblige les femmes à couvrir leurs cheveux et tout leur corps.

Les autorités iraniennes ont interdit aux membres de la famille d’Amini de voyager pour recevoir en son nom le prix le plus prestigieux des droits de l’homme de l’Union européenne, le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, a annoncé samedi soir la HRANA, basée aux États-Unis.

Narges Mohammadi est la 19ème femme à remporter le prix Nobel de la paix et la deuxième Iranienne après la militante des droits humains Shirin Ebadi en 2003.

C’est la cinquième fois en 122 ans d’histoire que le Prix de la paix est décerné à une personne emprisonnée ou assignée à résidence.

Les autres prix Nobel ont été remis dimanche lors d’une cérémonie distincte à Stockholm.

Laisser un commentaire

5 + 4 =