FILE - People shout slogans during a protest against the possibility of President Macky Sall to run for a third term in the 2024 presidential elections in Dakar, Senegal,

Jean Delaunay

Les dirigeants de l’opposition rejettent le report des élections au Sénégal alors que le bloc ouest-africain appelle au dialogue

Les partis d’opposition ont appelé leurs partisans à « défendre la démocratie », alors que les analystes affirment que la crise met à l’épreuve l’une des démocraties les plus stables d’Afrique.

Le bloc régional de l’Afrique de l’Ouest a appelé dimanche au dialogue pour résoudre la crise politique au Sénégal alors que les dirigeants de l’opposition ont rejeté la décision du leader du pays de reporter l’élection présidentielle du 25 février en raison d’un différend électoral entre le Parlement et le pouvoir judiciaire.

Les hommes politiques sénégalais doivent « donner la priorité au dialogue et à la collaboration pour des élections transparentes, inclusives et crédibles », a déclaré le bloc régional connu sous le nom de CEDEAO dans un communiqué appelant les autorités à « accélérer les différents processus visant à fixer une nouvelle date pour les élections » après le report de samedi.

Selon les analystes, la crise met à l’épreuve l’une des démocraties les plus stables d’Afrique, à un moment où la région est aux prises avec une récente vague de coups d’État. Le Sénégal est plongé dans des tensions politiques à la suite d’affrontements meurtriers impliquant des partisans de l’opposition et de la disqualification de deux dirigeants de l’opposition avant le vote crucial.

Plusieurs personnalités de l’opposition ont rejeté la décision du président Macky Sall de reporter les élections, au moins deux des 20 candidats à la présidentielle ayant déclaré qu’ils poursuivraient leur campagne qui devrait débuter dimanche.

Le mandat de Sall devrait prendre fin le 2 avril. Le code électoral du Sénégal exige un préavis de 80 jours pour une élection, ce qui signifie qu’un nouveau vote ne peut avoir lieu que la dernière semaine d’avril.

« Je lance ma campagne électorale demain, à Dakar, avec les candidats qui ont choisi de défendre la Constitution », a déclaré samedi l’ancien ministre et candidat de l’opposition Thierno Alassane Sall dans un message sur la plateforme de réseau social X.

L’ancien maire de la capitale Dakar Khalifa Sall a également demandé aux citoyens de « s’unir pour sauver notre démocratie » tandis qu’un autre candidat de l’opposition, Déthié Fall, a déclaré : « Nous allons commencer notre campagne et nous appelons tous les candidats à faire de même ».

Il n’y avait aucun signe de troubles à Dakar dimanche.

Laisser un commentaire

treize + 17 =